Lowe soutient la sévérité des commissaires de F1

Après un week-end de Grand Prix d'Australie marqué par la pénalité de Daniel Ricciardo, Paddy Lowe, le directeur technique de Williams, estime que les commissaires doivent être sévères.

Les décisions prises par les commissaires de course en Formule 1 peinent à faire l'unanimité face notamment à une partie du public qui accuse ces derniers de manquer de constance ou de trop/pas assez pénaliser certaines infractions ou manœuvres jugées comme telles.

Lors du Grand Prix disputé à Melbourne, Daniel Ricciardo a écopé d'une pénalité après la journée de vendredi, l'Australien s'étant rendu coupable d'une vitesse excessive sous drapeau rouge. Même si les commissaires ont noté, dans leur décision, que le pilote Red Bull avait agi de façon tout à fait raisonnable une fois le drapeau brandi, son temps pour rallier les stands avait été inférieur au temps minimum fixé dans certains micro-secteurs et il a donc logiquement été sanctionné de trois places sur la grille.

L'intéressé n'avait que très peu goûté à cette pénalité, la qualifiant de "merde", d'autant plus qu'il estimait que la raison de l'interruption de séance – un câble qui s'était détaché en pleine ligne droite des stands – ne représentait pas un grand danger.

Cependant, dura lex sed lex, et pour Paddy Lowe, même s'il compatit avec Ricciardo, il estime que les commissaires ne peuvent pas se permettre de se montrer laxistes, surtout dans le domaine de la sécurité. "Je suis désolé pour Ricciardo pour cet incident en particulier, car ça avait l'air assez sévère pour ce qui était sa course à domicile."

"Il y a toujours ce genre de choses, mais en réalité, l'un des thèmes des commissaires est qu'ils sont souvent critiqués pour leur manque de constance, et je pense que quand ça touche à la sécurité, je soutiens les commissaires qui doivent être assez sévères avec les pénalités."

"Vous ne pouvez pas laisser ce genre de permissions parce qu'à la minute où vous dites 'C'est la première course, c'est une nouvelle règle et personne n'était prêt donc on laisse passer pour ce coup-ci', cela veut dire que vous devez laisser passer pour le suivant aussi. Vous creusez un trou dont vous ne pouvez plus sortir."

"Au final, c'est une question de sécurité et si c'était en course, on sait comment ça aurait fonctionné. Vous l'auriez géré de manière très précise pour ne pas avoir de pénalité. C'est le travail à effectuer."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités