Nouvelle offensive de la FIA contre les échappements soufflés

partages
commentaires
Nouvelle offensive de la FIA contre les échappements soufflés
Adam Cooper
Par : Adam Cooper
24 avr. 2018 à 10:33

La FIA va imposer de nouvelles restrictions sur les modes moteur qui permettent de souffler les gaz d'échappement en direction des ailerons arrière, après de nouveaux développements sur le sujet.

L'aileron arrière soufflé de Renault ayant été sous le feu des projecteurs avant même le début de la saison et des rumeurs sur le fait que Ferrari travaillait également dans ce domaine s'étant fait jour, peut-être en lien avec la mystérieuse troisième palette sur le volant de Sebastian Vettel, la FIA a mis les pieds dans le plat avant le Grand Prix d’Azerbaïdjan.

Dans une note envoyée aux équipes par Nikolas Tombazis, le responsable technique de la FIA concernant les monoplaces, la fédération indique répondre à "de nombreuses questions" sur les échappements soufflés.

Il apparaît clairement que l'instance dirigeante ne va pas tolérer le fait que les équipes rusent en se servant de modes moteurs ou de systèmes qui contournent le turbocompresseur et la turbine pour souffler les gaz dans le tuyau d'échappement.

"Nous n'acceptons pas que les modes moteur spécifiquement conçus pour augmenter le flux de gaz d'échappement dans les virages soient admissibles. De tels modes moteurs (non autorisés) peuvent être spécifiques à un système de contournement de la turbine ou à un passage du flux à travers les cylindres", écrit Tombazis.

"Pour être admissibles, de tels flux doivent être la résultante de réglages qui augmentent véritablement la performance ou la fiabilité de l'unité de puissance, et pas un moyen d'augmenter le flux issu de l'échappement."

La FIA entend faire du cas par cas au moment de l'examen de chaque situation. Ainsi, Tombazis ajoute : "Nonobstant le point précédent, nous n'estimons pas qu'il soit pratique ou facile d'écrire une règle globale qui permette [d'interdire] parfaitement [cela]. Ainsi, nous avons l'intention de contrôler l'utilisation des modes moteur au cas par cas et d'adresser aux équipes les requêtes nécessaires afin qu'elles restent dans les limites acceptables par rapport au point [précédent]."

"Même si cela n'est clairement pas totalement satisfaisant, nous estimons qu'il s'agit de la meilleure façon possible de gérer cette situation pour 2018, surtout car les effets ne sont dans tous les cas pas importants."

Le positionnement de l'échappement

Les diffuseurs soufflés ont été interdits pour la saison 2014 après être devenus communs lors des années précédentes. Cependant, la réglementation 2017 à fort appui aérodynamique permettait un aileron arrière plus bas, et les équipes ont de nouveau pu s'octroyer un avantage aéro grâce à leurs échappements, certes à un degré moindre.

"L'un des objectifs de la réglementation 2014 était d'éliminer une fois pour toutes la moindre influence de l'échappement sur la performance aérodynamique de la voiture", écrit Tombazis. "Bien que cet objectif ait été atteint en grande partie, la réglementation 2017 a fait renaître un effet de l'échappement sur l'appui à l'arrière, principalement à cause de la position plus basse de l'aileron arrière. Cet effet demeure clairement bien plus faible que ce qui était commun de 2011 à 2013, mais reste indésirable."

L'interdiction des monkey seats à la fin de l'année dernière avait pour but de dissuader les équipes de consacrer davantage de ressources aux diffuseurs soufflés, mais celles-ci n'ont clairement pas abandonné. Tombazis affirme que concernant le positionnement des échappements, l'agressivité du concept de certains teams comme Renault n'est pas source d'inquiétude. Le Grec insiste sur le fait que les écuries ont toujours le droit de positionner leurs échappements dans une position bénéfique par rapport à l'aileron arrière, tant que ce positionnement respecte la réglementation – indiquant qu'elles ont demandé des clarifications à ce sujet.

"Concernant la position du tuyau d'échappement par rapport à l'aileron arrière et à la carrosserie, nous acceptons toute position dans la limite expresse de la réglementation. Tout concurrent a le droit de concevoir sa voiture de façon à avoir l'agencement le plus avantageux pour la performance de sa voiture, à condition que cette installation respecte effectivement les limites de la réglementation."

Changements pour 2019

La FIA a déclaré son intention d'aller encore plus loin en 2019 et d'assurer que la position des échappements soit modifiée pour garantir qu'ils ne soufflent pas sur les ailerons. Ces changements ont déjà été discutés par la FIA et les équipes au sein du Groupe de Travail Technique, mais aucun consensus n'a été trouvé. Cependant, Tombazis souhaite traiter ce sujet et assurer que les échappements ne fournissent aucun avantage aérodynamique.

"Pour 2019, nous comptons surmonter ce problème en agissant sur la position de l'échappement", écrit-il. "Ce sujet a été discuté lors de la dernière réunion du groupe de travail, mais nous n'avons pas le sentiment qu'une solution suffisante ait été trouvée."

"Par conséquent, nous comptons avoir une discussion à ce sujet lors de la prochaine réunion, avec l'objectif de trouver une position d'échappement qui empêche clairement tout gain aérodynamique direct, éliminant ainsi le besoin de vérifier les modes moteur."

Prochain article Formule 1
Pourquoi Räikkönen est la vraie référence de Ferrari en 2018

Article précédent

Pourquoi Räikkönen est la vraie référence de Ferrari en 2018

Article suivant

Renault aura des évolutions à Bakou

Renault aura des évolutions à Bakou
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Adam Cooper
Type d'article Actualités