Panis veut faire briller la jeunesse, Ligier et la France au Mans

Dans un entretien accordé à Motorsport.com, Olivier Panis évoque la genèse de son projet d'équipe avec Fabien Barthez et Tech1 Racing. Ils lanceront en 2016 Panis-Barthez Compétition en ELMS et, peut-être, aux 24 Heures du Mans.

Panis veut faire briller la jeunesse, Ligier et la France au Mans
Fabien Barthez et Olivier Panis
Olivier Panis
#10 Team Oreca Matmut Peugeot 908 HDI-FAP: Nicolas Lapierre, Loïc Duval, Olivier Panis
Soheil Ayari, Anthony Pons et Fabien Barthez
#58 Team Sofrev ASP Ferrari 458 Italia: Fabien Barthez, Anthony Pons, Soheil Ayari
#10 Team Oreca Matmut Peugeot 908 HDI-FAP: Nicolas Lapierre, Loïc Duval, Olivier Panis
Olivier Panis
Fabien Barthez et Olivier Panis
Fabien Barthez

Olivier, comment est né le projet de cette équipe qui verra le jour en 2016 ?

On a réfléchi tranquillement, depuis environ sept mois. Un jour on parlait de ça avec Renaud [Derlot] et Fabien [Barthez], qui nous a dit qu’il voulait en être. Il voulait refaire Le Mans, et dans un prototype. On a donc travaillé autour de ça. Mon idée, depuis longtemps, c’est d’aider les jeunes pilotes français, et je trouve qu’il y a une place pour faire une belle filière et une belle préparation pour les jeunes Français en Endurance et essayer à terme de faire une passerelle avec le LMP1. Et puis, c’est avant tout une histoire d’hommes, avec cet esprit d’équipe en Endurance que j’ai connu pendant quatre ans. Ça me plaît beaucoup de pouvoir transmettre à des jeunes et de faire une équipe de mecs pour aller à la guerre. L’objectif est clair, c’est de gagner l’ELMS d’ici trois ans et d’essayer de gagner Le Mans en LMP2.

Il y a eu un coup de cœur pour faire pencher la balance du côté de Ligier.

Olivier Panis

Le choix de la voiture s’est porté sur une Ligier, pour quelles raisons ?

Il y a eu des considérations de partout. Mais il fallait décider et vu le palmarès en F1 que j’ai eu avec Ligier, les vingt ans de la victoire à Monaco l’an prochain, le décès de Guy… Il y a eu un coup de cœur pour faire pencher la balance. Et puis les discussions que l’on a eues avec Jacques Nicolet nous ont convaincus sur les performances de la voiture pour l’année prochaine, mais aussi pour la nouvelle voiture en 2017.

Le championnat ELMS, est-ce le lieu idéal pour lancer une telle structure ?

Pour moi, c’est le format idéal pour la structure que l’on veut créer car on veut monter en puissance d’année en année. L’ELMS, que j’ai fait avec ORECA, c’était quelque chose que j’ai adoré, et puis la finalité c’est d’aller faire les 24 Heures du Mans. C’est un très beau championnat avec beaucoup de LMP2, où le niveau est très bon et où ça nous permettra de nous entraîner à se rapprocher le plus vite possible des meilleurs. 

À titre personnel, ce sera un nouveau rôle de se retrouver sur un muret des stands à prendre les décisions…

Je vais apprendre, comme tout le monde. Je m’attends à ce que ça ne soit pas simple. Mais j’ai eu envie de faire cette équipe avec des gens d’expérience, avec un sportif de haut niveau qui n’était pas dans ce monde-là mais qui est maintenant un véritable pilote de course et ami, et une structure qui a l’habitude d’aider les jeunes à grimper les échelons. ÇCa va être une équipe humaine, et moi je vais apprendre mon métier de Team Principal et de décideur. 

J’aime la course automobile, j’aime la France et j’ai envie de donner une chance à des pilotes français. Fabien et moi sommes des sportifs de haut niveau et nous sommes restés habiter en France, je pense qu’on est légitime pour faire ça. Et puis les jeunes, ça me passionne. Fabien va aussi transmettre aux jeunes son expérience, il peut amener les fondamentaux. Et puis si on vient là, c’est clairement pour gagner un jour. 

J’ai parlé de ce métier avec des gens comme Hugues de Chaunac, avec plein de patrons d’équipe comme Cyril Abiteboul pour essayer d’avoir mes premières sensations. C’est bien sûr beaucoup de responsabilités et de pression, mais ça me donne envie et il faut bien se lancer un jour.

Le pilotage, c’est quelque chose qui est derrière désormais ?

Honnêtement, le GT Tour, j’ai fait le tour. Et puis, avec ce projet qui est mis en place et le fait de m’occuper d’Aurélien [Panis, son fils ndlr], je n’aurai pas assez de temps. Il y a aussi des projets avec Eurosport et d’autres choses qui se préparent pour l’avenir. Je me dis qu’à un moment donné, il faut savoir lâcher le volant. Et puis, à côté de ça, je me garde quand même ma petite attraction de pilote avec le Trophée Andros pendant l’hiver. 

partages
commentaires
Panis et Barthez lancent leur équipe en Endurance

Article précédent

Panis et Barthez lancent leur équipe en Endurance

Article suivant

Jacques Nicolet - Nos voitures s'appellent et s'appelleront Ligier

Jacques Nicolet - Nos voitures s'appellent et s'appelleront Ligier
Charger les commentaires
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance Prime

Pourquoi Ferrari met fin à 50 ans d'absence au sommet de l'Endurance

Revenant dans la catégorie reine de l'Endurance après 50 années d'absence, Ferrari va s'engager en catégorie "Le Mans Hypercar" en 2023. La marque italienne dément tout lien avec le plafond de dépenses de la F1, mais il ne s'agit assurément pas d'une coïncidence...

WEC
28 févr. 2021
Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche" Prime

Vergne : "Toujours se remettre en question, travailler sans relâche"

À 30 ans, Jean-Éric Vergne est à l'apogée de sa carrière. Le double champion de Formule E va partir en quête d'un troisième titre dans le championnat tout électrique et a été recruté par Peugeot Sport pour l'ère Hypercar à venir. Il s'est confié à Motorsport.com.

Formule E
11 févr. 2021
L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ? Prime

L'avenir de la F1 va-t-il passer par l'hydrogène ?

Alors que les discussions sont en cours pour la prochaine formule moteur de la F1 au-delà de l'horizon 2025, la question de l'orientation à long terme se pose, avec deux options principales évoquées jusqu'ici.

Formule 1
1 févr. 2021
Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer Prime

Le GTE agonise : les trois scénarios qui pourraient tout changer

La catégorie GTE donne le sentiment de s'effondrer comme un château de cartes, et le WEC va devoir réagir. Trois scénarios peuvent être imaginés pour l'avenir du GT en Championnat du monde d'Endurance et aux 24 Heures du Mans. Les voici.

24 Heures du Mans
30 janv. 2021
Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen Prime

Le nouveau départ qui pourrait couronner de succès Kevin Magnussen

Après avoir passé plus de sept ans sans victoire chez McLaren, Renault et Haas en Formule 1, Kevin Magnussen pourrait renouer en IMSA avec ce qu'il désire le plus : une chance de gagner.

IMSA
29 janv. 2021