Ecclestone va proposer des moteurs V8 ou V10 atmosphériques pour 2016

partages
commentaires
Ecclestone va proposer des moteurs V8 ou V10 atmosphériques pour 2016
12 déc. 2014 à 09:45

La première saison d'utilisation des nouvelles unités de puissance V6 turbo vient de s'achever, et Bernie Ecclestone ne lâche pas le morceau

La première saison d'utilisation des nouvelles unités de puissance V6 turbo vient de s'achever, et Bernie Ecclestone ne lâche pas le morceau. Le grand argentier de la Formule 1 reste farouchement opposé à ces motorisations, qu'il juge trop peu bruyantes et ne font selon lui pas rêver.

Détenteur des droits commerciaux de la F1 via la FOM, Ecclestone a jeté un nouveau pavé dans la mare cette semaine, lors d'une rencontre avec plusieurs journalistes à Londres. Il assure qu'un retour à des moteurs atmosphériques est possible dès 2016 et promet de mettre le sujet sur la table lors de la prochaine réunion du Groupe Stratégique le 18 décembre.

L'idée d'Ecclestone est de proposer un retour à des moteurs V8, ou même V10, au sein desquels les motoristes pourraient inclure des systèmes hybrides. "Ce serait une sorte de rêve pour eux de construire un moteur atmosphérique normal et de développer environ 1 000 chevaux, ce que je crois que nous voulons", avance le Britannique.

Néanmoins, cette proposition ne serait-elle pas contraire aux objectifs de réduction des coûts qui alimentent le débat entre les grandes et les petites équipes ? Ecclestone ne s'épanche pas sur le sujet mais pense que ce ne sera pas le cas, proposant une certaine liberté aux équipes et motoristes, jusqu'à la possibilité de conserver les unités de puissance V6 pour ceux qui le souhaitent : "Ils peuvent faire ce qu'ils veulent. Si l'on dit 'voici le moteur, voici la capacité cubique et nous voulons développer certaines choses hybrides, comme le KERS', cela dépend d'eux ensuite."

Les promoteurs et les fans comme avocats

La proposition d'Ecclestone pourrait paraître alléchante, notamment auprès des promoteurs et des fans. Il affirme ainsi avec insistance que la mise en place des actuels V6 fut une erreur, notamment en ce qui concerne le bruit, qui n'est pas apprécié "de tous les promoteurs et de la plupart des gens qui assistent aux courses". "Quand ce moteur a été pensé, personne n'a réfléchi aux effets collatéraux", ajoute-t-il.

Il n'empêche qu'une telle proposition pose davantage de problèmes, qu'ils soient économiques ou politiques. Mercedes-Benz a régulièrement affirmé que le passage aux V6 turbo était une condition de son engagement en F1, tout comme cette réglementation a séduit Honda pour un retour en 2015, et pourrait séduire d'autres constructeurs

comme le groupe Volkswagen

. Ecclestone affirme que certaines équipes soutiennent son projet mais reconnait ne pas en avoir discuté avec Mercedes. Il affirme cependant que les engagements des constructeurs vont bien au-delà d'une question de réglementation technique, que ce soit pour la marque allemande ou pour Honda.

Pour que cette idée de retour à des moteurs atmosphériques dépasse la simple pensée de son instigateur, il lui faudra toutefois survivre à la prochaine réunion du Groupe Stratégique. Ecclestone se dit confiant et estime que quatre équipes parmi les six représentées sont en mesure de se prononcer favorablement.

Quant à la FIA, où le président Jean Todt s'est posé en farouche avocat des nouvelles unités de puissance, elle pourrait ne pas représenter un obstacle si important. Ecclestone affirme en effet que le Groupe Stratégique dispose de "droits" financés à prix d'or auprès de la Fédération…

Prochain article Formule 1
Trophée Andros - Dayrault-Lagorce : le duel qui s'annonce en attendant Grosjean

Article précédent

Trophée Andros - Dayrault-Lagorce : le duel qui s'annonce en attendant Grosjean

Article suivant

McLaren, Honda, Alonso et Button : Une journée pas comme les autres

McLaren, Honda, Alonso et Button : Une journée pas comme les autres

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Jean Todt , Bernie Ecclestone
Équipes Mercedes
Type d'article Actualités