Pénaliser Verstappen à Austin 2017 : "une des décisons les plus difficiles"

Le commissaire de Formule 1 Garry Connelly a reconnu que pénaliser Max Verstappen lors du GP des États-Unis 2017 a été l'une des décisions "les plus difficiles" à laquelle il a participé.

Pénaliser Verstappen à Austin 2017 : "une des décisons les plus difficiles"

Max Verstappen avait dépassé Kimi Räikkönen pour la troisième place dans le dernier tour de la course d'Austin en 2017. Cependant, le pilote Red Bull a rapidement été reconnu coupable par les commissaires d'être sorti de piste et d'avoir tiré un avantage durable en effectuant cette manœuvre.

Immédiatement après la course, il a reçu une pénalité de cinq secondes qui a inversé les positions. Le Néerlandais a donc été remplacé par le Finlandais à la dernière minute pour la cérémonie du podium, ce qui a déclenché de vives réactions sur les réseaux sociaux.

Retour sur le GP des États-Unis 2017 :

S'exprimant devant ses collègues commissaires autour du monde dans une conférence web de la FIA ce samedi, Garry Connelly a cité le cas Verstappen au moment de mettre l'accent sur le fait que toute décision devait prendre en compte les conséquences pour l'ensemble des parties impliquées. "En prenant des décisions, nous devons avoir la responsabilité de pas prendre en compte que le côté du coupable présumé. Il est important de réfléchir à ceux qui sont également touchés."

"Et je veux donner un exemple classique ici, qui me reste en tête et dans celle de mes collègues commissaires lors de cette épreuve. Il s'agit du Grand Prix des États-Unis 2017, c'était le dernier tour de la course. Et Max Verstappen a réalisé une manœuvre brillante, superbe, sur Kimi Räikkönen. Et il l'a dépassé, je crois, à trois virages de la fin."

"Nous avions Mika Salo comme commissaire-pilote. Et Mika est extrêmement rapide pour voir ce qui se passe sur un circuit. Et il nous a dit immédiatement que c'était un superbe dépassement de la part de Max, mais qu'il était en dehors de la piste d'un mètre à l'intérieur du virage. Il a quitté la piste pour dépasser."

"Nous sommes revenus en arrière et avons regardé, et c'était très, très clair. C'était très, très clair en moins d'une minute. Et avec mes collègues commissaires présents dans la pièce – Radovan Novak, Mika Salo et Dennis Dean –, ça a été une décision difficile, parce que nous devions retirer la troisième place, le podium, à Max Verstappen et le remplacer par Kimi Räikkönen."

Lire aussi :

Connelly se souvient du tollé provoqué sur les réseaux sociaux. "Et mon dieu, nous avons fait face à beaucoup de critiques. Nous étions les ennemis publics numéro 1 aux Pays-Bas, et tous les fans de Red Bull autour du monde étaient en colère. Et beaucoup d'autres personnes également."

"Mais nous avons également vu cela d'une autre perspective, en ce qu'un autre pilote avait été privé de sa position légitime, car Max n'aurait pas pu dépasser Kimi s'il avait respecté les règles. Et respecter les règles est très simple : vous ne pouvez pas sortir de piste pour doubler quelqu'un, vous ne pouvez pas quitter la piste et tirer un avantage. Et c'était un avantage durable. Il est passé de quatrième à troisième en dépassant un mètre hors piste."

"Donc quand il s'agit d'arriver à une décision difficile, oui, vous vous sentez désolé pour la personne que vous pouvez avoir à pénaliser. Mais il faut également penser aux autres concurrents affectés par la manœuvre, ou par l'action du concurrent sur laquelle vous enquêtez."

Connelly a clairement indiqué qu'il n'avait aucun regret concernant la décision prise ce jour-là. "Je pense donc que c'est quelque chose qui me colle toujours à la peau, c'était vraiment, vraiment, probablement l'une des décisions les plus difficiles que j'ai eu à prendre avec mes collègues."

"Mais je crois toujours que nous avons fait ce qu'il fallait, nous avons pris la bonne décision. Et je suis presque sûr que si vous parlez à Max Verstappen aujourd'hui, il conviendra qu'avec le recul, c'était la bonne décision."

partages
commentaires
Haas pourrait appeler Grosjean ou Magnussen en cas de besoin
Article précédent

Haas pourrait appeler Grosjean ou Magnussen en cas de besoin

Article suivant

Quand Benetton présentait la dernière F1 de son histoire

Quand Benetton présentait la dernière F1 de son histoire
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021