GP d'Australie : décision à prendre en juin au plus tard

Les organisateurs du Grand Prix d'Australie ne pourront pas attendre indéfiniment avant de prendre une décision sur la tenue de leur événement.

GP d'Australie : décision à prendre en juin au plus tard
Charger le lecteur audio

Reporté du 21 mars au 21 novembre, le Grand Prix d'Australie va-t-il finir par avoir lieu malgré la pandémie de COVID-19 ? L'an dernier déjà, l'épreuve avait été annulée à la dernière minute alors que la crise du coronavirus se dessinait. Cette fois, c'est à peine deux mois avant la course qu'elle a été remise à plus tard, en raison des restrictions de circulation à destination de l'Australie ; au vu de l'évolution de l'épidémie avec la découverte de nouveaux variants, il n'est pas certain que la situation soit meilleure en novembre prochain, loin de là.

Lire aussi :

Pour l'heure, l'Australian Grand Prix Corporation entretient néanmoins l'espoir d'accueillir des fans dans les gradins. "[Un huis clos] n'est pas une hypothèse que j'envisage actuellement, car je crois en réalité que nous pourrons avoir du public", déclare Andrew Westacott, PDG de l'AGPC, à Speedcafe.com. "Mais si nous sommes au calendrier, alors nous comptons honorer cet engagement de l'AGPC, et la réponse serait donc que nous tiendrions la course. C'est ma préférence et mon souhait absolu. Si nous parvenons à faire venir les pilotes en Australie, nous pourrons travailler."

L'AGPC va scruter de près le déroulement de l'Open d'Australie, du 8 au 21 février prochains, où tous les joueurs de tennis vont devoir respecter une quarantaine stricte de deux semaines avant le début de l'événement. Il s'agit bien évidemment de contenir l'épidémie sur une île qui est actuellement épargnée : seuls deux Australiens sont morts du COVID-19 depuis deux mois et demi, et la dernière fois que plus de 50 cas ont été recensés en une journée, c'était à la mi-septembre.

"C'est vraiment un test de la plus haute importance", ajoute Westacott au sujet de l'Open d'Australie, justement tenu à Melbourne. "Je veux que ça se passe bien pour l'État de Victoria, pour l'Open d'Australie, pour les organisateurs, pour les fans, et j'estime que cela peut bien se passer. Il s'agit de limiter les risques, il s'agit de mettre des procédés en place. Grâce aux leçons qui seront tirées, certaines procédures seront renforcées, d'autres peut-être assouplies ou ajustées."

Quoi qu'il en soit, le Circuit de l'Albert Park est une piste temporaire, qui doit donc être installée lors des semaines précédant le Grand Prix. De plus, les organisateurs souhaitent être fixés suffisamment tôt pour pouvoir ouvrir la billetterie assez longtemps et promouvoir l'événement.

"À mon avis, ces décisions doivent être prises cinq à six mois à l'avance", estime Westacott. "Il nous faut apporter des certitudes, car sans certitudes il est très, très difficile pour les fans locaux et particulièrement ceux provenant d'autres États [australiens] de prévoir les vacances, le voyage et le budget pour se rendre à l'événement. Nous devons donc prendre une décision bien en avance."

"Je l'admets, c'est en décalage avec les conséquences du COVID, mais il y a les vaccins, et nous apprenons tous à vivre avec le COVID, il y a les choses comme les masques et les gestes barrières. Mais nous maintiendrons toujours de la flexibilité."

partages
commentaires
Contrat Hamilton : Mercedes n'a "jamais joué la carte Russell"
Article précédent

Contrat Hamilton : Mercedes n'a "jamais joué la carte Russell"

Article suivant

Mercedes : Red Bull "sera un adversaire bien plus fort" avec Pérez

Mercedes : Red Bull "sera un adversaire bien plus fort" avec Pérez
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021