Chasse à la pole : à la recherche du tour clair

Deux séances de qualifications attendent les pilotes des 24 Heures du Mans ce jeudi soir, avec comme premier défi, la recherche d'un tour avec le moins de trafic possible. Un véritable défi sur le tracé sarthois.

Chasse à la pole : à la recherche du tour clair
#9 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid : Jose Maria Lopez, Yuji Kunimoto, Nicolas Lapierre
#9 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Jose Maria Lopez, Yuji Kunimoto, Nicolas Lapierre
#35 Signatech Alpine A470 Gibson: Pierre Ragues, Andre Negrao, Nelson Panciatici
#9 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Jose Maria Lopez, Yuji Kunimoto, Nicolas Lapierre
#4 ByKolles Racing CLM P1/01 : Oliver Webb, Dominik Kraihamer, Marco Bonanomi
#9 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Nicolas Lapierre, Yuji Kunimoto, Jose Maria Lopez
#35 Signatech Alpine A470 Gibson: Nelson Panciatici, Pierre Ragues, Andre Negrao
#9 Toyota Gazoo Racing Toyota TS050 Hybrid: Jose Maria Lopez, Yuji Kunimoto, Nicolas Lapierre

B.D., Le Mans - La première séance qualificative des 24 Heures du Mans, qui a eu lieu mercredi soir, n'était-elle qu'une mise en bouche ? Tout porte à le croire. Comme l'annonce le pilote Toyota Nicolas Lapierre, "ça devrait aller plus vite aujourd'hui". Sous conditions, bien entendu, à savoir une météo idéale et une séance nocturne qui débute à l'heure. Car le Français est catégorique : selon lui, la chasse à la pole position aura lieu dans la première demi-heure de la deuxième séance, peu après 22 heures. Ce qui n'a pas été le cas hier soir, en raison d'une réparation de rails de sécurité qui a retardé le programme.

"D'habitude, tout le monde part dès le début de cette qualification car c'est là qu'il y a la meilleure fenêtre de tir, avec la température plus fraîche, la visibilité encore bonne", explique Lapierre, interrogé par Motorsport.com. "Du coup on est parti, la visibilité n'était pas terrible, il y eu un trafic très compliqué. D'ailleurs, les meilleurs temps ne se sont quasiment pas faits dans les tentatives de qualifs, ils se sont faits dans les longs relais, quand les P1 ont pu trouver des tours clairs. Je ne pense pas que la hiérarchie d'hier soir représente vraiment ce qu'elle va être au final. Hier, c'était un peu la loterie."

Un problème aussi pour le LMP2

Cette recherche du tour clair ne concernera évidemment pas uniquement les LMP1, mais également le LMP2. Dans ce plateau très fourni, avec 25 prototypes dont une majorité capable de tourner sous les 3'30, la concurrence est rude, et la gestion du trafic a changé avec la nouvelle réglementation technique.

"Avant, en LMP2, il y avait un écart avec les GT que l'on arrivait à gérer, mais aujourd'hui, on rattrape plus vite les voitures", explique Pierre Ragues, pilote de l'Alpine #35. "Il y a 30 secondes d'écart, voire plus avec certains pilotes. On a une carte qui nous permet de suivre les voitures en temps réel, on essaie de faire sortir les pilotes au bon moment, pour avoir un tour clair. Mais on revient tellement vite, et il suffit que, quand on ressort, d'autres ressortent entre-temps, le scénario catastrophe arrive facilement. Si on prépare deux tours qualifs, on reprend une minute à une GT. On peut la croiser en ligne droite et profiter de son aspiration, mais ça, ça arrive rarement !"

Un sentiment partagé par Romain Dumas, qui retrouve le LMP2 après sa victoire en 2016 chez Porsche. "La catégorie la plus dure pour faire un tour qualif aujourd'hui, c'est LMP2", assure le pilote de l'Alpine #36. "On rattrape une LMP2, on est incapable de la doubler parce qu'on est déventé. Les qualifs, ce n'est pas la course."

partages
commentaires
Quand l'ombre d'un départ de Porsche plane sur Le Mans...
Article précédent

Quand l'ombre d'un départ de Porsche plane sur Le Mans...

Article suivant

Vaxiviere en pole provisoire : "La nuit, j'étais comme un gamin !"

Vaxiviere en pole provisoire : "La nuit, j'étais comme un gamin !"
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix Prime

Panoz et Brabham : l'histoire d'un drôle de choix

En 1997 le programme Panoz GT n'apparaissait pas comme un choix attrayant pour un ex-pilote de Formule 1, McLaren constituant un bien meilleur pari. Mais contre toute attente, David Brabham fit le choix de la marque américaine pour former un duo gagnant pendant plusieurs années.

GT
25 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans Prime

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

C'est l'une des plus grandes histoires de la Sarthe. Paul Newman, deuxième des 24 Heures du Mans 1979, aurait pu facilement remporter la célèbre épreuve sans l'ingéniosité du regretté Manfred Kremer.

24 Heures du Mans
20 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021