Pour De Puniet, KTM doit écouter Zarco dans son développement

Le Français, qui a participé aux essais privés de la marque autrichienne, comprend les difficultés identifiées par Johann Zarco et estime que son avis mérite d'être attentivement écouté.

Pour De Puniet, KTM doit écouter Zarco dans son développement
Charger le lecteur audio

La KTM, Randy de Puniet la connaît. Pas uniquement pour avoir participé au programme d'essais de 2016, préparatoire aux débuts de la RC16 en compétition, mais aussi pour avoir rejoint à nouveau l'équipe de tests l'an dernier après la blessure de Mika Kallio, ce qui lui a permis de cumuler les kilomètres avec une moto ayant déjà fortement évolué depuis ses débuts.

Après deux ans d'engagement en Grand Prix, et alors qu'un premier podium est venu récompenser les efforts de Mattighofen en fin de saison dernière, sous la pluie de Valence, Johann Zarco a rejoint le navire autrichien fort de ses deux ans d'expérience sur la Yamaha. Passer d'une moto réputée pour son aisance de pilotage à une machine encore rétive n'est pas chose facile pour le Français, qui sait qu'il s'investit dans un travail de longue haleine afin de faire progresser la RC16 sur les points perfectibles qu'il a pu identifier, et sur lesquels Randy de Puniet semble concorder.

"Le problème de cette moto, c'est qu'elle est difficile en entrée de virage – et c'est ce que ressent Johann – et c'est donc une moto qui est physique", explique le pilote francilien à Motorsport.com, par ailleurs admiratif du chemin déjà parcouru : "Quand on voit le niveau de performances des autres usines, ce qu'ils font est loin d'être ridicule : 12 secondes de retard sur le premier [pour Pol Espargaró à Losail, ndlr] et 15 [pour Johann Zarco]. Par contre, ils sont 12e et 15e, donc on se dit que les centièmes vont être difficiles à aller chercher."

Lire aussi :

Pour tenter de gommer l'écart qui sépare encore KTM des top teams, il faudrait selon De Puniet que la marque soit à l'écoute de sa nouvelle recrue afin d'orienter au mieux son développement. "Je pense qu'il faut qu'ils écoutent Johann sur la direction à prendre pour que cette moto soit plus facile, puisqu'il sort justement d'une moto plus 'facile à piloter'", souligne-t-il. "C'est bien d'écouter les deux [pilotes], mais je pense que c'est bien de prendre en compte ce que dit Johann : ce qu'il va faire sur la moto va servir aux autres, forcément, parce que tout le monde se plaint de la même chose."

Lors des essais auxquels il a pris part à partir du mois d'août l'année dernière, Randy de Puniet avait identifié les mêmes points faibles que ceux pointés du doigt par son compatriote cet hiver : "On a fait beaucoup de séances d'essais, on a essayé énormément de choses, les points que j'ai soulevés sont ceux que soulève Johann et ceux que soulèvent les autres."

"Une fois qu'ils ont adapté la moto à mon style de pilotage, j'ai réussi à faire des chronos très intéressants à Valence. J'avais vraiment retrouvé un bon rythme", explique-t-il, admettant ne pas avoir été à l'aise avec cette machine lors des premiers roulages, avant de gagner en performance lorsqu'elle a été réglée en adéquation avec ses goûts. "À un moment, ils me l'ont réglée et j'ai gagné une seconde et demie", poursuit-il. "J'étais même plus rapide, par exemple, que Pol Espargaró à Valence. Je leur ai dit que, là, je pouvais vraiment mettre la moto en défaut. Avant, je pouvais dégrossir et dire 'Ça c'est mieux, ça c'est moins bien' par rapport à des pièces, mais pas sur la performance."

Randy de Puniet

Des motos impossibles à piloter sans ailerons

Parmi les six constructeurs engagés en MotoGP, KTM est en quelque sorte la figure de proue du combat anti-aéro, le groupe autrichien étant actuellement l'un des protagonistes de la réclamation portée à l'encontre de Ducati dans le cas de l'ailette utilisée au Qatar, mais ayant plus globalement toujours été réticent à suivre la multiplication d'appendices apparus sur les machines au fil des mois. Et sur ce point, Randy de Puniet semble parfaitement d'accord.

Lire aussi :

"Les motos ne ressemblent plus à des motos, avec tous ces ailerons. Franchement, il faudrait arrêter, parce que ça dénature un petit peu la machine", juge celui qui disputera cette année la nouvelle Coupe du monde MotoE et qui, à l'instar de Pit Beirer, craint que l'escalade soit sans limite – "Bientôt on va se retrouver avec des ailerons sur les selles !" Problème : les appendices œuvrent aussi à la stabilisation de machines qui, à ce stade de leur développement, pourraient difficilement s'en passer. "Pour avoir essayé les motos, sans aileron c'est limite inconduisible", concède De Puniet. "Donc soit ils arrêtent tout et là il faut refaire encore des carénages [sans ailerons], soit ils 'figent' tout [en l'état]."

partages
commentaires
Qu'attendre de l'audience sur le déflecteur de Ducati ?
Article précédent

Qu'attendre de l'audience sur le déflecteur de Ducati ?

Article suivant

Márquez identifie six adversaires cette saison

Márquez identifie six adversaires cette saison
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

MotoGP
16 janv. 2022
Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021