Les plus belles courses de McLaren-Mercedes : Belgique 2000

partages
commentaires
Les plus belles courses de McLaren-Mercedes : Belgique 2000
28 févr. 2014 à 09:15

On l'a vu, la première moitié de la saison 2000 a plus réussi à David Coulthard qu'à Mika Häkkinen

On l'a vu, la première moitié de la saison 2000 a plus réussi à David Coulthard qu'à Mika Häkkinen. Après quelques coups de malchance et des soucis de réglages, Ron Dennis lui accorda un petit congé pour recharger ses batteries avant le Grand Prix d'Autriche. Judicieuse décision : le Finlandais domina sur l'actuel Red Bull Ring, manqua de peu la victoire en Allemagne avant de reprendre le leadership au championnat en Hongrie. Il était temps désormais de défier Schumacher dans son jardin : Spa-Francorchamps

La réputation de l'Allemand en terme wallone n'est plus à présenter : première course ici en 1991, première victoire l'année suivante, six succès ici – sept sans la disqualification en 1994 – dont certaines ont construit sa légende, il va sans dire que Häkkinen devait sortir le grand jeu pour battre son adversaire fétiche. Ce qu'il fit avec autant d'éclat, si ce n'est plus, que deux ans plus tôt au Nurburgring.

Häkkinen signa la pole – exercice dans lequel il excellait – devant les surprenantes Jordan et Williams de Jarno Trulli et Jenson Button, Schumacher se contentant de la quatrième place. Cependant la Ferrari recolla rapidement à la McLaren en course, où la pluie ne fit qu'une brève apparition en début de course avant de laisser sa place au soleil. Ce qui n'empêcha pas Häkkinen d'effectuer un spectaculaire travers au virage de Stavelot, heureusement sans rien toucher. Mais Schumacher avait détalé sans demander son reste.

Comme en France, les ravitaillements n'ont pas inversé la donne, et il fallait donc chercher la Ferrari en piste, de préférence dans le virage des Combes. En vue de l'arrivée, Häkkinen avait recollé à l'Allemand et essaya aussi vite que possible de le déborder. Hélas pour lui, Schumacher ne l'entendait pas de cette oreille et lui coupa la route à plus de 300km/h dans la ligne droite ! Le Finlandais garda son sang froid, il savait que ce n'était qu'une question de temps.

Un tour après, Häkkinen se laissa aller : il prit le Raidillon de l'Eau Rouge à fond, à une époque où cet exercice relevait du quitte ou double, pour mieux coller à Schumacher avant les Combes, Häkkinen se déporta à nouveau à droite, sauf que cette fois il s'agissait plus d'une contrainte que d'un choix : Schumacher devait déborder la BAR de Ricardo Zonta à un tour, laquelle s'était posée au centre de la piste, laissant la trajectoire idéale – car entièrement sèche – à Schumacher. Malgré la légère humidité de la piste à droite et le peu d'espace accordé par Zonta, Häkkinen déborda les deux à la fois !

Quelques tours plus tard, Häkkinen remporta ce qui reste aujourd'hui le sommet de sa carrière avec ses deux titres mondiaux : une victoire sur l'un des plus beaux circuits du monde, face à l'un des maîtres de ce tracé, avec l'un des plus beaux dépassements de l'Histoire de la Formule 1. Pourtant peu porté aux joutes verbales, Häkkinen fit cette fois comprendre, à sa manière, qu'il valait mieux pour Schumacher qu'il ne répète pas son coup de volant.

Mais le Finlandais, bon prince, ne chercha pas à provoquer de polémique, que ce soit sur le moment

ou des années après lorsqu'il revint sur cette passe d'armes

. Après tout, il avait gagné, et c'était l'essentiel.

Prochain article Formule 1
Bahreïn, Jour 1 - Pérez de nouveau en tête à la mi-journée

Article précédent

Bahreïn, Jour 1 - Pérez de nouveau en tête à la mi-journée

Article suivant

Pirelli et la FIA contrôlent le chauffage des enveloppes

Pirelli et la FIA contrôlent le chauffage des enveloppes