MotoGP
20 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Morbidelli a "bien compris" où Quartararo fait la différence

partages
commentaires
Morbidelli a "bien compris" où Quartararo fait la différence
Par :
2 sept. 2019 à 16:00

Morbidelli a les idées claires quant aux performances de son coéquipier : "Tant qu'il est plus rapide que moi, je peux apprendre beaucoup de choses." Un raisonnement qui a accompagné son travail lors des récents essais à Misano, avant son Grand Prix à domicile.

Dominé par son jeune coéquipier cette saison, Franco Morbidelli admet ne pas être insensible aux prouesses de Fabio Quartararo, mais cherche à trouver la clé pour se rapprocher de l'étincelant rookie. Cette quête l'a animé notamment lors du test de Misano, en fin de semaine dernière, avec de bons résultats bien que le meilleur temps soit revenu au Français à chaque journée.

Lire aussi :

Morbidelli a affiché sa progression durant ces essais collectifs, et ce dès jeudi où il a enregistré le deuxième meilleur tour à seulement un centième de son coéquipier, déjà leader. "Tout va bien, je suis content de cette journée", commentait-il auprès de Sky Italia. "On a eu beaucoup de temps pour travailler sur nos réglages, car on n'avait rien à tester donc on a peaufiné nos settings. Ça s'est bien passé en ce qui concerne mon rythme, mais je suis encore plus content pour ce qui est du time attack. Je ne suis pas très fort dans le time attack, mais [jeudi] j'ai réussi à beaucoup me rapprocher de Fabio, ce qui est très positif."

"On a des problèmes chroniques, qui nous suivent depuis quelques courses. On le sait et on sait de quels problèmes il s'agit. Sur ce test on a réussi à faire un pas en avant de ce point de vue-là. On a réussi à identifier mon point faible et à l'améliorer", se félicitait encore le pilote Petronas, qui vient tout juste d'égaler à Silverstone son meilleur résultat MotoGP (cinquième) après avoir compris qu'il lui fallait revenir en arrière dans ses réglages.

N'ayant pas de nouvelles pièces à tester à Misano, Morbidelli a poursuivi ce travail de fond durant la deuxième journée. Finalement troisième à l'issue de ce test, à six dixièmes d'un Quartararo stratosphérique, il n'en avait pas totalement terminé avec cette tentative de rivaliser avec son voisin de garage, mais retenait les signaux encourageants. "Je suis satisfait. Je ne suis pas encore aussi rapide que Fabio et cette chose-là me fait réfléchir, mais j'ai bien compris où il arrive à faire la différence avec moi et avec les autres pilotes Yamaha. Je vais essayer de progresser dans ce domaine", promettait-il.

Franco Morbidelli, Petronas Yamaha SRT

Une adaptation redoutable à la Yamaha

Dans une récente interview pour Motorsport.com, Wilco Zeelenberg expliquait à quel point le "talent naturel" de Quartararo pouvait lui faciliter l'obtention de bonnes performances à ce stade de sa carrière, là où Morbidelli avait besoin d'un peu plus de temps. Une observation avec laquelle le pilote italien se dit en accord : "C'est vrai. Fabio est monté sur cette moto, n'a rien changé et a immédiatement été rapide. Puis il n'a rien changé entre la première course et aujourd'hui, et il arrive à être rapide. Alors que, pour ma part, je travaille ; je travaille plus sur les réglages et sur beaucoup de choses. C'est comme ça que ça se passe en ce moment."

"Je ne sais pas si cela vient d'une caractéristique de Fabio, parce que c'est une caractéristique que l'on ne découvrirait que maintenant car en Moto2 ça n'était pas le cas. Avec la Kalex ça n'a pas été le cas : il n'a pas commencé à enchaîner les P1 à son arrivée dans la catégorie, alors que la Kalex était une moto qui gagnait et son équipe gagnait aussi", remarque Morbidelli. "C'est comme ça à l'heure actuelle. Il s'est trouvé avec cette moto, avec ce team, dans sa situation mentale, alors que pour ma part je me trouve bien avec la moto et le team, mais je dois en passer par un peu plus de difficultés pour trouver ma voie en piste."

Lire aussi :

Refusant de se chercher des excuses, Morbidelli ne suit pas le raisonnement de ceux qui estiment que ses débuts en catégorie reine sur la Honda satellite l'an dernier ont pu lui compliquer la tâche. "Non, je ne me cacherais pas derrière ça. Je dirais que les choses sont juste comme ça maintenant. Je pilote cette moto, je me trouve bien avec, j'ai des soucis de temps en temps, j'ai du mal avec le grip et d'autres choses. Fabio a juste moins de difficultés. Peut-être que c'est dû à son style de pilotage, ou bien à sa mentalité. Je ne sais pas. Mais ce que je sais c'est qu'il faut que j'essaye d'améliorer tout ce que mon team et moi-même pensons qu'il nous manque en ce moment."

Et, surtout, Franco Morbidelli n'a pas l'intention de se morfondre, mais plutôt d'essayer de tirer le positif de cette situation, d'autant qu'il n'est pas le seul à souffrir de la comparaison avec le jeune Niçois dans le clan Yamaha. "Je ne pense qu'à moi et je pense au fait qu'il est plus rapide que moi et pas aux deux autres pilotes. Il est très rapide, c'est vrai, alors il arrive aussi parfois à devancer les pilotes officiels. C'est une opportunité d'apprendre et de progresser en tant que pilote", souligne-t-il, déterminé. "Tant qu'il est plus rapide que moi, je peux apprendre beaucoup de choses."

Article suivant
Syahrin en quête de confiance après une série de chutes

Article précédent

Syahrin en quête de confiance après une série de chutes

Article suivant

Crutchlow et la retraite : "Je veux amener ma fille à l'école"

Crutchlow et la retraite : "Je veux amener ma fille à l'école"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Fabio Quartararo , Franco Morbidelli
Équipes SIC Racing Team
Auteur Léna Buffa