Formule 1
03 juil.
Événement terminé
10 juil.
Événement terminé
17 juil.
Événement terminé
07 août
Course dans
09 Heures
:
31 Minutes
:
57 Secondes
04 sept.
EL1 dans
26 jours
11 sept.
Prochain événement dans
32 jours
25 sept.
EL1 dans
47 jours
C
GP de l'Eifel
09 oct.
Prochain événement dans
60 jours
23 oct.
Prochain événement dans
74 jours
31 oct.
Prochain événement dans
82 jours

Innovations bannies - Les "Pingouins" fous de la saison 1998

partages
commentaires
Innovations bannies - Les "Pingouins" fous de la saison 1998
Par :
4 avr. 2020 à 09:00

Les écuries de Formule 1 savent que pour être les plus performantes possible, elles doivent flirter avec les limites de la réglementations. Parfois, elles vont même trop loin. Dans cette nouvelle série proposée par Motorsport.com, nous revenons sur une innovation technique qui a ensuite été bannie par les instances.

En 1997, en quête d'appui aérodynamique supplémentaire, Tyrrell a introduit un nouveau concept baptisé X-Wings et surnommé "Pingouins" en français. Cette innovation avait déclenché une course au développement courte mais intense, avant que la FIA n'intervienne. 

Tout a commencé lorsque l'écurie a identifié une faille qu'elle pouvait exploiter dans la réglementation, lui permettant de placer des appendices très hauts et très larges de chaque côté du châssis afin de capter un flux d'air jusque-là laissé libre.

Lire aussi :

Le changement de réglementation 1998

Le changement de réglementation 1998.

Tyrrell n'a déployé sa solution que sur quelques Grands Prix en 1997, de manière à générer l'appui aérodynamique supplémentaire sur les circuits où cela était nécessaire. 

Mais en 1998, le changement de réglementation avec des monoplaces aux dimensions réduites et l'introduction des pneus rainurés allait faire de cette innovation un outil idéal pour récupérer l'appui perdu. 

La Tyrrell 026 avec ses

La Tyrrell 026 avec ses "Pingouins" en 1998.

La Tyrrell 026 fut conçue en intégrant pleinement l'idée des Pingouins et non en les imaginant comme un accessoire pouvant être installé uniquement lorsque cela s'avérait nécessaire. 

De la sorte, on estimait à 5% l'appui aérodynamique qu'ils venaient ajouter à l'ensemble de la monoplace. Une fois identifié, ce gain d'appui fut un facteur essentiel qui provoqua la mise en place d'une solution similaire chez Ferrari, Prost Grand Prix, Jordan et Sauber. 

Face à cette prolifération, la FIA commença à craindre de voir la situation devenir incontrôlable et décida d'intervenir pour bannir ces éléments. 

Utilisez les flèches ci-dessous pour passer d'une photo à l'autre.

Diapo
Liste

1/12

Photo de: Ercole Colombo

Mika Salo au volant de la Tyrrell 025 à Monaco (1997). La peinture rouge sur les "Pingouins" permettait d'identifier le pilote par rapport à son coéquipier.

2/12

Photo de: Rainer W. Schlegelmilch

Jos Verstappen au volant de la Tyrrell 025 (1997), cette fois-ci avec de la peinture jaune sur les "Pingouins".

3/12

Photo de: Ercole Colombo

Jos Verstappen lors du Grand Prix de Monaco 1997.

4/12

Photo de: Ercole Colombo

Mika Salo dans les rues de Monaco au volant de la Tyrrell 025 équipée de "Pingouins".

5/12

Photo de: Steve Etherington / Motorsport Images

Damon Hill au volant de la Jordan 198 équipée de Pingouins lors de la saison 1998, avant qu'ils soient bannis par la FIA.

6/12

Photo de: LAT Images

La version des "Pingouins" de Jordan (1998) inspirée de l'innovation de Tyrrell.

7/12

Photo de: LAT Images

Ferrari avait également décidé de développer ses propres "Pingouins" sur la F300 en 1998.

8/12

Photo de: Sutton Motorsport Images

Une vue de dos de la Ferrari F300 en 1998, permettant de se rendre compte de la hauteur à laquelle culminaient ces "Pingouins".

9/12

Photo de: Ercole Colombo

L'emplacement des "Pingouins" compliquait significativement la tâche des mécaniciens lors des ravitaillements. Les préoccupations liées à la sécurité furent d'ailleurs l'une des raisons principales motivant leur interdiction par la FIA.

10/12

Photo de: Sutton Motorsport Images

Sauber avait également installé des "Pingouins" sur la C17 en 1998.

11/12

Photo de: Sutton Motorsport Images

Cette solution imaginée par Sauber semblait à l'époque être la plus fragile de toutes celles vues en piste.

12/12

Photo de: LAT Images

L'écurie Prost Grand Prix avait elle aussi ses "Pingouins", soutenus par un montant unique.

54 ans entre deux podiums : l'intouchable record de Mercedes

Article précédent

54 ans entre deux podiums : l'intouchable record de Mercedes

Article suivant

L'autre héros du GP de Monaco 1996, malheureux et oublié

L'autre héros du GP de Monaco 1996, malheureux et oublié
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Matt Somerfield