Brad Binder - "J'avais la meilleure équipe derrière moi"

Brad Binder a accroché ce dimanche, son premier titre de Champion du monde. Le Sud-Africain se voit ainsi récompensé d'une excellente saison, marquée notamment par sa première victoire en Moto3.

Brad Binder - "J'avais la meilleure équipe derrière moi"
Deuxième place pour Brad Binder, Red Bull KTM Ajo
Brad Binder, Red Bull KTM Ajo
Deuxième place pour Brad Binder, Red Bull KTM Ajo
Brad Binder, Red Bull KTM Ajo
Deuxième place pour Brad Binder, Red Bull KTM Ajo
Brad Binder, Red Bull KTM Ajo
Deuxième place pour Brad Binder, Red Bull KTM Ajo
Brad Binder, Red Bull KTM Ajo
Brad Binder, Red Bull KTM Ajo
Brad Binder, Red Bull KTM Ajo
Brad Binder, Red Bull KTM Ajo, Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Deuxième place pour Brad Binder, Red Bull KTM Ajo
Brad Binder, Red Bull KTM Ajo
Deuxième place pour Brad Binder, Red Bull KTM Ajo
Brad Binder, Red Bull KTM Ajo
Brad Binder, Red Bull KTM Ajo
Deuxième place pour Brad Binder, Red Bull KTM Ajo
Podium : Brad Binder, Red Bull KTM Ajo, fête sa victoire
Deuxième place pour Brad Binder, Red Bull KTM Ajo
Brad Binder, Red Bull KTM Ajo
Deuxième place pour Brad Binder, Red Bull KTM Ajo

Tout juste descendu de sa moto, Brad Binder saute dans les bras de son équipe, de ses parents. Âgé à peine de 21 ans, le pilote sud-africain voit neuf ans d'efforts récompensés, sur ce circuit en Aragón.

Une deuxième place lui suffisait pour remporter le titre. Il l'a fait, au terme d'une course une nouvelle fois disputée, comme toutes les courses Moto3 cette saison. Une épreuve difficile car, plusieurs fois, le pilote de la KTM était en position de ne pas le remporter, ce fameux titre.

La faute à une adhérence précaire. "Aujourd'hui, c'était dur. Il y a eu de de la difficulté pendant la course. Tout du long. Chaque fois que j'essayais d'accélérer, je manquais la corde et je coupais la route des autres. Quand je les suivais, il m'était difficile de garder le rythme." 

Le pilote a dû batailler et avec sa moto, et avec ses adversaires du jour. Jorge Navarro, Fabio Di Giannantonio et Enea Bastianini. La bagarre a duré toute la course. "J'essayais de faire de mon mieux, mais Bastianini et Navarro étaient incroyablement forts tous les deux. Je me suis battu pour rester avec eux au début, mais sur la fin je me sentais extrêmement fort." 

Comme à chaque course Moto3, tout s'est joué dans l'ultime boucle : "Dans le dernier virage, j'ai vu que Navarro était à l'intérieur, et je savais que devais freiner super tard et fermer la porte. Mais j'ai freiné un peu trop tard. Je suis allé un peu au large, et il est passé." 

Pourtant, le natif de Potchefstroom, en Afrique du Sud, pensait qu'ils seraient plus à se battre aux avants-postes. "Je m'attendais à un plus grand groupe de tête en course. Plusieurs fois, je suis redescendu en 3e ou 4e place, et j'ai essayé de revenir ensuite."

Ce qui n'a pas empêché que la bataille soit rude : "J'ai dû être un peu agressif plusieurs fois, parce que certains gars devenaient un peu fous." Au final, sa deuxième place, dans les échappements de Navarro, lui offre un titre attendu, et mérité au regard de sa saison.

Première victoire en Espagne, premier titre aussi

En quatorze courses, l'homme s'est offert cinq victoires (Jerez, Le Mans, Mugello, Silverstone et Misano), quatre deuxièmes places, et deux troisièmes places. Un bilan impressionnant pour celui qui n'a remporté sa première course qu'en Espagne, cette saison.

"Quand j'ai gagné ma première course, je suis parti du fond. Quand vous gagnez, vous êtes heureux, vous prenez confiance, et vous vous dites que c'est possible. Après ça, vous prenez confiance, et vous voyez tout ce qui est possible sur une course."

Peut-être un déclic pour le nouveau Champion du monde Moto3. Le premier Sud-Africain à remporter un titre mondial depuis Jon Ekerold en 1980 (350cm3). "Je ne sais pas trop quoi dire. Tout me paraît étrange, rien ne semble réel", confiait-il, juste après le podium. "Peut-être que demain, j'en saurai plus, après avoir dormi. C'est un jour que je n'oublierai jamais. C'est spécial de remporter un championnat à un endroit, et Aragón aura, désormais, toujours une place spéciale dans mon cœur."

Nous avons quitté l'Afrique du Sud pour la course en Europe quand j'avais 12 ans. Aujourd'hui, c'est le premier jour où je sens que ça paye.

Brad Binder, 21 ans.

Voici neuf ans que le pilote s'est éloigné de son pays d'origine pour rejoindre l'Europe. "Je suis tellement reconnaissant envers mes parents. Ils ont tant sacrifié pour que je sois en mesure d'être ici. Nous avons quitté l'Afrique du Sud pour la course en Europe quand j'avais 12 ans."

Le travail a fini par porter ses fruits. "Aujourd'hui, c'est le premier jour où je sens que ça paye. Et je ne remercierai jamais assez mon équipe Aki Ajjo et KTM pour m'avoir fourni cette moto fantastique."

 

Selon lui, c'est l'une, pour ne pas dire la principale clé dans sa quête de titre : "Je pense que ce qui a fait la différence, c'est que tout a bien marché, et nous avons très bien travaillé. Je ne suis jamais arrivé sur une grille de départ en ne sachant pas quelque chose. Sur chaque week-end, je n'avais pas à m'inquiéter, ni à stresser. Juste à monter sur la moto et faire mon travail."

"Mon portable sonne toutes les quatre secondes"

Place à la gloire maintenant, même si le pilote aura encore des essais, sur sa moto, ces prochains jours. "Je pense que c'est une grande nouvelle. Le nombre de demandes de la part des médias est fou. Mon téléphone sonne toutes les quatre secondes. Ce week-end, je l'ai laissé dans ma voiture. Les prochains jours vont être chargés." 

Désormais libéré de la pression du titre, Brad Binder annonce qu'il va attaquer. "Pour les quatre dernières courses, je vais pouvoir pousser, et on verra ce qui va arriver. Ça va me faire un peu bizarre car toute l'année, j'ai eu ce comportement un peu conservateur, et maintenant, je peux vraiment aller à fond, baisser la tête, et essayer de gagner la course." Il en reste quatre, et voir Binder les gagner ne serait pas une surprise.

partages
commentaires
Le titre pour Brad Binder, la victoire pour Jorge Navarro
Article précédent

Le titre pour Brad Binder, la victoire pour Jorge Navarro

Article suivant

Bastianini malin, profite des faiblesses de Binder

Bastianini malin, profite des faiblesses de Binder
Charger les commentaires