Vergne : "Tout est plus grand en Formule 1"

A moins d’un mois de son premier Grand Prix en Formule 1, Jean-Eric Vergne poursuit son apprentissage au travers des trois séances d’essais hivernaux de l’année

A moins d’un mois de son premier Grand Prix en Formule 1, Jean-Eric Vergne poursuit son apprentissage au travers des trois séances d’essais hivernaux de l’année.

Le Français découvre un monde où tout est plus grand que ce qu’il avait connu par le passé dans les catégories inférieures où il a évolué avec succès.

"Oui, je réalise que je suis en F1. Mais il y a deux phases. La première c'est vraiment la découverte, c'est la première fois qu'on met les pieds dans ce milieu-là, tout est fantastique," a déclaré Vergne dans une interview accordée à L’Équipe.

"Mais, très vite, tous ces aspects s'effacent pour laisser place au travail, à tout ce qu'on doit faire. Et finalement, qu'on réalise ou pas, ça ne change pas grand-chose. La chose la plus importante dont il faut prendre conscience, c'est la quantité de travail demandée et à quel point ça va être difficile."

"Tout est plus dur, tout est plus grand aussi. C'est le sommet de la pyramide du sport auto. On passe d'une équipe de 40 personnes à une équipe de 350, avec des budgets faramineux par rapport à ce que j'ai connu avant. La voiture également est très différente, beaucoup plus complexe, technique, performante. Elle va plus vite, elle freine plus fort, on se prend beaucoup plus de G, il y a beaucoup plus d'aérodynamique. On passe d'un volant où il y avait 5 boutons à un volant où il y en a 30. Tout est poussé à l'extrême, et effectivement, c'est un peu compliqué de s'adapter."

Vergne ajoute qu’il se sent déjà à l’aise, tant dans son équipe que derrière le baquet de la STR7. Il sera de retour en piste pour deux journées lors de la dernière session d’essais hivernaux à Barcelone, qui aura lieu du 1er au 4 mars.

"Même les pilotes les plus expérimentés ont toujours quelque chose à apprendre. On est en permanence en phase de découverte. Mais je me sens déjà à l'aise, que ce soit dans la voiture ou avec l'équipe. D'ailleurs, les premiers essais se sont bien passés, que ce soit pour moi ou pour l'écurie."

Pour sa première saison en Formue 1, Vergne découvrira des circuits mythiques comme Suzuka qui ne sont pas utilisées dans les formules de promotions dont les calendriers se déroulent essentiellement en Europe. Le Français a hâte de découvrir de nouveaux circuits au volant d’une Formule 1.

"Je suis pressé d'aller au Japon. Parmi ceux que je connais, j'ai hâte de retourner à Spa, c'est un de mes circuits préférés. J'aime bien Budapest aussi. Mais, en fait, il n'y a aucun circuit où je ne suis pas pressé d'aller. Quand on roule dans une voiture comme ça," on les aime tous, a-t-il ajouté.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jean-Éric Vergne
Type d'article Actualités