Alonso et Räikkönen poussent dans le même sens chez Ferrari

partages
commentaires
Alonso et Räikkönen poussent dans le même sens chez Ferrari
13 août 2014 à 09:30

Fernando Alonso était comme chez lui chez Ferrari ces dernières saisons, et n’a pas le sentiment que le remplacement de Felipe Massa par Kimi Räikkönen ait fondamentalement changé sa vie dans le team

Fernando Alonso était comme chez lui chez Ferrari ces dernières saisons, et n’a pas le sentiment que le remplacement de Felipe Massa par Kimi Räikkönen ait fondamentalement changé sa vie dans le team.

Bataillant avec la F14-T, Räikkönen ne s’est pour l’heure que rarement montré au même niveau que l’Espagnol, qui pointe actuellement au quatrième rang du Championnat du Monde des Pilotes. Du reste, Alonso apprécie d’être associé à un autre Champion du Monde, mais cela n’altère pas son approche au quotidien.

« Je n’ai pas vraiment d’opinion à ce sujet », admet-il. « Bien entendu, la voiture n’est pas géniale, et nous manquons d’appui et de traction. Nous avions eu des difficultés sur le freinage lors des deux premières courses, avec le nouveau système brake-by-wire de cette année. Il ne se sentait probablement pas en confiance avec l’auto, et n’était pas totalement satisfait de l’équilibre ».

Inutile, donc, de chercher à prendre le dessus sur son équipier coûte-que-coûte : Alonso a avant tout intérêt à ce que la Scuderia reprenne la bonne direction technique et progresse à chaque course. Pour cela, le feedback et le travail en pleine coopération de deux pilotes n’est pas de trop.

« Nous travaillons clairement beaucoup ensemble et les entretiens sont assez longs cette année car nous avons beaucoup de choses à régler après les courses », poursuit le Double Champion du Monde. « Nous avons constamment fait des suggestions et des commentaires sur ce que nous rencontrons en piste, et essayons d’aider les ingénieurs à transférer cela à Maranello et à le convertir en idées pour la voiture ».

« Ce n’est pas un grand changement par rapport au travail que nous faisions avec Felipe ou n’importe quel équipier ; c’est toujours une relation de travail, pour essayer d’aider le temps en tout temps ».

Alonso se serre donc les coudes, en une période où tous les observateurs scrutent la moindre parole dans l’espoir de pouvoir interpréter de la lassitude ou une envie d’ailleurs.

« Nous pouvons faire un bien meilleur travail, et n’avons pas fait du bon boulot jusqu’à présent », résume Alonso. « Nous progressons, mais la référence a changé cette année. L’an dernier, il s’agissait de Red Bull, et cette année, c’est Mercedes. Nous devons trouver la solution à nos problèmes et arrive à ce niveau ».

Prochain article Ferrari
Raïkkönen - La Ferrari n'est pas une catastrophe

Article précédent

Raïkkönen - La Ferrari n'est pas une catastrophe

Article suivant

Montezemolo promet le changement et balaie les rumeurs

Montezemolo promet le changement et balaie les rumeurs
Charger les commentaires