BMW n'est pas en avance sur son projet LMDh

Figure de proue de l'engagement de BMW en sport auto à compter de 2023, le projet LMDh traverse une période "tendue" en raison d'un timing compliqué.

BMW n'est pas en avance sur son projet LMDh
Charger le lecteur audio

Moins de dix mois après avoir annoncé son grand retour en prototype, BMW fait face à un véritable défi. Les préparatifs du projet LMDh battent leur plein mais le constructeur allemand est confronté à un timing serré. Le futur prototype sera engagé en deux exemplaires dans le championnat IMSA l'année prochaine, sous la bannière BMW Team RLL, avec l'ambition d'être au départ des 24 Heures de Daytona en janvier 2023.

Pour ne rien arranger, BMW a également dû s'adapter à un gros changement organisationnel, conséquence du départ de Mike Krack pour aller diriger l'écurie Aston Martin en Formule 1. Celui-ci a été remplacé il y a quelques semaines seulement à la tête de BMW Motorsport par Andreas Roos, qui fait justement le point sur l'avancée du projet. BMW travaille en collaboration avec Dallara, choisi pour la fourniture du châssis de la BMW M LMDh.

"La phase de développement du projet LMDh – et nous devons être ouverts à ce sujet – est tendue", confesse Andreas Roos." Le calendrier est serré et notre objectif clairement affiché est de courir à Daytona en 2023. Et nous ne voulons pas juste y faire une apparition, nous voulons être compétitifs. Ça veut dire que nous avons encore des problèmes à régler avec notre partenaire Dallara."

"Après une phase de développement intensive, nous avons maintenant aussi un programme de développement intensif sur circuit, pour vraiment tester la voiture. Des journées très chargées nous attendent, qui seront exigeantes pour nos pilotes, pour notre équipe, pour BMW M Motorsport et pour Dallara. Néanmoins, on remarque que l'état d'esprit est là. Tout le monde est absolument motivé et impatient de faire rouler la voiture pour la première fois, puis de la faire courir bien entendu."

Nous aurions tous préféré avoir un peu plus de temps, mais nous n'avons pas ce luxe. 

Andreas Roos

D'ici là, il y a donc encore beaucoup de chemin à parcourir pour intégrer une nouvelle catégorie qui ne manquera pas de prétendants. Andreas Roos le sait mieux que quiconque, alors que Porsche a mis en piste son prototype dès janvier dernier, tout en reconnaissant la complexité de sa nouvelle auto.

"Comme je l'ai dit précédemment, notre calendrier est très serré", insiste le patron de la branche sportive de BMW. "Peut-être aussi parce que la décision de rejoindre le LMDh a été prise relativement tard. C'est vraiment un défi. Naturellement, si je suis absolument franc, nous aurions tous préféré avoir un peu plus de temps, mais nous n'avons pas ce luxe et nous travaillons d'arrache-pied. Nous avons déjà remarqué qu'un ou deux constructeurs pourraient avoir des problèmes. Bien sûr, j'espère qu'ils ne nous dépasseront pas."

Andreas Roos, patron de BMW M Motorsport depuis quelques semaines.

Andreas Roos, patron de BMW M Motorsport depuis quelques semaines.

"Il est clair que notre planning ne nous permet aucune erreur avant la première course. Nous pouvons aussi être réalistes à ce sujet. Généralement, les choses ne se passent pas sans heurts, et il y aura toujours un ou deux problèmes. Mais comme je l'ai dit, l'équipe est extrêmement motivée, ça va fonctionner. Certains constructeurs ont de l'avance et ont commencé les essais en piste, par exemple. Nous devons simplement les rattraper. Notre personnel très motivé et notre équipe me donnent des raisons d'être optimiste."

L'unique priorité du moment pour BMW est d'être sur la grille de Daytona en janvier prochain, alors qu'à ce stade, seule une présence en IMSA a été confirmée. Une présence ultérieure aux 24 Heures du Mans n'est toutefois pas à exclure. Sportivement, les objectifs demeurent ambitieux mais devront coller à la réalité du développement en cours.

"Là aussi nous devons être réalistes", prévient Andreas Roos. "Il y a plein de bons constructeurs en lice, qui tous ont montré par le passé qu'ils pouvaient développer des voitures de course. Chez BMW, nos aspirations sont claires : nous ne voulons pas faire le nombre, nous voulons gagner des courses. Il serait toutefois présomptueux d'affirmer que nous sommes tellement bons que nous pourrons battre tout le monde d'emblée, et que personne d'autre n'aura sa chance. Notre objectif est clairement de nous battre pour des victoires et d'être aux avant-postes. Une saison est longue et espérons que nous aurons notre mot à dire au championnat en fin d'année. Mais évidemment, il n'y aucune garantie dans un domaine aussi difficile et concurrentiel."

Lire aussi :

partages
commentaires
Le proto LMDh de Porsche est "une voiture compliquée"
Article précédent

Le proto LMDh de Porsche est "une voiture compliquée"

Article suivant

Porsche va fournir quatre LMDh pour des équipes clientes

Porsche va fournir quatre LMDh pour des équipes clientes