Marcus Ericsson à la peine en qualifications

partages
Marcus Ericsson à la peine en qualifications
Par : Benjamin Vinel
17 juil. 2015 à 12:00

Marcus Ericsson, Sauber C34
Marcus Ericsson, Sauber C34
Marcus Ericsson, Sauber C34
Marcus Ericsson, Sauber F1 Team
Marcus Ericsson, Sauber C34
Marcus Ericsson, Sauber C34
Marcus Ericsson, Sauber F1 Team
Marcus Ericsson, Sauber F1 Team

Depuis le début de la saison, Marcus Ericsson est clairement en difficulté face à son coéquipier Felipe Nasr. Avec 5 points contre 16 pour le Brésilien, Ericsson est 16e du championnat, ne devançant que les pilotes McLaren et Manor.

Sur les sept courses où les deux pilotes ont vu l'arrivée, le Suédois n'a eu l'avantage qu'une fois, à Montréal, où il a fini 14e. Cependant, selon Ericsson, le problème ne vient pas de son niveau le dimanche, mais le samedi.

"Pour moi, il est clair que je dois élever mon niveau de jeu en qualifications," déclare-t-il. "C'est ce qui m'handicape le plus, surtout par rapport à mon coéquipier."

Il faut que je trouve le moyen de prendre l'avantage en qualifications

Marcus Ericsson

"Le problème, c'est que cela influence toute la course quand on est le deuxième de l'équipe en qualifications et qu'on n'a pas la priorité sur la stratégie, ça rend forcément la vie plus difficile."

En effet, en neuf séances qualificatives, Ericsson n'a eu l'avantage que trois fois. Toutefois, sur l'ensemble des séances, il n'accuse qu'un dixième et demi de retard sur son coéquipier en moyenne. Des améliorations restent toutefois cruciales.

"La voiture est bien équilibrée et agréable à piloter, mais parfois, il faut trouver le moyen de l'adapter au style de pilotage qu'on aime, pour pouvoir en tirer le meilleur. Il faut que je trouve le moyen de prendre l'avantage en qualifications," ajoute le natif de Kumla.

Sauber attend ses évolutions avec impatience

Depuis le début de la saison, Sauber recule petit à petit dans la hiérarchie. Les 14 points marqués à Melbourne semblent bien loin : l'écurie suisse n'a inscrit que deux unités lors des six dernières courses et ne compte qu'un passage en Q2 sur cette période.

"Ces derniers temps, nous avons du mal à tenir le niveau de la concurrence, nous n'apportons pas autant d'évolutions que d'autres," regrette Ericsson. "D'un côté, ce n'est pas une surprise pour nous car nous savions que les grosses évolutions allaient arriver dans la deuxième moitié de l'année et c'est la philosophie que l'équipe a choisi au début de l'année."

Lire aussi : Sauber prévoit une évolution majeure pour Singapour

En effet, des évolutions non-négligeables sont prévues par Sauber pour Spa-Francorchamps et surtout pour Singapour. L'équipe donc mange son pain noir en attendant des jours meilleurs.

"Bien sûr, ce n'est pas agréable de ne pas être aussi compétitif qu'au début de l'année, mais nous devons tirer le meilleur que ce que nous avons et espérer retrouver un bon niveau dans la deuxième moitié de saison," conclut Ericsson.

Prochain article Formule 1
La Russie assure que l'édition 2015 n'est pas menacée

Article précédent

La Russie assure que l'édition 2015 n'est pas menacée

Article suivant

Bottas et Ferrari - Il n'y a jamais de fumée sans feu

Bottas et Ferrari - Il n'y a jamais de fumée sans feu

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Marcus Ericsson
Équipes Sauber
Auteur Benjamin Vinel
Type d'article Actualités