La lutte pour le titre se resserre autour de trois pilotes

Rossi absent et Pedrosa à la peine : Misano semble avoir marqué un tournant dans la course au titre, en recentrant toute l'attention sur les trois premiers du championnat.

Après le Grand Prix de Saint-Marin, 13e des 18 manches au programme cette saison, Márquez, Dovizioso et Viñales ne sont séparés que de 16 points et ils ont encore distancé leurs poursuivants de quelques unités, suffisamment pour que la lutte pour le titre soit désormais perçue comme une bagarre à trois et non plus à cinq.

Le pilote Ducati a cédé les rênes du championnat à Márquez, qui prend l'avantage à la faveur de ses podiums mais affiche le même nombre de points que son rival italien. Quant à Viñales, son retard est passé de 13 à 16 points, mais sa marge sur Rossi, quatrième, a doublé pour atteindre à présent 26 unités. Pedrosa, enfin, compte 49 points de retard sur le leader après un week-end "sans" à Misano.

Rossi et Pedrosa, s'ils ne sont pas encore complètement écartés mathématiquement, sachant que 125 points sont encore en jeu, semblent avoir perdu trop de terrain pour espérer revenir dans le coup, à plus forte raison au vu de la particularité de ce championnat, si serré.

"Maintenant ça devient très difficile pour eux", juge Andrea Dovizioso. "Ils ont encore une chance, tout peut arriver – comme aujourd'hui [dimanche], où on pouvait facilement faire une faute et où 20 ou 25 points pouvaient facilement être gagnés. Mais il est clair que maintenant le championnat se joue entre les trois premiers pilotes."

"L'avantage sur Valentino et Dani commence maintenant à être un petit peu plus grand", constate également Marc Márquez. "Avec ce championnat on ne sait jamais. Je pense en tout cas que c'est le cours normal des choses. Course après course il y aura de moins en moins de pilotes en lutte pour le titre. Il semble à présent que ce soit moi et Dovi en tête, Maverick très proche, mais Valentino et Dani un peu plus loin."

Une lutte à trois à mener sur les cinq manches restantes n'est pas une perspective aisée aux yeux de Maverick Viñales, mais ce scénario le convainc toujours plus qu'il ne faut laisser passer aucune opportunité de marquer des points. "Le championnat s'éclaircit, c'est certain, et il faut qu'on soit là, prêts à se battre", prévient-il. "C'est plus facile quand il y a deux pilotes ou qu'on est seul [en lice pour le titre], mais trois pilotes c'est beaucoup. On ne peut pas faire de fautes, parce que le risque de voir gagner un opposant est double, il faut donc être prêt."

À ce stade de la saison, Viñales a remporté trois victoires, contre quatre pour Dovizioso et Márquez, cependant le pilote Yamaha n'est plus monté sur la plus haute marche depuis le GP de France, en mai. Cela fait cinq courses que ses deux rivaux directs sont invaincus et se rendent la pareille, s'échangeant par la même occasion la place de leader du championnat.

Tenir bon malgré un championnat très ouvert

Aujourd'hui, en dépit du fait qu'il a été vaincu par Márquez sous la pluie de Misano, où il n'était pas à l'aise, Dovizioso reste convaincu qu'il a encore toutes ses chances de jouer la gagne jusqu'au bout : "Je pense qu'on a une chance de se battre pour le championnat. Bien sûr, Marc est très fort et la prochaine course sera en Aragón, où il est très rapide. Mais on est désormais trois au championnat et je pense qu'on a notre carte à jouer pour essayer de se battre pour le titre. C'est complètement ouvert, on a le même nombre de points. Je me sens bien sur le sec, alors on va essayer jusqu'au bout."

"Ce championnat est incroyable, on ne sait jamais ce qui va se passer", constate Márquez, déjà titré trois fois en quatre ans de MotoGP, mais sans jamais avoir rencontré autant de résistance. Jamais non plus il n'avait dû subir d'abandon sur casse moteur comme ce fut le cas à Silverstone, un coup dur qui lui a immédiatement coûté cher au championnat puisque Dovizioso empochait les 25 points de la victoire quand lui écopait d'un score vierge.

"Bien sûr, c'est dur. Si vous regardez les statistiques de mes chutes, elles sont élevées", reconnaît Márquez, qui a dépassé à Misano son plus gros nombre de chutes en une saison MotoGP. "Je tombe parce que j'attaque. En tout cas, je suis là parce que j'y crois. Je me donne à 100% des EL1 jusqu'à la course, j'essaie de faire de mon mieux."

"Honnêtement, j'étais déçu après la course de Silverstone, c'était difficile parce qu'il avait été très dur de se constituer cette petite avance. Mais cela m'a donné encore plus de motivation, d'énergie et un bon feeling pour essayer de me donner à nouveau à 100% ce week-end et de revenir."

"Sur un circuit difficile, on était là. Sous la pluie, dans le froid comme dans la chaleur, on était là. C'est le plus important pour les dernières courses", anticipe-t-il. "Je sais qu'il y aura des pistes sur lesquelles on aura un meilleur rythme et des pistes sur lesquelles on va avoir plus de mal, mais au moins on est au sommet du championnat, à égalité de points avec Dovi, et on peut gérer cela différemment."

 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries MotoGP
Événement GP de Saint-Marin
Circuit Misano
Pilotes Valentino Rossi , Andrea Dovizioso , Dani Pedrosa , Marc Márquez , Maverick Viñales
Équipes Repsol Honda Team , Yamaha Factory Racing , Ducati Team
Type d'article Actualités