Ferrari conservera son droit de veto après 2020

La Scuderia Ferrari a confirmé qu'elle allait conserver son droit de veto dans le cadre des accords commerciaux qui régiront la Formule 1 à partir de 2021.

Ferrari conservera son droit de veto après 2020
Charger le lecteur audio

Le veto de Ferrari lui permet de bloquer toute règle qui ne va pas dans le sens ou qui nuit à ses  intérêts, avec un motif valable. Ce droit est depuis longtemps dans le collimateur d'une partie des responsables, certains jugeant que ce privilège ne se justifie plus actuellement, à l'image par exemple du président de la FIA, Jean Todt.

Malgré tout, le maintien du veto a été posé par la marque italienne comme une condition dans les négociations des Accords Concorde pour l'après 2020. Le PDG de Ferrari, Louis C. Camilleri, a expliqué que ce veto était important et qu'il avait le sentiment que d'autres au sein de la discipline reine appréciaient le fait de pouvoir avoir une force d'opposition à des propositions trop radicales.

Lire aussi :

Dans une interview, dont certains éléments ont été publiés dans le Financial Times, Camilleri a ainsi déclaré : "Nous avons conservé le droit de veto et il est crucial pas seulement pour Ferrari, mais pour la F1 également. Va-t-on un jour s'en servir ? J'en doute. [Mais] le fait de l'avoir, est-ce que ça attire l'attention des gens ? Je le pense. C'est quelque chose d'important, je pense. Certaines des écuries pensent que c'est anachronique et que ça ne devrait pas être en place, mais d'un autre côté, certains pensent qu'il s'agit d'une bonne idée d'avoir un 'adulte' dans la pièce."

La dernière utilisation du veto par Ferrari remonte à 2015, au moment où les instances souhaitaient la mise en place de prix plafond pour les moteurs et les boîtes de vitesses.

Les discussions sont toujours en cours concernant les Accords Concorde, et Camilleri explique qu'il n'y a pour le moment aucun obstacle à ce que la marque demeure en F1, même si l'étendue de ce qui reste à discuter est importante. "Nous sommes très impliqués. Les Accords Concorde sont vraiment un début, ce n'est même pas la fin du commencement. Les choses vont évoluer dans les mois qui viennent mais tout le monde s'accorde sur les principes de base et c'est sain. Il y a toujours beaucoup de choses à faire."

"La clé est d'assurer que la F1 reste toujours le pinacle des sports mécaniques et qu'il y a suffisamment de place pour la créativité technique et l'innovation qui ont été le moteur de la F1, historiquement. Il y a un an, il y a eu une poussée pour la standardisation des pièces, mais cela a été significativement dilué, ce qui est une bonne chose."

partages
commentaires

Bottas doit de nouveau changer de moteur Mercedes

EL3 - Verstappen, Hamilton et Bottas en 0"089