Alain Prost : Renault e.dams a donné la priorité à la saison 5

Cofondateur de Renault e.dams, Alain Prost se confie à Motorsport.com au sujet de l'écurie et notamment d'une campagne 2017-18 qui s'annonce plus corsée que les précédentes.

Alain Prost : Renault e.dams a donné la priorité à la saison 5

Avec DS Virgin et Mahindra Racing vainqueurs en ce début de saison 2017-18, cette dernière va-t-elle être plus serrée que les deux dernières campagnes, où c’était principalement Renault e.dams et Audi Sport Abt Schaeffler aux avant-postes ?

S'il y a au moins une chose qu'on savait, c'est que ce serait plus serré. Pour des raisons logiques – tout le monde progresse beaucoup. Il y a pas mal de gens qui ont changé des choses très importantes sur le groupe propulseur entre la saison 3 et la saison 4, et qui vont évoluer un peu moins pour la saison 5, alors que nous, on a surtout travaillé pour la saison 5. C'est notre année peut-être un peu plus… pas compliquée, mais c'est normal.

C'est vrai qu'il y a pas mal d’équipes qui peuvent, sur une course, tirer leur épingle du jeu. Mais on ne sait pas très bien où on en est, car nous aussi on a progressé quand même, malgré tout, juste moins que les autres.

Votre priorité est donc en quelque sorte de reculer pour mieux sauter afin d’être au rendez-vous de la saison 5 et de la nouvelle voiture.

C'était un choix, parce que c'est très difficile – pour ne pas dire impossible, ne serait-ce que financièrement – de développer un groupe propulseur chaque année. Il y avait un choix, et je pense que c'est assez raisonnable. Mais attention, ce n'est pas pour ça que nous n'avons pas fait une bonne course à Hong Kong. Mais c'est pour ça que l'on s'attend à ce qu'il y ait une compétition un peu plus serrée, notamment sur certains circuits.

Au niveau du groupe propulseur, comment répartissez-vous les ressources entre l'actuel et le prochain ?

Ce sont deux choses différentes. C'est presque dans la logique du quotidien, ce n'est pas comme en F1 où l'on dit : "J'arrête le développement de cette voiture et je commence l'autre". Ça fait très longtemps qu'on a commencé le développement de la saison 5. Beaucoup d'essais sont faits avec la voiture de développement depuis l'année dernière. On monte en gamme pour la saison 5.

Alain Prost discute avec Nicolas Prost, Renault e.Dams 

Qui sont vos principaux rivaux pour la saison en cours ?

Vraiment, pour moi… On aurait dit Audi : lors des essais à Valence, pour nous, c’était l’épouvantail. Puis on a vu à Hong Kong – [Daniel Abt] a gagné, malheureusement il s'est fait disqualifier – que ce n’était pas tout à fait ce qu'on pensait. Mahindra toujours très bien en ce moment, DS bien sûr. Et après vous avez des surprises comme Venturi, qui a failli gagner la course alors que ce n’était pas vraiment attendu. Il peut y avoir des surprises en qualifs, notamment de NextEV [NIO] ou Jaguar, qui sont plutôt bien, un petit peu moins en course.

Je pense que c'est très difficile de faire une analyse précise de ce qui va se passer. C'est ce qui fait le charme de la Formule E. Il ne faut pas oublier qu'on a des pneumatiques qui ne sont pas des pneumatiques de course, qui sont assez complexes à gérer, et que c'est un paramètre qu'on ne comprend pas toujours très bien en fonction de la piste, de la température, de la gomme, de comment vous avez réglé votre voiture, de comment le pilote fait chauffer sa gomme. Tout ça, ce sont des aspects qui peuvent annihiler complètement le travail que vous avez fait sur des réglages, sur le moteur, etc.

Sébastien Buemi, Renault e.Dams, au départ de la course

Comment gère-t-on une équipe de Formule E par rapport à une équipe de Formule 1 ?

Je ne dirais pas que ce sont deux métiers différents, mais c'est quand même assez particulier, la Formule E. D'ailleurs, c'est beaucoup plus exigeant que ce que l'on peut penser. Quand on voit que les voitures partent d'ici [Marrakech, ndlr] pour aller à la prochaine course, on ne les a pas… Il y a énormément de travail à l'atelier. Il y a la voiture de développement, bien sûr, et ce sont quand même des petites équipes : les gens sont ici sur la piste ou ailleurs en essais, c'est le même groupe de personnes. Il y a énormément de travail sur le simulateur.

C'est tout un aspect de préparation de l’équipe et même d'organisation de l’équipe très axé sur tout ce que l'on fait dans la progression. Je m'explique : aujourd'hui, on fait autant de politique en même temps pour ce que vont être les règlements, les choses évoluent beaucoup. Il y a tout cet aspect qui est très exigeant. Comme c'est très nouveau, ne serait-ce que le marketing en lui-même, c'est très particulier, on ne gère pas tout à fait la même chose.

En Formule 1, vous gérez une grande équipe, c'est 1000 personnes. Là, on parle d'une vingtaine de personnes en tout. Il faut un peu tout faire, il faut être un peu partout. C'est passionnant, mais ce n'est pas statique, ça c'est sûr.

Nicolas Prost, Renault e.Dams

Est-ce donc moins statique que la Formule 1, d'une certaine manière ?

Ça l'est un peu moins, bien qu'en F1, surtout en ce moment, il y ait les règlements, les choses que l'on veut changer, etc. Statique n'est pas le mot, parce qu'il y a quand même une évolution continuelle. Là, on gère aussi un peu nous-mêmes, nous les équipes, la politique du futur. Alors qu'en F1, le groupe de travail technique, la FIA, tout ça est un petit peu différent.

La nouvelle monoplace sera moins coûteuse que deux voitures actuelles réunies – rappelons qu'il est pour l'heure nécessaire d'en avoir deux par pilote en raison de la durée de vie de la batterie, mais ce ne sera plus le cas la saison prochaine. Vous devez donc être satisfait que les coûts restent relativement maîtrisés.

Ça, c'est une des choses qui sont importantes. Tant que la série n'est pas complètement stabilisée, qu'elle n'a pas encore beaucoup progressé, tous les constructeurs sont là, il faut qu'on stabilise. Ça a été bien fait jusqu’à l'année 7, on va dire que c'est à peu près OK. Ce qui va se passer après, c'est vraiment en discussion pour le futur. Et ça, c'est vraiment la clé de la réussite.

Alain Prost sur le podium
partages
commentaires
La nouvelle FE dépassera les 300 km/h, selon Di Grassi

Article précédent

La nouvelle FE dépassera les 300 km/h, selon Di Grassi

Article suivant

Di Grassi déjà pénalisé à Santiago

Di Grassi déjà pénalisé à Santiago
Charger les commentaires
Les quatre roues motrices, idéales pour les bolides électriques Prime

Les quatre roues motrices, idéales pour les bolides électriques

Les courses sur circuit favorisent traditionnellement les tractions ou les propulsions. Cependant, pour les championnats électriques, une répartition équitable de la puissance est parfaite.

Le naufrage de Trulli GP, narré par sa victime Vitantonio Liuzzi Prime

Le naufrage de Trulli GP, narré par sa victime Vitantonio Liuzzi

Après que sa carrière en Formule 1 a tourné court, Vitantonio Liuzzi a tenté de trouver un second souffle en Formule E. Malgré des débuts prometteurs, une décision catastrophique de Trulli GP l'a stoppé net sur sa lancée.

Formule E
6 oct. 2021
Les problèmes révélés par le départ de Mercedes de la Formule E Prime

Les problèmes révélés par le départ de Mercedes de la Formule E

Le retrait de Mercedes de la Formule E à la fin de la saison 2022 contribuera au grand vide laissé par les autres constructeurs Audi et BMW, eux aussi sur le départ. Bien que l'équipe puisse rester en place sous une autre forme, la sortie du nouveau Champion des constructeurs souligne les problèmes actuels de la Formule E.

Formule E
22 août 2021
Pourquoi Audi avait à la fois tort et raison sur la faille réglementaire Prime

Pourquoi Audi avait à la fois tort et raison sur la faille réglementaire

Avec le retrait imminent d'Audi en Formule E, l'équipe n'avait rien à perdre à Londres en tentant de propulser Lucas di Grassi en tête de la course, en l'appelant au stand sous régime de voiture de sécurité. Le mépris envers l'équipe, qui a fait passer la gloire avant l'éthique, devrait plutôt être dirigé vers le règlement qui a permis une telle manœuvre.

Formule E
1 août 2021
Le fiasco de la Formule E à Valence sape le talent des ingénieurs Prime

Le fiasco de la Formule E à Valence sape le talent des ingénieurs

Malgré les tentatives de présenter la farce de Valence comme un échec des équipes à bien anticiper la situation, la Formule E et la FIA ne peuvent échapper aux critiques, surtout au moment où elles veulent assurer la présence à long terme des constructeurs.

Formule E
28 avr. 2021
Comment la "blague" de l'E-Prix de Valence a terni l'image de la Formule E Prime

Comment la "blague" de l'E-Prix de Valence a terni l'image de la Formule E

L’E-Prix de Valence était très attendu ce week-end, puisqu’il s’agissait de la première course du championnat organisée sur un circuit permanent. Mais après une première épreuve marquée par une réduction d’énergie et avec seulement neuf pilotes classés, la Formule E se retrouve une nouvelle fois sous le feu des critiques.

Formule E
26 avr. 2021
Ce début de saison plus controversé que jamais pour la Formule E Prime

Ce début de saison plus controversé que jamais pour la Formule E

La nouvelle saison du Championnat du monde de Formule E a commencé un peu plus tard que prévu en Arabie saoudite, mais le temps perdu a clairement été rattrapé avec de multiples rebondissements sur la piste et en dehors. Pour bien des raisons, c'était une manche d'ouverture explosive, et cela pourrait avoir des répercussions.

Formule E
9 mars 2021
L'enjeu crucial de la nouvelle saison de Formule E Prime

L'enjeu crucial de la nouvelle saison de Formule E

La saison de Formule E à venir est peut-être la plus importante depuis sa création, et pas simplement car c'est la première en tant que Championnat du monde. DS Techeetah a survolé la dernière campagne en date, mais celle qui commencera ce week-end en Arabie saoudite pourrait renouer avec le suspense.

Formule E
25 févr. 2021