Aleix Espargaró mesure le chemin parcouru avec Aprilia

Aleix Espargaró aurait aimé mieux qu'une neuvième place pour le dernier Grand Prix de la saison, mais il garde un sentiment de satisfaction à l'issue d'une saison très convaincante pour Aprilia.

Aleix Espargaró mesure le chemin parcouru avec Aprilia

Aleix Espargaró a bouclé sa deuxième meilleure saison en Grand Prix, manquant de justesse de battre son record personnel, qui remonte à 2014 : il y avait alors marqué 126 points et s'était classé septième ; cette fois, il apparaît au huitième rang du classement final, avec 120 points à son compteur.

Si l'on met ce résultat en regard de ses quatre saisons précédentes avec Aprilia, on mesure le chemin parcouru. Jamais classé plus haut que 14e au championnat, le pilote espagnol avait au mieux marqué la moitié des points empochés cette année. La progression de la RS-GP a été indéniable, avec un premier grand pas en avant accompli l'an dernier puis de solides confirmations cette année et la récompense d'un premier podium pour ce programme, une troisième place décrochée par Espargaró à Silverstone.

C'est en revanche par une dernière course mitigée que l'Espagnol a conclu sa saison. Viscéralement compétiteur et en quête des meilleures récompenses pour les efforts investis, il aurait assurément souhaité mieux que la neuvième place obtenue sous le drapeau à damier, dimanche à Valence. Mais la fin de cette saison s'est révélée difficile pour lui et le rythme imprimé par la locomotive Ducati à l'avant n'a pas arrangé ses affaires.

"Je ne suis pas très content du résultat d'aujourd'hui", déclarait-il dimanche auprès du site officiel du MotoGP. "En partant 12e, je savais que ça n'allait pas être facile, mais j'ai pris un bon départ. Dans la première partie de la course, j'ai été très agressif. J'ai réussi à rester derrière Fabio [Quartararo] dans le top 6 pendant les 20 premiers tours, mais le manque de turning fait que j'ai dû détruire les pneus pour suivre les leaders. Dans les six ou sept derniers tours en particulier, j'ai perdu plusieurs places, je n'avais plus de traction."

"Malheureusement, le problème est toujours le même avec notre moto, elle ne tourne pas. Je manque beaucoup de grip en milieu de virage, donc dès que le pneu commence à se dégrader, j'essaye de gérer du mieux que je peux mais je ne peux pas maintenir mon rythme et je perds donc un peu de terrain", décrivait encore Espargaró.

Lire aussi :

Avec un temps total de course amélioré de six secondes pour la piste de Valence et un top 15 qui est le sixième plus compact de l'Histoire, tous Grands Prix confondus, il s'est senti poussé dans ses retranchements par le rythme des leaders.  "Franchement, c'est vraiment dur de suivre le rythme des Ducati. Ils sont super forts et nous forcent donc à détruire nos pneus dans les virages pour récupérer ce qu'on perd en ligne droite. C'est comme ça. Globalement, je pense que la course n'a pas été trop mauvaise."

"Je ne voulais pas tomber. La dernière partie de la saison n'a pas été super bonne, donc pour moi il était important de ramener la moto au stand", a ajouté le pilote Aprilia, malgré tout satisfait de son bilan global. "On ne peut pas analyser la saison sur un seul résultat ou sur le fait que la dernière course n'a pas été bonne. Il s’agit de dix mois d'une compétition extrêmement difficile et d'un niveau élevé, et globalement on a été compétitifs."

"La saison me donne le sourire parce que je sais d'où on vient, à quel point j'ai travaillé dur, comme toute l'équipe. Au final, j'ai 130 points et je suis huitième au championnat, et si on regarde, il y a de très bons pilotes derrière moi. Je suis donc content du boulot que j'ai fait et j'ai hâte de continuer à progresser la saison prochaine."

La saison 2022 commence maintenant

Après deux jours de pause à la maison, Aleix Espargaró reprendra dès mercredi la route de Jerez, où deux jours d'essais importants l'attendent. Il y testera le prototype de la version 2022 de la RS-GP, avec d'importantes évolutions annonçant la prochaine saison, ce qui fait suite à une nouvelle séance de travail en soufflerie pour l'Espagnol et son coéquipier, Maverick Viñales, en début de semaine dernière.

"La semaine dernière, sur une petite piste en Italie, Aprilia a déjà testé la nouvelle moto, dans une version hybride car la moto de 2022 n'est pas encore terminée. On aura deux unités, une pour Maverick, une pour moi, avec de nouvelles pièces, le châssis et d'autres choses", a décrit Espargaró au sujet du test de jeudi et vendredi.

"On travaille dur. Quand on a fini la course [dimanche], j'ai dit à mon team que la saison a été bonne mais que j'en veux plus. Il faut qu'on progresse dans certains domaines, et je sais dans lesquels on doit s'améliorer, alors la saison 2022 est déjà lancée."

Lire aussi :
partages
commentaires

Voir aussi :

La liste officielle des pilotes et équipes MotoGP pour 2022
Article précédent

La liste officielle des pilotes et équipes MotoGP pour 2022

Article suivant

Encore une grande remontée pour Bastianini en course

Encore une grande remontée pour Bastianini en course
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021