Renault - Quitter la F1 est une possibilité

La conférence de presse de ce vendredi promettait d'être scrutée à Sepang. Avec la présence côte à côte de Christian Horner et Cyril Abiteboul, elle a tenu ses promesses, sur fond de tensions entre Red Bull Racing et son motoriste Renault.

Directeur Général de Renault Sport F1, Abiteboul est revenu sur la situation actuelle du Losange quant à la réflexion menée sur son avenir en Formule 1. Le Français a précisé qu'aucune option n'était écartée.

"Je peux confirmer que nous regardons toutes les options, y compris celle de quitter la Formule 1", a-t-il prévenu. "Si la Formule 1 est si mauvaise pour la réputation de Renault, si nous voyons que nous continuerons à avoir des difficultés avec la formule actuelle, si le sport ne délivre pas la valeur que cela coûte à Renault…Nous croyons que nous sommes un concurrent crédible dans le sport mais il faut réfléchir à ce que nous devons faire d'autre pour être au-dessus de ce que nous sommes déjà."

Le rachat de Toro Rosso toujours envisageable

A l'inverse, parmi les possibilités étudiées, celle d'un rachat de l'écurie Toro Rosso est elle aussi toujours évoquée. Un retour de Renault en tant que constructeur à part entière, via l'équipe italienne ou une autre structure, est une autre corde à l'arc de la marque française. Mais pour Abiteboul, la priorité du moment est de retrouver des résultats convenables avec Red Bull.

"Je crois que la première priorité est de corriger le moteur", insiste-t-il. "Nous avons vu à Melbourne que ce n'était pas le début de saison que nous attendions, donc avant de penser à faire une voiture je crois que nous devons avoir le moteur sous contrôle. Ensuite, si nous pouvons faire cela, nous regarderons la situation d'un point de vue marketing et stratégique."

Je crois que ce serait une opportunité fantastique pour Toro Rosso.

Franz Tost, Directeur de Toro Rosso

Pourtant, les appels du pied en direction de Toro Rosso ont déjà trouvé un certain écho.

"Je crois que ce serait une opportunité fantastique pour Toro Rosso de faire un nouveau pas en avant, car l'équipe veut s'établir dans le top 5 au championnat constructeurs", explique Franz Tost, actuellement Directeur de l'écurie de Faenza. "Et être la propriété d'un constructeur serait exactement l'étape suivante dont l'équipe a besoin pour s'établir dans le top 5."

Red Bull contraint de suivre Renault ?

Face aux interrogations de Renault, qu'il a vertement critiqué après le premier Grand Prix de la saison en Australie, Christian Horner a quant à lui insisté sur l'importance du lien entre Red Bull et son motoriste. Malgré la crise qui frappe leur union, le Britannique semble penser que le sort de l'un et de l'autre sont intimement liés, quelle que soit la décision de Renault.

"Si nous devions nous retrouver dans une situation sans motoriste si Renault choisit de quitter la Formule 1, Mercedes refuserait de fournir Red Bull avec un moteur ; c'est improbable que nous serions dans une position pour avoir un moteur Ferrari donc nous pourrions être forcés de quitter le sport", avance-t-il.

"Est-ce que la Formule 1 délivre des résultats pour Red Bull en tant que marque ? Il y a certains signes inquiétants quand nous voyons des courses comme à Melbourne mais j'espère que c'est seulement un chapitre dans une longue histoire. Il y a une longue saison devant nous."

 

A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités