Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola
Dossier

Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola

Le point sur les évolutions techniques à Bahreïn

partages
commentaires
Le point sur les évolutions techniques à Bahreïn
Par :
Co-auteur: Jake Boxall-Legge
30 mars 2019 à 06:58

Les monoplaces ont subi plusieurs modifications pour le Grand Prix de Bahreïn. Ces changements touchent essentiellement le refroidissement et les dérives latérales.

La chaleur étouffante qui règne dans le désert de Bahreïn a forcé plusieurs écuries à munir leurs monoplaces d’évents d’évacuation d’air chaud de grande taille.

Renault a procédé à une modification majeure de cet évent. En Australie, le dessus de l’évent se terminait au niveau du triangle de suspension supérieur. À Bahreïn, il a été agrandi afin d’expulser encore plus d’air brûlant.

Lire aussi:

Cette photo ci-dessous, prise par Giorgio Piola, montre que l’écurie Mercedes a elle aussi agrandi les évents situés sur les côtés du cockpit et les pontons.

Un détail technique de la Mercedes

Ceux-ci capturent l’air chaud dissipé par les radiateurs et le rejettent à la surface des pontons. Des lamelles internes conditionnent les filets d’air, ce qui amincit la couche limite et améliore la fixation des flux.

Mercedes a aussi ajouté une arête supplémentaire aux dérives latérales de son aileron arrière afin de mieux gérer les flux d’air qui commencent à tourbillonner à l’endroit où les dérives s'évasent vers l'extérieur.

Développement des dérives

La nouvelle règlementation qui touche les ailerons avant a beaucoup mis l'accent sur l’efficacité des dérives latérales. Si elles ne génèrent pas d’appui aérodynamique, elles jouent un rôle crucial dans le rendement du fond plat et du diffuseur.

Les écuries McLaren et Toro Rosso ont déjà apporté plusieurs modifications à leurs dérives tandis que Racing Point a choisi de revenir à une solution vue en essais.

Un déflecteur McLaren

Les dérives de McLaren possèdent un nouveau bord d’attaque qui se distingue par une série de dents à cordes très courtes situées à l’avant et destinées à repousser de manière agressive les flux d’air autour des pontons de la voiture.

Ces dents travaillent avec de nouvelles arêtes verticales qui forment une sorte de pré-dérive devant les éléments principaux. Ces arêtes repoussent les filets d’air vers l’extérieur afin de protéger le fond plat des turbulences générées par le sillage des pneus.

Les nouvelles dérives des Toro Rosso ne sont pas aussi complexes que celles de McLaren, mais elles ont été passablement modifiées depuis l’Australie.

Déflecteur de la Toro Rosso

Les trois éléments principaux ont été reconfigurés. Le second élément est désormais plus long tandis que le troisième est plus court, ce qui permet un meilleur attachement des filets d’air à cet endroit.

Les échancrures supérieures demeurent, mais elles ont été remaniées. Les supports de fixation métalliques ont été courbés vers le bas afin de mieux guider les filets d’air dans cette direction ainsi qu'autour de la base des pontons.

En revanche, l’écurie Racing Point est revenue à la spécification des dérives et des rétroviseurs vue lors des essais hivernaux.

Leur géométrie avait été revue pour le Grand Prix d’Australie et c’est dans cette configuration que les RP19 ont été inspectées jeudi. Toutefois, les ingénieurs ont préféré revenir à l’ancienne spécification pour les premiers essais libres de vendredi à Bahreïn.  

 

Article suivant
Avec de meilleures sensations, Leclerc "poussera" pour la pole

Article précédent

Avec de meilleures sensations, Leclerc "poussera" pour la pole

Article suivant

Ferrari juge les essais libres "trompeurs" à cause des modes moteur

Ferrari juge les essais libres "trompeurs" à cause des modes moteur
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Bahreïn
Auteur Giorgio Piola
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu