Allison - Il n'y a pas qu'une seule solution

partages
commentaires
Allison - Il n'y a pas qu'une seule solution
1 avr. 2014 à 15:00

En ce début de saison 2014, l’écurie Mercedes attire toute l’attention après la victoire de Nico Rosberg à Melbourne, puis de Lewis Hamilton, ce week-end, à Kuala Lumpur

En ce début de saison 2014, l’écurie Mercedes attire toute l’attention après la victoire de Nico Rosberg à Melbourne, puis de Lewis Hamilton, ce week-end, à Kuala Lumpur. Cependant, personne n’est en reste, poussant les efforts d’ingénierie en Europe, à l’image de chez Ferrari.

Arrivé en septembre dernier en provenance de l’écurie Lotus, James Allison (46 ans), est revenu dans les rangs de la Scuderia en tant que Directeur Technique. Le Britannique a confié ses sentiments quant aux nouveaux règlements en vigueur cette saison, à commencer par le groupe propulseur.

"C’est ni plus ni moins aussi que ce que nous pensions… La nouvelle monoplace est équipée du nouveau groupe propulseur 1.6-litre turbo, ce qui signifie que tout le monde dispose désormais de la même quantité de carburant. Quiconque pouvant rendre son moteur plus efficace et lui apporter plus de puissance l’emportera. Les ingénieurs ont donc beaucoup travaillé là-dessus", explique-t-il à F1 Racing.

"La voiture est un package plutôt élégant de la part de l’équipe, dont le travail a débuté il y a plus de deux ans et pour aboutir à ce point. La monoplace est très propre, très compacte. Et quand on trouve autant de complexité mécanique en-dessous de la carrosserie, c’est un véritable défi que de tout compacter ainsi".

Cette saison, l’architecture générale a du être repensée par les ingénieurs à cause des nouvelles règles techniques. De fait, l’aérodynamisme a été l’un des domaines les plus travaillés chez toutes les écuries. La F14-T présente ainsi un nez abaissé caractéristique. Celui-ci reste assez large et proche du sol, dans le but d’accélérer le flux d’air sous le nez et d’améliorer l’appui.

"Concernant l’aspect aérodynamique, nous avons reproduit ce que nous faisons toujours", reprend Allison. "C’est-à-dire que nous avons réduit au minimum la traînée, améliorant les appuis en nous assurant que ceux-ci sont fiables sur la piste."

"Si vous parcourez la voie des stands, vous observez qu’il y a un nez différent sur toutes les voitures et qu’il n’y a aucune similitude entre les monoplaces. Les nouvelles règles permettent de prendre beaucoup de libertés. Il n’y a donc pas qu’une seule solution."

Depuis le Grand Prix de Melbourne, nombre de voix s’élèvent contre le son produit par les nouvelles monoplaces. Certains l’estiment trop faible et moins représentatif de la discipline reine des sports automobiles.

"C’est un son très différent, mais j’imagine qu’il deviendra rapidement le son auquel les gens associent la Formule 1. C’était tout-à-fait différent lorsque nous sommes passés du V10 au V8. C’est une nouvelle fois différent, mais je pense que nous allons tous nous habituer à cela très bientôt."

Prochain article Ferrari
Alonso n'attend pas de miracle pour Bahreïn

Article précédent

Alonso n'attend pas de miracle pour Bahreïn

Article suivant

Ferrari : Pas un si grand écart avec Red Bull

Ferrari : Pas un si grand écart avec Red Bull

À propos de cet article

Séries Ferrari
Pilotes Lewis Hamilton Boutique , Nico Rosberg Boutique
Équipes Ferrari Boutique
Type d'article Actualités