Des progrès ? "Peut-être pour la 2nde partie" de la saison, pour Rossi

Le Docteur attend que les ingénieurs Yamaha apportent les progrès requis de longue date sur l'électronique, mais les délais pourraient être longs...

Des progrès ? "Peut-être pour la 2nde partie" de la saison, pour Rossi
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Le numéro 46 sur le panneau de Valentino Rossi
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing
Valentino Rossi, Yamaha Factory Racing

Pour Yamaha, le rendez-vous MotoGP de Jerez ne s'arrêtait pas avec le passage sur la ligne d'arrivée, dimanche. L'équipe restait en Andalousie pour une journée de test lundi, durant laquelle Maverick Viñales a signé le quatrième temps et Valentino Rossi le dixième.

"Notre principal objectif aujourd'hui était de trouver une solution aux problèmes que nous avons rencontrés pendant le week-end", expliquait Massimo Meregalli, team manager. "Malheureusement, les conditions météo n'étaient pas aussi chaudes, ni aussi ensoleillées qu'elles l'étaient hier [dimanche], mais nous avons quand même pu comparer avec succès des réglages en enchaînant les runs."

Inutile cependant de penser que ce test devait permettre d'évaluer les solutions électroniques que les pilotes appellent de leurs vœux, les nouveautés au programme ayant été définies bien avant le compte-rendu de course alarmiste que dressaient Rossi et Viñales dimanche après-midi.

"On avait déjà à notre programme des choses à tester", concédait le Docteur lundi soir. "On avait beaucoup de choses à faire. Ça a été un bon test, on a essayé différentes solutions, certaines choses étaient un peu mieux et d'autres un peu moins bien, mais c'est en tout cas important. On a un peu progressé."

"On aura quelque chose de plus important sur le prochain test", anticipait Valentino Rossi, qui sera de retour en piste demain, avec son coéquipier, pour une journée au Mugello qu'il attend avec impatience. Pourtant, la pluie pourrait venir troubler le programme… "Ce serait dommage qu'il pleuve parce que c'est un test intelligent – ce qui ne nous arrive pas très souvent ! –, alors ce serait bien qu'on l'exploite correctement", soulignait-il, ruminant peut-être encore que Yamaha n'ait pas tourné à Jerez ces derniers mois pour y prendre ses marques sur le nouvel asphalte.

Les pneus ne sont pas en cause

Quoi qu'il en soit, après avoir évalué à 25%-75% le rapport entre mécanique et électronique dans les problèmes actuels de Yamaha, et estimé que l'usine concentrait l'essentiel de ses efforts sur la partie minoritaire, Rossi a redit le fond de sa pensée aux ingénieurs Yamaha dimanche soir, lors de leur débriefing technique d'après-course. "Hier [dimanche] soir, ça a été une belle réunion, comme d'habitude, on est resté longtemps et j'ai essayé d'expliquer mes sensations, mais sincèrement j'ai dit des choses que j'avais déjà dites", a-t-il fait savoir.

Lorsqu'il lui a été demandé s'il était exclu que le problème puisse venir des pneus, l'Italien a écarté les enveloppes Michelin de l'équation, indiquant par ailleurs avoir beaucoup aimé le grip offert par la nouveauté proposée par Clermont-Ferrand en vue du Mugello. "Je trouve que, quand on pilote, la moto fait plutôt bien travailler les pneus. On arrive à bien piloter, c'est juste qu'on a un peu plus de problèmes que les autres à transférer la puissance au sol."

À quoi s'attend-il désormais pour la suite ? "Déjà, il faut espérer qu'il y aura des pistes qui nous aideront plus et sur lesquelles on pourra être plus compétitifs. Après, il faut faire des choses, il faut un peu de temps. À mon avis, si tout va bien, si on fait bien les choses, on peut voir des améliorations peut-être pour la seconde partie du championnat." Une perspective qui aurait de quoi inquiéter…

partages
commentaires
La négociation avec Ducati traîne trop aux yeux de Dovizioso
Article précédent

La négociation avec Ducati traîne trop aux yeux de Dovizioso

Article suivant

Jerez, un Grand Prix laboratoire pour KTM

Jerez, un Grand Prix laboratoire pour KTM
Charger les commentaires
L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022 Prime

L'armada Ducati, une menace pour l'équilibre du MotoGP en 2022

Voir Ducati aligner huit machines sur la grille MotoGP n'est pas un fait inédit, puisque la marque l'a déjà fait entre 2016 et 2018. Mais le niveau de la Desmosedici est impressionnant et l'implication de la firme de Borgo Panigale dans ses alliances bien plus importante qu'elle le fut par le passé, or cela pourrait avoir pour effet de déséquilibrer la catégorie reine.

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis Prime

Ces héritiers que Valentino Rossi s'est choisis

Avec le départ de Valentino Rossi, le MotoGP perd sa plus grande star et l'Italie son meilleur représentant en course depuis les années 1980. Le Docteur lui-même a toutefois préparé sa relève et formé ceux qu'il espère voir lui succéder.

MotoGP
2 janv. 2022
Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez Prime

Quartararo, le champion qui a changé les règles, comme Márquez

Précoce quand il dominait tous les championnats espagnols, Fabio Quartararo a été jusqu'à pousser à la mise en place d'un changement de règlement, comme Marc Márquez quelques années plus tôt. Son parcours mondial s'est pourtant révélé compliqué, jusqu'à la révélation une fois arrivé dans la catégorie MotoGP.

MotoGP
27 déc. 2021
Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ? Prime

Valentino Rossi s'est-il arrêté trop tard ?

Inlassablement interrogé sur sa retraite depuis des années, Valentino Rossi a-t-il trop attendu, au risque de voir son palmarès se ternir ? On serait plutôt tenté de dire qu'en ayant tout essayé jusqu'au bout, il a choisi de raccrocher au moment qui était le bon pour lui.

MotoGP
16 déc. 2021
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021