Présentations MotoGP 2017
Dossier

Présentations MotoGP 2017

Lorenzo - "Ce serait une grosse erreur de viser le championnat"

Le pilote espagnol revient sur son adaptation au sein de Ducati, et avance ses objectifs pour 2017. Si les victoires semblent être à portée du triple champion du monde, il serait en revanche optimiste de viser le titre dès cette année.

Lorenzo - "Ce serait une grosse erreur de viser le championnat"
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Andrea Dovizioso, Ducati Team
Jorge Lorenzo, Andrea Dovizioso, Ducati Team
Andrea Dovizioso, Ducati Team, Jorge Lorenzo, Ducati Team
La livrée de la Ducati Desmosedici GP17
La livrée de la Ducati Desmosedici GP17
La livrée de la Ducati Desmosedici GP17
La livrée de la Ducati Desmosedici GP17
La livrée de la Ducati Desmosedici GP17
La livrée de la Ducati Desmosedici GP17
La livrée de la Ducati Desmosedici GP17
Andrea Dovizioso, Ducati Team
La livrée de la Ducati Desmosedici GP17
La livrée de la Ducati Desmosedici GP17

La saison 2017 sera sous le signe de la nouveauté pour Jorge Lorenzo, qui évoluera au sein de l’équipe Ducati, après neuf années passées chez Yamaha. Et même pour un pilote doté d’une si riche expérience et auréolé de trois titres de champion du monde dans la catégorie reine, le changement ne se fait pas sans quelques pincements au cœur, et une nécessaire adaptation.

Après avoir essayé la Ducati lors des tests post-saison à Valence, en novembre dernier, l’Espagnol a été quelque peu déstabilisé par son arrivée dans l’équipe italienne. "Cela a été un gros choc pour moi, lors du premier jour à Valence, car j’avais l’habitude de tout voir en bleu, plus ou moins les mêmes sponsors, les mêmes personnes", admet le triple champion du monde, qui souligne les différences entre la Desmocedici et sa précédente machine. "Tout était différent. À propos de la moto, c’est deux philosophies complètement différentes pour construire une moto – un son différent, un comportement très différent, donc j’avais besoin de quelques tours pour vraiment comprendre où j’étais."

Néanmoins, les premières impressions de l’Espagnol, crédité du huitième temps global à l’issue des deux journées d’essais, se sont avérées positives, notamment en ce qui concerne la puissance délivrée par moto. "Bien sûr, en particulier la première fois où j’étais à fond dans la ligne droite, c’était une sensation incroyable et ça m’a fait sourire. Les premières impressions sont toujours importantes, et celle-ci était positive."

Prise de marques chez Ducati

Un bon feeling qui est de bon augure pour la suite des événements. Mais au-delà de la moto, l’Ibère se doit aussi de faire son trou au sein de sa nouvelle équipe. Si ce dernier retrouve une vieille connaissance, le patron de Ducati Corse Gigi Dall’Igna, avec qui il a déjà collaboré chez Aprilia en 250cc et chez Derbi en 125cc, sa bonne intégration passait également par la recherche d’un nouvel ingénieur en chef.

Lorenzo a finalement trouvé chaussure à son pied en la personne de Cristian Gabbarini, de retour au sein des troupes de Bologne après six années d’absence. L’Italien faisait en effet partie du team transalpin lors du sacre de Casey Stoner en 2007, et avait suivi l’Australien chez Honda en 2011 avant de passer chez Marc VDS en 2015 pour offrir ses services à l’impétrant Jack Miller.

En ce sens, les connaissances de Gabbarini sur le fonctionnement de Ducati devraient permettre de guider plus facilement Lorenzo dans son acclimatation. "J’ai eu quelques options pour l’ingénieur en chef, mais pas tant que ça. Cristian, pas seulement maintenant mais par le passé, était quelqu’un que j’avais en tête pour travailler ensemble. J’ai travaillé tellement d’années avec Ramon [Forcada] et il faisait aussi partie des options. Mais c’était assez clair dans mon esprit que je voulais quelque chose de nouveau, quelque chose à changer. Cristian, de ce que j’entends, est un homme calme, et c’est très important dans le travail. Il a aussi fait du bon travail avec Casey et d’autres pilotes, il a donc l’expérience, la passion et la patience dont nous avons besoin pour atteindre nos objectifs."

Beaucoup d'attente mais pas de précipitation

Les objectifs sont justement élevés pour Ducati à l’approche de la nouvelle saison. Si la marque de Borgo Panigale a renoué par deux fois avec le succès en 2016 et poursuit sa restructuration, Lorenzo pourrait avoir besoin d’un peu de temps dans cette année de transition.

À plus forte raison que les ailerons, l’un des avantages de la Ducati ces deux dernières années, ont été bannis pour 2017. Difficile de se situer dans ces conditions pour le pilote espagnol. "Personne ne connaît le futur, mais je pense que je ne vais pas échouer. Je ne sais pas quel niveau je vais bientôt atteindre, mais je suis quasiment sûr que, tôt ou tard, je serai très compétitif et que je gagnerai des courses", estime t-il, même si des vues sur un éventuel titre de champion du monde lui semblent pour le moment prématurées.

"Ce serait une grosse erreur si nous nous concentrions uniquement sur le championnat du monde, car c’est la meilleure façon de se perdre et de faire des erreurs. Notre obsession doit être d’améliorer notre package jour après jour et semaine après semaine – améliorer le pilote, l’équipe, les gens et spécialement la moto. Et c’est seulement lorsque nous aurons le meilleur package dans la catégorie que nous pourrons être champions du monde. Cela doit être notre priorité."

"Je suis quasiment sûr que je vais être compétitif et gagner des courses"

À la différence de Yamaha, Ducati n’a présenté vendredi que la nouvelle livrée que revêtira la future GP17. Du travail reste à effectuer pour les troupes transalpines afin d'arriver fin prêtes sur la manche inaugurale de la saison, qui se déroulera au Qatar fin mars.

Avant cela, Ducati va limer le bitume lors de tests privés du 25 au 27 janvier à Sepang, avec ses pilotes essayeurs Michele Pirro et Casey Stoner, dans le but d’emmagasiner un maximum de données avant les essais officiels, toujours en Malaisie, du 30 janvier au 1er février.

partages
commentaires
Le trophée du meilleur GP 2016 remis à l’Autriche

Article précédent

Le trophée du meilleur GP 2016 remis à l’Autriche

Article suivant

Viñales, seule recrue d'un effectif stable chez Yamaha

Viñales, seule recrue d'un effectif stable chez Yamaha
Charger les commentaires
Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi Prime

Pourquoi Yamaha risque de perdre Valentino Rossi

En sa qualité de patron d'équipe, Valentino Rossi va entrer de façon imminente dans une nouvelle ère dans sa carrière, et celle-ci aura une influence considérable sur un certain nombre de pilotes et d'équipes du championnat. Mais c'est précisément chez Yamaha que se fera sentir l'un des plus gros impacts car la marque joue un rôle central dans cet épisode et pourrait en conséquence perdre ses liens avec le Docteur.

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité ! Prime

Donner ou prendre le sillage : entre aubaine, tolérance et nécessité !

Prendre le sillage d'un rival pour gagner en performance... ou être celui qui est accroché et donne, de son plein gré ou non, un avantage à un concurrent. Le sujet n'a pas pas fini de faire parler, mais crée en tout cas des dynamiques intéressantes entre les pilotes du plateau MotoGP.

MotoGP
10 juin 2021
Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ? Prime

Éligibilité aux concessions techniques : le remède pour Honda ?

Aveu d'échec mais coup de pouce possiblement bienvenu : l'éligibilité à des concessions en MotoGP peut être vue de plusieurs manières, comme en témoignent les réactions de Marc Márquez et Pol Espargaró à cette évocation...

MotoGP
6 juin 2021
Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre" Prime

Lucio Cecchinello : "Ma récompense ? Le plaisir que je continue à prendre"

Toujours aussi passionné, mais aussi ancré dans la réalité, l'ancien pilote Lucio Cecchinello partage avec nous son regard sur les effets de la crise actuelle en MotoGP et la manière dont le championnat devrait selon lui évoluer.

MotoGP
28 mai 2021
Hervé Poncharal, taille patron Prime

Hervé Poncharal, taille patron

Patron du team Tech3 et président de l'IRTA, Hervé Poncharal est une figure incontournable du MotoGP. Aussi impliqué dans le sauvetage du championnat face à la crise sanitaire que touché par l'évolution de la planète, le Français a partagé avec nous son regard sur le monde.

MotoGP
26 mai 2021
Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ? Prime

Que doit faire Marc Márquez pour revenir à son meilleur niveau ?

Après avoir signé une septième place au Portugal pour son retour fracassant en MotoGP, Marc Márquez entame désormais un long et dur travail pour retrouver le pilotage lui ayant donné six titres en catégorie reine.

MotoGP
23 avr. 2021
Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête Prime

Pourquoi l'incident entre Miller et Mir mérite une nouvelle enquête

Malgré la décision de Suzuki de ne pas faire appel de l'absence de sanction pour Jack Miller après son incident avec Joan Mir, il est nécessaire d'agir pour ne plus voir ce genre de manœuvre, qui aurait facilement pu tourner à la tragédie à Losail.

MotoGP
9 avr. 2021
Johann Zarco, la victoire avant l'heure Prime

Johann Zarco, la victoire avant l'heure

En à peine 18 mois, Johann Zarco est passé d'un extrême à l'autre en MotoGP, de pilote accablé et sans guidon à leader rayonnant du Championnat du monde 2021. Mais les Grands Prix de Losail ont surtout vu le retour au premier plan d'un homme retrouvé.

MotoGP
5 avr. 2021