Premier abandon de la saison pour Loris Baz

Le pilote Avintia a chuté en course, au terme d'un week-end qui lui avait valu quelques difficultés initiales mais aussi des performances prometteuses samedi.

Premier abandon de la saison pour Loris Baz
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing
Loris Baz, Avintia Racing

Pour la première fois depuis l'entame du championnat, Loris Baz n'a pas rapporté de points de la course disputée dimanche à Austin. Le Français a chuté dans le neuvième tour alors qu'il occupait la 13e position et qu'il gardait un œil sur le groupe Iannone-Petrucci-Redding devant lui, conservant espoir d'aller chercher un résultat qui aurait au minimum été dans la lignée de ceux du Qatar et de l'Argentine.

"Je suis surtout déçu, car nous nous doutions qu’il y aurait de nombreuses chutes. L’objectif était donc de se maintenir sur ses roues pour marquer le maximum de points", commente Loris Baz. "Nous étions véritablement confiants au départ de la course. J’ai réalisé un premier tour plus que correct, mais j’ai également commis quelques petites maladresses qui m’ont coûté un peu de temps. J’ai néanmoins pu rester dans le bon groupe."

"J’ai ensuite souffert d’un problème : sur un freinage, un rapport s’est mal engagé. L’équipe doit encore analyser si cela relève de l’électronique ou d’un aspect mécanique. Toujours est-il que j’avais perdu le contact avec le peloton. Je me suis déconcentré et j’ai chuté quelques courbes plus loin", explique le pilote Avintia.

"Sur un circuit aussi difficile, nous avons tout de même réussi à tirer notre épingle du jeu", juge Loris Baz, qui en avait commencé avec une première journée complexe. Une première chute avait déjà perturbé son programme à la fin des EL2, l'empêchant alors de réaliser un time attack et le positionnant plus bas qu'espéré dans le classement.

Alors qu'il s'est rattrapé samedi matin en étant l'auteur du plus fort gain des EL3, son huitième temps dans cette séance ne l'empêchait tout de même pas d'en passer par la Q1 compte tenu des chronos plus compétitifs encore que certains gardaient de la veille. Également huitième des EL4, il semblait en passe de s'octroyer l'un des deux meilleurs temps de la Q1 dans son dernier tour… jusqu'à une cabriole hautement spectaculaire mais rédhibitoire pour son chrono.

Une grande leçon d'équilibriste, mais aussi une certaine déception face à sa 14e place sur la grille de départ. "Je suis sorti très vite de l’avant-dernier virage. J’ai tenté de conserver le point de corde dans le dernier et j’ai glissé. Je suis arrivé à éviter la chute, mais je suis déçu, car je suis persuadé qu’une place en Q2 était à notre portée", pestait-il alors.

 
 

Jerez, un rendez-vous particulier

Après ce premier score vierge, Loris Baz se tourne à présent vers la saison européenne. Il retrouvera d'abord le circuit de Jerez, celui qui lui avait valu l'an dernier son meilleur résultat du début de saison et une piste sur laquelle il a eu l'opportunité d'engranger un peu de kilomètres cet hiver en tests.

"Nous tenterons de confirmer lors du prochain rendez-vous à Jerez où nous espérons nous retrouver dans les mêmes dispositions qu’en Argentine. Bien que nous ayons roulé à Jerez durant l’hiver, cela reste un circuit particulier selon les conditions météo. Il est difficile de savoir à quoi s’attendre, mais nous donnerons notre maximum, comme d’habitude, pour viser une place dans les dix premiers", prévient le Français.

partages
commentaires
Márquez : "Je n'ai pas changé ma stratégie" après la chute de Viñales
Article précédent

Márquez : "Je n'ai pas changé ma stratégie" après la chute de Viñales

Article suivant

Le Mexique souhaiterait accueillir un Grand Prix MotoGP

Le Mexique souhaiterait accueillir un Grand Prix MotoGP
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021