Pour Dovizioso, "l'une de ses meilleures" victoires

Le numéro 4 a signé sa troisième victoire de la saison après avoir livré une bataille sans merci à Marc Márquez.

Pour Dovizioso, "l'une de ses meilleures" victoires
Podium : le vainqueur Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team, Marc Marquez, Repsol Honda Team
Le vainqueur Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team, Marc Marquez, Repsol Honda Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team, Marc Marquez, Repsol Honda Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Marc Marquez, Repsol Honda Team, Andrea Dovizioso, Ducati Team
Le vainqueur Andrea Dovizioso, Ducati Team, et Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team, en tête
Le vainqueur Andrea Dovizioso, Ducati Team, et Dani Pedrosa, Repsol Honda Team

Cette troisième victoire de la saison, Andrea Dovizioso aura dû la défendre contre vents et marées jusqu'au dernier virage, au terme d'un duel avec Marc Márquez dès le début de course.

Auteur de sa meilleure qualification de l'année ce samedi grâce à un choix pneumatique à contre-courant de la majorité du plateau, le pilote italien a su faire preuve encore aujourd'hui d’opiniâtreté au moment d'opter pour ses gommes de course, en recourant cette fois-ci au pneu tendre à l'arrière de sa Desmosedici.

Alors que le mercure s'est adouci ce dimanche après deux premières journées sur le Red Bull Ring assez fraîches, c'est donc de façon paradoxale le composé le plus tendre qui s'est révélé être la bonne pioche en course. "C’était un weekend très étrange pour comprendre les pneus, avec des températures différentes", commence Dovizioso. "On a compris que le medium était bon pour les qualifications, et le tendre pour la course. On savait qu’avec les grosses températures, le tendre allait mieux marcher, c’est ce que Michelin nous avait expliqué et on a suivi ça. Il faisait un peu plus chaud qu’hier. J’ai dû les gérer [en début de course], et on a beaucoup économisé, ce qui nous a permis avec Marc de pousser dans les 10 derniers tours. "On n’aurait pas pu faire ces temps en fin de course sans économiser au début."

Un dernier tour "stressant"

Bataille à trois de front à mi-course, en compagnie de Jorge Lorenzo, contre-trajectoires : Dovizioso et Márquez ont assuré le spectacle lors de cette 11e manche de l'année. Tout en réservant au public le meilleur pour la fin, à savoir un dernier tour et une ultime passe d'armes dans le dernier tournant qui resteront à coup sûr dans les esprits. "À chaque fois, Marc essaie quelque chose dans le dernier tour", reprend Dovizioso. "C’était très dur pour moi, car j’ai beaucoup perdu dans les deux virages gauches et il était facile pour lui de me passer."

Un dernier enchaînement d'autant plus mal embarqué que la Honda a excellé tout le week-end dans le dernier secteur. Las pour le numéro 93, un wheelie trop prononcé sur la RC213V à l'heure d'aborder l'ultime partiel a compromis ses chances de récupérer le leadership, en dépit d'une dernière attaque agressive. "Je ne savais pas qu’il était loin, mais j’ai fermé la porte [dans le virage 9]", relate Dovizioso. "J’ai freiné très tard dans le dernier et c’était très dur pour lui : je ne m’attendais pas à ce qu’il essaie là car ce n’est pas un vrai freinage. Mais j’ai entendu qu’il a accéléré avant. J’ai laissé la porte ouverte pour qu’il ne me touche pas et j'ai essayé de ressortir plus fort. C’était très stressant."

Tellement stressant que le pilote Ducati n'a pu réprimer un petit geste d'humeur envers son adversaire avant de franchir la ligne d'arrivée. Une envolée bien vite calmée dans le tour de décélération, alors que ce succès, le cinquième dans la carrière en MotoGP du transalpin, détient un goût assurément particulier compte tenu de son dénouement. "C’est l’une des meilleures, c’est sûr !" s'esclaffe l'Italien. "Mais gagner dans le virage est toujours spécial, surtout avec Marc qui est excellent. Le feeling est étrange, j’étais plus mécontent qu’autre chose car ce n’est pas dans le dernier virage que je voulais le voir essayer de passer ! C’était un drôle de tour de décélération, j’avais beaucoup d’adrénaline et il m’a fallu un demi-tour pour apprécier."

Avec Guillaume Navarro

 
partages
commentaires
Championnat - Márquez leader conforté, Dovizioso nouveau dauphin

Article précédent

Championnat - Márquez leader conforté, Dovizioso nouveau dauphin

Article suivant

Pedrosa : "Très content d'être sur le podium"

Pedrosa : "Très content d'être sur le podium"
Charger les commentaires
Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha Prime

Pourquoi Dovizioso est plus une pièce rapportée qu'un pari pour Yamaha

Les différents événements qui ont mené à l'arrivée d'Andrea Dovizioso chez SRT et la suprématie de Fabio Quartararo chez Yamaha font penser que son retour en MotoGP revêt plus d'un choix par défaut que d'un projet à long terme.

MotoGP
8 sept. 2021
Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais Prime

Ce 10e titre que Valentino Rossi ne remportera jamais

Il y a 24 ans jour pour jour, Valentino Rossi devenait Champion du monde pour la première fois. Aujourd'hui il s'apprête à quitter le MotoGP, résolu à l'idée que le dixième sacre après lequel il a tant couru ne viendra jamais enrichir son palmarès.

MotoGP
31 août 2021
Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière Prime

Comment Marc Márquez affronte le plus grand défi de sa carrière

Dans une interview exclusive accordée à Motorsport.com, Marc Márquez se confie sur les défis auxquels il est confronté depuis sa blessure, sa volonté de retrouver le sommet et la domination actuelle de Fabio Quartararo.

MotoGP
24 août 2021
La gestion de la pression, de moins en moins taboue Prime

La gestion de la pression, de moins en moins taboue

Sujet délicat s'il en est, la santé mentale s'assume désormais de plus en plus dans différentes disciplines sportives, et la compétition moto n'y fait pas exception. La gestion de la pression ou de performances en berne peut s'avérer particulièrement difficile à endurer, et cela reste bien souvent tabou.

MotoGP
21 août 2021
Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022 Prime

Pourquoi Petronas n'a toujours pas de pilote pour 2022

Le verrouillage de Raúl Fernández par KTM et le peu de coopération de Yamaha font que le team Petronas SRT n'a pas encore pu annoncer de pilote pour la saison prochaine. Après avoir vu l'Espagnol lui échapper, l'équipe malaisienne porte son dévolu sur Marco Bezzecchi, mais lui aussi est en lien étroit avec un autre groupe.

MotoGP
10 août 2021
Le gentil géant qui manquera au MotoGP Prime

Le gentil géant qui manquera au MotoGP

Imaginer le MotoGP sans Danilo Petrucci, c'est envisager de perdre l'un des rares pilotes qui aient pu battre Marc Márquez au sommet de son art et un garçon aussi attachant que combattif.

MotoGP
26 juil. 2021
Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné Prime

Joan Mir, un Champion du monde bousculé mais pas résigné

Joan Mir croit en ses chances de conserver son titre en MotoGP, malgré une première moitié de saison en dessous de ses attentes. Motorsport.com a pu échanger avec le pilote Suzuki sur ses chances au championnat, le départ de Davide Brivio et la célébrité apportée par son sacre mondial en 2020.

MotoGP
23 juil. 2021
Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès Prime

Quartararo décrypte sa réussite : sérénité retrouvée et Yamaha en progrès

À la peine dans les dernières de la saison 2020, Fabio Quartararo a retrouvé le sommet et domine le championnat à mi-parcours. Motorsport.com s'est entretenu avec le Niçois pour évoquer sa nouvelle approche, sa progression et son arrivée dans l'équipe Yamaha factory, mais aussi les grandes difficultés de son coéquipier.

MotoGP
15 juil. 2021