L'arrêt au stand raté n'a rien coûté à van der Garde

partages
commentaires
L'arrêt au stand raté n'a rien coûté à van der Garde
9 sept. 2013 à 12:30

Lors des qualifications du Grand Prix d'Italie, Giedo van der Garde s'était classé devant son coéquipier Charles Pic pour la cinquième fois de la saison, mais n'a pas profité de cet avantage bien longtemps, puisqu'il a été dépassé par Pic et son compatriote Bianchi dès le départ de la course

Lors des qualifications du Grand Prix d'Italie, Giedo van der Garde s'était classé devant son coéquipier Charles Pic pour la cinquième fois de la saison, mais n'a pas profité de cet avantage bien longtemps, puisqu'il a été dépassé par Pic et son compatriote Bianchi dès le départ de la course. Van der Garde a passé le reste du Grand Prix derrière son coéquipier, sans être distancé, malgré quelques longues secondes perdues lors d'un arrêt au stand où les mécaniciens Caterham n'étaient pas prêts. Il se classe dix-huitième du Grand Prix, à quinze secondes de Pic, mais est convaincu qu'il aurait pu finir devant sans le temps perdu lors de cet arrêt à moitié imprévu. “Après avoir pris une majorité de bons départs cette saison, je dois dire que ce n'était pas l'un de mes meilleurs, mais j'ai dépassé la Marussia à la moitié du premier tour, et je me suis maintenu au niveau de Charles jusqu'à son premier arrêt”, relate le Néerlandais. “Je suis rentré un tour plus tard, et avec un nouveau train de pneus durs, la voiture était bonne : mon rythme suivait l'objectif fixé et j'ai pu creuser l'écart avec les voitures de derrière et mettre la pression sur Charles facilement”. “Nous étions sur une stratégie à deux arrêts, et je suis rentré pour le deuxième lorsque j'ai reçu l'ordre de m'arrêter. Il y a eu une erreur de communication sur le muret des stands, et quand je suis rentré, les mécaniciens n'étaient pas prêts pour me recevoir, ce qui m'a évidemment fait perdre beaucoup de temps et je suis ressorti derrière Bianchi, mais je l'ai passé très vite et j'ai commencé à essayer de rattraper mon coéquipier. C'est dommage, car mon rythme lors du second relais était vraiment bon, et j'aurais eu une chance de doubler Charles, mais parfois, ça arrive : c'est la course”, conclut un van der Garde philosophe.
Prochain article Formule 1
Williams et Maldonado ne pouvaient rien faire

Article précédent

Williams et Maldonado ne pouvaient rien faire

Article suivant

Les Mousquetaires - Dimanche à Monza

Les Mousquetaires - Dimanche à Monza

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Giedo van der Garde , Charles Pic
Type d'article Actualités