Schumacher : "Être comparé à mon père n'a jamais été un problème"

partages
commentaires
Schumacher : "Être comparé à mon père n'a jamais été un problème"
Par :
21 mars 2019 à 08:37

Se confiant sur la saison qui l'attend en Formule 2, Mick Schumacher dit assumer avec beaucoup d'honneur et sans pression supplémentaire les inévitables comparaisons avec son père.

Mick Schumacher, PREMA RACING
Mick Schumacher, PREMA RACING
Mick Schumacher, PREMA RACING
Mick Schumacher, PREMA RACING
Mick Schumacher, PREMA RACING
Mick Schumacher, PREMA RACING
Mick Schumacher, PREMA RACING

Mick Schumacher s'apprête à prendre part à sa première saison de Formule 2 avec l'équipe Prema, et débutera dans la discipline à la fin du mois à Bahreïn. Sacré Champion de F3 Europe l'an passé, le fils de Michael Schumacher voit les projecteurs se braquer un peu plus sur lui, et ce pour deux raisons en 2019 : il va évoluer dans un championnat dont le paddock jouxte celui de la Formule 1, et surtout, il vient d'intégrer la Ferrari Driver Academy.

Sorti de l'ombre au fil des derniers mois, Mick Schumacher doit tracer son chemin vers la catégorie reine et nombreux sont ceux rappelant qu'il faudra lui donner le temps, à l'instar de Jean Todt. Mais le pilote de 19 ans est aussi conscient de ne pas pouvoir se dissocier de l'image d'un père qui reste, à ce jour, le plus victorieux de l'Histoire de la Formule 1. Si ce pourrait être un poids, lui assure bien le vivre.

"Être comparé à mon père n'a jamais été un problème pour moi", insiste-t-il. "C'est assez simple. Pour moi, être comparé au meilleur pilote de l'Histoire de la F1 est l'objectif à atteindre. L'avoir comme idole, et le fait que ce soit mon père, c'est quelque chose de très particulier. Je me sens honoré d'être comparé à lui, car je peux apprendre et essayer de progresser."

Lire aussi :

La pression du résultat va s'accentuer en F2, à un échelon supérieur par rapport à celui auquel Mick Schumacher évoluait ces deux dernières années. Néanmoins, le jeune Allemand se sent prêt et ne redoute pas ce nouveau cap.

"La marche depuis la F3 n'est pas si énorme, c'est plus pour ce qui concerne la compréhension des pneus à 100%, c'est la partie la plus difficile", estime-t-il. "Nous avons beaucoup plus d'appui aérodynamique et de vitesses élevées, donc il faut davantage travailler sur la voiture. C'est un bon défi."

Désormais sous l'aile de Ferrari, entouré également par le management de Nicolas Todt, Mick Schumacher va continuer de mettre en place les éléments pour construire la carrière qu'il souhaite entreprendre. "Je peux tellement apprendre de Ferrari, et je veux faire le maximum possible", souligne-t-il. "Ils m'ont accueilli dans la famille, qui a toujours fait partie de la mienne. Je suis très heureux."

Article suivant
Pourquoi Mercedes n'a pas arrêté Bottas en fin de GP d'Australie

Article précédent

Pourquoi Mercedes n'a pas arrêté Bottas en fin de GP d'Australie

Article suivant

Pirelli dévoile les pneus pour le GP de Monaco

Pirelli dévoile les pneus pour le GP de Monaco
Charger les commentaires
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu