WRC
21 janv.
Événement terminé
26 févr.
Étape 1 dans
1 jour
Formule E
26 févr.
Prochain événement dans
23 Heures
:
52 Minutes
:
03 Secondes
C
E-Prix de Diriyah II
27 févr.
Prochain événement dans
1 jour
Formule 1
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
Course dans
52 jours
MotoGP
25 mars
Prochain événement dans
27 jours
C
GP de Doha
02 avr.
Prochain événement dans
35 jours
WEC
C
Algarve
04 avr.
Course dans
38 jours
C
6H de Spa-Francorchamps
01 mai
Course dans
65 jours
WSBK
C
Estoril
07 mai
Prochain événement dans
70 jours
C
Aragón
21 mai
Prochain événement dans
84 jours

Bourdais redécouvre Le Mans en Ferrari : "C'est une vraie GT !"

Présent aux 24 Heures du Mans en GTE Pro aux côtés d'Olivier Pla et Jules Gounon, Sébastien Bourdais a découvert sur le tas la Ferrari 488 GTE engagée par le Risi Competizione. Le pilote français demeure ambitieux malgré des préparatifs forcément très différents cette année... Il s'est confié à Motorsport.com.

partages
commentaires
Bourdais redécouvre Le Mans en Ferrari : "C'est une vraie GT !"

Lire aussi :

Sébastien, comment s'est passée la journée de jeudi, qui a été particulièrement chargée avec les essais libres ?

Il a fallu tout découvrir, et puis ça se fait dans des conditions particulières puisque tout est regroupé, tout est condensé. Il n'y a pas tout le monde dans l'équipe, par exemple du côté Michelin, ce n'est pas leur technicien habituel, donc il y a eu pas mal de petites surprises et ça rend les choses difficiles. Il y avait 11 heures de roulage, donc c'est sûr que les mécanos ont pas mal de boulot pour tout préparer en vue de la course, avec des choix à faire sur ce qu'on change ou pas. C'est un peu un casse-tête.

On a démarré de manière compliquée, mais on s'est tous habitués à la voiture et on a développé mas mal, changé pas mal de petites choses. Je crois qu'on est arrivé à un truc qui est cohérent, où tout le monde est à peu près à l'aise dans l'auto. Après un gros fiasco pendant la qualif, on a réussi à se retrouver avec des pressions pneumatiques sous contrôle. C'est dommage, car je crois qu'en qualifs il y avait un petit coup à jouer, mais c'est comme ça, ce n'est pas très, très important. C'est quand même assez étonnant d'être à ce niveau de performance et de pouvoir s'immiscer dans la lutte devant, mais peu importe, on n'a pas trop mal bossé pour la course.

Vous découvrez totalement cette voiture lors de ces 24 Heures du Mans ?

Oui. J'avais fait un shakedown avec à Houston, mais il tombait des hallebardes, j'avais des pneus client et la hauteur de caisse était maximum en raison des bosses. Donc c'est clair que c'était un petit peu une séance découverte jeudi, alors qu'on essayait aussi de trouver de la performance. Ce n'est jamais évident.

Vous qui avez connu la Ford GT pendant très longtemps, quelles sont les sensations au volant de cette auto forcément différente ?

#82 Risi Competizione Ferrari 488 GTE Evo: Olivier Pla, Sébastien Bourdais, Jules Gounon

C'est une vraie GT, comme l'Aston, comme la Porsche ! C'est vrai qu'on s'était habitué à rouler dans une catégorie GT avec un proto, c'est aussi simple que ça. Ça ne se comporte pas du tout de la même façon : c'est plus souple, ça a beaucoup plus de mouvements de châssis, il y a énormément de perceptions différentes. Sur la Ford GT, il y avait un centre de gravité qui était très bas, on utilisait les pneus différemment… C'est vraiment très, très différent. On fait le même chrono mais le feeling n'a rien à voir. L'équilibre de l'auto est plutôt sympa, je dirais même que, dans les virages Porsche, il y a un meilleur équilibre, ce qui peut surprendre. Il y a des choses intéressantes. Chaque voiture a ses caractéristiques mais c'est vrai qu'au niveau de l'équilibre, je trouve qu'on est arrivé à quelque chose de plutôt sympa et cohérent. Je pense qu'au bout du compte, on peut se faire plaisir.

Comment se passe la collaboration entre pilotes français, avec Olivier Pla et Jules Gounon ?

Franchement, on s'entend bien, tout le monde essaie de travailler dans l'intérêt de l'équipe. On est tous à un niveau pro, personne n'essaie de tirer la couverture vers lui. On sait tous que pour aller vite au Mans, il faut que tout le monde soit à l'aise dans l'auto et donne le meilleur de soi-même. Ça se passe plutôt très bien, maintenant il n'y a plus qu'à !

Comment allez-vous aborder cette course, est-ce que vous pouvez vous retrouver dans une position d'attente ?

Il n'y a pas à attendre ! Si on a de la performance et que l'on peut faire des dépassements, on y va. Maintenant, dépasser en GT est extrêmement difficile car les autos sont très proches les unes des autres. On va faire tout ce qu'on va pouvoir pour se mettre à l'abri des coups, et puis rouler à 100% tout le long, car c'est tout ce que l'on peut faire. On sait bien que c'est une bagarre à coups de dixièmes, et si un petit écart se crée, on prend le risque de se retrouver dans le Safety Car suivant, donc il faut absolument rester au contact des leaders de la catégorie et puis prendre toutes les opportunités qui se présentent.

Comment est l'ambiance sur ces 24 Heures du Mans très singulières ?

C'est très particulier, mais on se sent au Mans quand même. Le seul truc, c'est que clairement, le planning est extrêmement condensé et on n'a pas l'habitude de ça. On arrive, il n'y a pas d'essais préliminaires donc il n'y a pas de base. Plein de choses sont faites un peu à l'estimation et ce n'est pas évident. Mais d'un autre côté, c'est encore au niveau sportif que ça change le moins. Au niveau de l'ambiance sur place, on a l'impression d'être sur une séance d'essais privés avec tout le monde, c'est vraiment hyper bizarre et puis c'est un peu tristounet, c'est clair… Mais c'est quand même mieux qu'être sur le canapé. On fait contre mauvaise fortune bon cœur, on essaie de penser que les passionnés regarderont à la télé et nous supporterons même s'ils ne peuvent pas être là. Mais c'est sûr que la fête est gâchée.

Buemi craint l'impact des pilotes amateurs "très dangereux"

Article précédent

Buemi craint l'impact des pilotes amateurs "très dangereux"

Article suivant

Warm-up - Premiers tours de roue sur piste humide

Warm-up - Premiers tours de roue sur piste humide
Charger les commentaires
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021
L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ? Prime

L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ?

Alors que les discussions sont en cours pour la prochaine formule moteur de la F1 au-delà de l'horizon 2025, la question de l'orientation à long terme se pose, avec deux options principales évoquées jusqu'ici.

Formule 1
1 févr. 2021
Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer Prime

Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer

La catégorie GTE donne le sentiment de s'effondrer comme un château de cartes, et le WEC va devoir réagir. Trois scénarios peuvent être imaginés pour l'avenir du GT en Championnat du monde d'Endurance et aux 24 Heures du Mans. Les voici.

24 Heures du Mans
30 janv. 2021
Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen Prime

Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen

Après avoir passé plus de sept ans sans victoire chez McLaren, Renault et Haas en Formule 1, Kevin Magnussen pourrait renouer en IMSA avec ce qu'il désire le plus : une chance de gagner.

IMSA
29 janv. 2021
Hypercar Toyota : la révolution masquée de l'Endurance Prime

Hypercar Toyota : la révolution masquée de l'Endurance

La Toyota GR010 conçue pour la nouvelle ère Hypercar du WEC a peu de choses en commun avec la TS050 LMP1 qui l'a précédée. Mais en dépit des restrictions qui accompagnent la nouvelle réglementation, elle ne sera pas moins redoutable.

WEC
27 janv. 2021
Les moteurs de l'Hypercar Peugeot expliqués en détail Prime

Les moteurs de l'Hypercar Peugeot expliqués en détail

Quelques heures après avoir dévoilé leurs choix techniques pour leur Hypercar en Championnat du monde d'Endurance, avec un moteur V6 biturbo de 2,6 litres associé à un moteur électrique développant 200 kW sur l'essieu avant, les dirigeants de Peugeot se sont exprimés en profondeur sur leur concept auprès de la presse française.

WEC
15 déc. 2020
Le retour inattendu d'Audi, promesse d'un nouvel âge d'or Prime

Le retour inattendu d'Audi, promesse d'un nouvel âge d'or

Audi a annoncé travailler sur un retour aux 24 Heures du Mans : on pourrait donc enfin assister à la lutte que l'on avait espérée en 2012, entre le constructeur allemand, Peugeot et Toyota. Ce choix vient aussi crédibiliser la formule LMDh, dans laquelle d'autres marques pourraient s'engouffrer ultérieurement.

WEC
2 déc. 2020
L'éternel débat ravivé par l'issue du championnat 2019-2020 Prime

L'éternel débat ravivé par l'issue du championnat 2019-2020

C'est sans doute passé inaperçu dans un week-end qui a vu Lewis Hamilton décrocher sa septième couronne, mais un autre titre mondial a été décerné à Bahreïn il y a une semaine. Un titre capable d'effacer les mésaventures mancelles de trois hommes ? Éternelle question.

WEC
21 nov. 2020