Pedrosa a voté en faveur de la carcasse rigide par réalisme

partages
commentaires
Pedrosa a voté en faveur de la carcasse rigide par réalisme
Oriol Puigdemont
Par : Oriol Puigdemont
24 mai 2017 à 16:30

Dani Pedrosa explique que sa décision surprenante de voter en faveur de la gomme avant rigide est liée à une question de pragmatisme.

Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team
Dani Pedrosa, Repsol Honda Team

En d'autres temps, il est certain que Dani Pedrosa aurait bien plus regretté la décision prise par Michelin de se conformer aux désirs d'une partie de la grille MotoGP concernant le pneu avant à carcasse rigide. Mais à l'heure actuelle, Pedrosa affronte les événements sous une autre perspective. 

Vendredi dernier, la majorité des pilotes a voté l'introduction du pneu avant disposant d'une carcasse plus rigide que celle qui a été utilisée jusqu'ici cette année, même si l'exercice n'a pas été démocratique à 100%. 

En effet, la décision de recourir à cette gomme à partir du Grand Prix de Catalogne (le 11 juin) avait déjà été prise, de sorte que la seule chose qui restait encore à préciser était son utilisation en Italie, pour la course qui se déroulera dans moins de deux semaines au Mugello.

Pour cette épreuve, les pilotes avaient la possibilité de choisir s'ils voulaient uniquement disposer de cette construction, qui s'imposera à compter de Montmeló (identifiée avec le numéro 70), ou bien avoir également à disposition la spécification la plus tendre de toutes celles utilisées jusqu'ici (avec le numéro 06). 

Passer le plus rapidement possible à la nouvelle carcasse

Le résultat du vote s'est révélé surprenant : sur les 23 pilotes, seuls trois (Maverick ViñalesJorge Lorenzo et Loris Baz) ont voté en faveur de cette seconde option. 

Pedrosa, qui s'est toujours dit à l'aise avec la carcasse actuelle, a de façon surprenante voté contre. Un revirement qui symbolise parfaitement le changement d'approche qui est en train de se mettre en place en 2017.

"Le truc, c'est que l'option B n'en est pas réellement une. D'emblée, nous savions que nous n'allions pas avoir ce pneumatique après le Mugello, car après cette course il avait déjà été décidé d'employer l'autre [pneumatique]", explique le pilote Honda.

"Pourquoi voudrais-tu avoir tant d'options si à Montmeló ce n'est plus le cas ? En plus, tu n'as que cinq pneus pour toute la fin de la semaine, de sorte qu'à un moment ou à un autre, tu vas devoir monter le 70. Il vaut donc mieux t'adapter avec ta moto le plus tôt possible à cette nouvelle carcasse", tranche l'Espagnol, qui, depuis son podium en France, figure à la deuxième place du classement général à 17 points du leader, Maverick Viñales.

Article suivant
GP de France : les performances des équipes à la loupe

Article précédent

GP de France : les performances des équipes à la loupe

Article suivant

Édito - Nicky Hayden, le champion des cœurs

Édito - Nicky Hayden, le champion des cœurs
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Dani Pedrosa Boutique
Auteur Oriol Puigdemont
Type d'article Actualités