Formule 1
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
8 jours

Règlement 2021 : Brawn inflexible face à certaines "absurdités"

partages
commentaires
Règlement 2021 : Brawn inflexible face à certaines "absurdités"
Par :
18 juil. 2019 à 11:29

Ross Brawn justifie la stratégie adoptée par la F1 pour la mise en place d'une nouvelle réglementation assez restrictive en 2021, et n'adhère pas à certains arguments soulevés par les équipes quand elles tentent de s'opposer à des décisions prises pour l'avenir.

La F1 a dévoilé cette semaine les décisions majeures vers lesquelles elle se dirige pour faire entrer la discipline dans une nouvelle ère en 2021. Ainsi, les propositions désormais plus claires permettent de se faire une idée plus juste de ce à quoi ressembleront les monoplaces dans deux ans, avec notamment le retour de l'effet de sol pour produire l'essentiel de leur appui aérodynamique. À présent, charge aux dirigeants de faire définitivement accepter cette orientation par les équipes, dont certaines se montrent encore réticentes. L'une des principales inquiétudes découle de la limitation des zones sur lesquelles il sera possible de travailler, puisque la prépondérance aérodynamique sur les carrosseries deviendra moindre. La crainte serait alors de voir les monoplaces toutes se ressembler, argument auquel n'adhère toutefois pas Ross Brawn.

Lire aussi :

"Nous avons été très précis sur les principes au départ, car si nous ne le sommes pas, nous n'atteindrons pas les objectifs", explique le directeur général de la F1. "Il y a des plaintes selon lesquelles toutes les voitures vont se ressembler et d'autres absurdités que nous avons entendues. Pat [Symonds] a donc pris toutes les monoplaces existantes, a retiré les livrées, et les a projetées au mur. On ne peut pas dire quelles sont les différences entre ces voitures une fois qu'elles n'ont plus leurs couleurs. Il faut être un geek extrême pour les retrouver, et même chez nous, nous n'avons réussi à en retrouver que trois !"

Ross Brawn se montre implacable sur la nécessité d'édicter un nouveau règlement qui soit très strict et qui pose des limites resserrées dès le départ, afin de compliquer l'accès à des voies de développement qui demanderaient beaucoup d'investissement alors qu'elles tendraient à nuire à la volonté de faciliter le comportement des F1 en peloton.

"Nous savons qu'avec ce règlement très normatif, les esprits fertiles de la F1 trouveront des solutions différentes", admet-il. "Le règlement sera normatif car nous devons nous assurer d'atteindre ces objectifs, mais il y a encore suffisamment de latitude. Il ne fait aucun doute que par rapport à la relative liberté qu'ont eue les équipes jusqu'à présent, ce sera frustrant. Mais l'approche que nous voulons qu'elles adoptent pour la F1 c'est d'accepter que le règlement est le même pour tout le monde, et que si quelqu'un fait du meilleur travail qu'un autre il ne sera pas deux secondes mais deux dixièmes plus rapide."

Les équipes écoutées... lorsqu'elles sont sincères

Concept F1 2021 présenté par Ross Brawn

Responsable technique monoplace à la FIA, et forcément très impliqué dans le processus en cours, Nikolas Tombazis précise que ce sont essentiellement les ingénieurs des écuries qui se sont fait entendre face à ce futur règlement. Selon lui, les directeurs d'équipe sont en revanche beaucoup plus ouverts quant à cette nouvelle direction que tente de prendre la F1.

"Il y a de nombreux aspects sur lesquels les équipes mettent l'accent, notamment en fonction de leur place sur la grille et de l'influence que ça a dessus", souligne-t-il. "Au sein des équipes, tout le monde ne voit pas les choses de la même manière. Parfois, il y a le directeur d'équipe qui a une vision générale de la situation et comprend ce que nous faisons, et parfois il y a les ingénieurs qui voient cette part de liberté et le terrain de jeu qui seront réduits, donc ils s'y opposent. Si l'on prend la partie aéro de cette étude, beaucoup de choses sont axées sur la réduction de la capacité des équipes à contrôler le sillage des pneus avant : c'est une partie clé de ce travail. La capacité à contrôler le sillage des pneus avant est peut-être l'un des plus grands défis actuels pour les aérodynamiciens, et la réduire les touche."

"Nous avons pris beaucoup de remarques en compte et nous en avons discuté avec les équipes pendant une longue période, et parfois nous avons réalisé que certaines choses que nous prévoyions de faire étaient mauvaises, nous les avons modifiées et pris leur avis en compte. Nous devons être sélectifs dans notre jugement. Quand nous voyons que les commentaires d'une équipe sont sincères et non pour préserver un certain avantage, et qu'ils mettent en lumière une faiblesse de notre part, nous sommes suffisamment ouverts pour reconnaître notre erreur et revenir en arrière."

Concept F1 2021
Article suivant
Les tests Pirelli 2020 perturbés par un crash de Buemi

Article précédent

Les tests Pirelli 2020 perturbés par un crash de Buemi

Article suivant

Leclerc ne se met "pas la pression" pour une première victoire

Leclerc ne se met "pas la pression" pour une première victoire
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Tags ross brawn , nikolas tombazis
Auteur Basile Davoine