H+3 - Les crevaisons perturbent la Toyota de tête

Les deux Toyota sont en tête des 24 Heures du Mans après trois heures de course, et le match entre les équipages est relancé.

H+3 - Les crevaisons perturbent la Toyota de tête

Les leaders par catégorie à 19h

Clt Général Concurrent Catégorie Trs parcourus
1

Japan Toyota Gazoo Racing

Conway/Kobayashi/López

HYPERCAR 45
4

Russian Federation G-Drive Racing

Rusinov/Colapinto/De Vries

LMP2 44
28

Italy AF Corse

Serra/Molina/Bird

LMGTE Pro 42
35

United Kingdom TF Sport

Keating/Pereira/Fraga

LMGTE Am 41

B.D., Le Mans - Après une première heure de course des plus tendues, les débats se sont poursuivis de manière intense pour cette 89e édition des 24 Heures du Mans. La pluie, elle, s'est calmée et a laissé la trajectoire sèche continuer à se dessiner au fil des minutes. Dans ces conditions, Sébastien Buemi a passé l'essentiel de la deuxième heure à attaquer, réduisant peu à peu l'écart sur la Toyota #7 toujours aux commandes. 

Cette phase de course a surtout permis d'obtenir une réponse importante à la question que tout le monde se posait : la durée des relais. Et Toyota a donc bien caché son jeu sur ce point, puisque Buemi est passé au stand après 13 tours, malgré un rythme élevé qui lui a d'ailleurs permis de signer le meilleur tour en course en 3'27"966. 

Pendant ce temps, l'Alpine a confirmé ce qui avait été établi avant la course, à savoir sa capacité à faire 12 tours, le tout en remontant à la troisième place aux dépens des LMP2. "Ça a été un peu rock and roll comme on dit", a confié Philippe Sinault, directeur du team Alpine, pour résumer ce début de course. "Il a fallu survivre au premier relais. On a retrouvé des conditions un peu plus normales. On rentre dans la course en mode un peu plus normal."

Bien que leader, la Toyota #7 a multiplié les événements déconcertants, avec notamment le changement du seul pneu arrière gauche, puis du seul pneu arrière droit, lors de deux arrêts successifs. Deux pitstops qui sont intervenus au terme de relais raccourcis, de huit et neuf tours, à chaque fois à cause d'une crevaison dont a été victime Mike Conway. Buemi, lui, s'est fait une belle frayeur dans un contact flanc contre flanc avec l'Oreca #39, heureusement sans conséquence. 

Après trois heures de course, la Toyota occupe la tête de la course avec dix secondes d'avance sur la Toyota #8. L'Alpine pointe à 1'54. Les Glickenhaus sont sixième et 13e et ont notamment souffert sur la piste humide qu'elles découvrent pour la première fois de leur jeune existence. 

En LMP2, on retiendra surtout la sortie de piste dont a été victime Anthony Davidson dans la troisième heure, ruinant du même coup l'excellent début de course qu'avait réalisé António Félix da Costa au volant de la JOTA #38. La G-Drive #26 a donc hérité des commandes de la course devant le Racing Team Nederland et la JOTA #28. 

En LMGTE Pro, Ferrari a la main avec ses deux 488 qui pointent en tête, devant la Porsche du WeatherTech Racing. TF Sport emmène le peloton du LMGTE Am. 

Lire aussi :

partages
commentaires
H+1 - Une Toyota émerge du chaos
Article précédent

H+1 - Une Toyota émerge du chaos

Article suivant

H+5 - Toyota creuse l'écart sur Alpine

H+5 - Toyota creuse l'écart sur Alpine
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021