Rallycross - Après le Québec, Solberg roi de Bretagne

partages
commentaires
Rallycross - Après le Québec, Solberg roi de Bretagne
7 sept. 2014 à 18:35

Jean-Michel Le Roy, Lohéac - C'était encore la grosse affluence en Bretagne en ce premier week-end de septembre

Jean-Michel Le Roy, Lohéac - C'était encore la grosse affluence en Bretagne en ce premier week-end de septembre. Avec tous les ténors du championnat du monde de rallycross, l'affiche était des plus alléchantes. Comme au Québec, c'est encore une fois Petter Solberg qui s'est montré le plus compétitif devant plus de 50 000 spectateurs sous un éclatant soleil breton.

Plus de 47 engagés cette fois pour cette manche française, personne n'avait voulu manquer ce rendez-vous dans le temple du rallycross. Tous les étrangers bien sûr mais aussi une belle délégation française qui avait à cœur de démontrer la belle santé de la discipline en France. Les concurrents du championnat de France avait répondu à l'appel du haut niveau mais que ce fut dur pour nos nationaux. Pour se hisser en finale, il fallait passer par quatre manches souvent fort animées et à ce petit jeu, bien souvent, les étrangers se montrent bien meilleurs stratèges que le pilotes français.

Pourtant, le champion de France 2013 réussit à se hisser en demi-finale avant qu'Andy Scott ne l'expédie en dehors de la piste ... dans le tour joker. L'Écossais est dans la vie un charmant garçon, derrière un volant il ne fait aucun cadeau, le pilote de la Clio 3 4WD s'en souviendra. Gaétan Sérazin lui aussi réussit à se hisser dans l'avant-dernier échelon mais un contact avec un vibreur ruinera ses espoirs de faire aussi bien qu'en 2013 (5ème). Pour les autres Français, Laboulle, Knapick, Jeanney, Audra ou J.-B. Dubourg, ils se défendirent bien mais il leur manqua juste un petit quelque chose pour aller jouer dans la cour des grands.

En finale, Petter Solberg (Citroën DS3) ne manqua sûrement pas l'occasion de rééditer son exploit de Trois-Rivières. Dès le départ il prit le meilleur sur Nitiss (Ford Fiesta), Hansen (Peugeot 208), Timerzyanov (Peugeot 208) et Ken Block (Fiesta). Le Norvégien ne lâcha rien et derrière il y eut quand même un peu de grabuge avec Tymerzyanov dans le rail qui devait ainsi laisser son équipier se débrouiller seul. Le jeune Hansen s'acquitta fort bien de sa tâche mais devant, Solberg était intouchable. Désormais le Norvégien est solidement installé en tête de ce nouveau championnat du monde. Il pourrait ainsi être le premier sur les tablettes mondiales de la discipline, après son titre en Rallye, cela ferait son bonheur.

Le classement en Supercar
1. Petter Solberg
2. Reinis Nitiss
3. Timmy Hansen
4. Ken Block
5. Pontus Tidemand
6. Timur Timerzyanov

Prochain article Formule 1
Kvyat ronge son frein à la porte des points

Article précédent

Kvyat ronge son frein à la porte des points

Article suivant

GP d'Italie : Les arrêts aus stands

GP d'Italie : Les arrêts aus stands

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Petter Solberg , Ken Block , Timmy Hansen , Pontus Tidemand , Andy Scott , Timur Timerzyanov , Reinis Nitiss
Type d'article Actualités