Des essais avortés, mais "de bonnes sensations" pour Valentino Rossi

Valentino Rossi a conclu les essais de pré-saison sans avoir pu réaliser de simulation de course et en ayant, selon lui, bouclé 85% de son programme. Il retient cependant avant toute chose les progrès qu'il a pu réaliser jeudi, qui le laissent sur une sensation positive.

Des essais avortés, mais "de bonnes sensations" pour Valentino Rossi

La journée de roulage perdue, vendredi à Losail, laissera plus ou moins de traces chez les uns et les autres en vue du Grand Prix qui lancera la saison MotoGP dans deux semaines, sur la même piste. Ces essais hivernaux sont devenus au fil des jours une grande opportunité d'anticiper le travail de préparation de la première course, dont le départ sera donné le 28 mars à 20h heure locale. Or, ceux qui avaient reporté à vendredi des points importants de leur cahier des charges pourraient bien s'en mordre les doigts.

Valentino Rossi, lui, estime avoir perdu une petite part des essais qu'il aurait souhaité vouloir mener, mais pas au point de s'en inquiéter, le plus important ayant été passé en revue précédemment. "On a déjà fait quatre jours alors je pense qu'on a fini 85% du programme", juge-t-il. "On a perdu une journée, parce que les conditions étaient très mauvaises. Mais heureusement, [jeudi] on avait déjà fait tout le travail important. C'est dommage car on avait d'autres choses à tester et on aurait aussi fait un long run pour une simulation de course. Mais, pour le reste, le bilan est assez positif."

La première partie des essais n'avait pourtant pas vraiment satisfait le pilote Petronas, qui avait jugé le nouveau châssis de la M1 similaire au précédent et n'y voyait donc pas les signes de progrès qu'il attendait. La reprise, mercredi, s'est faite sur un autre ton, et c'est donc avec le sourire que le vétéran du plateau a rangé son casque, assurant qu'il "quitte le Qatar avec de bonnes sensations" grâce à ces deux derniers jours de piste.

Lire aussi :

"On a beaucoup travaillé sur la moto, on a trouvé de nouvelles solutions et j'ai fait un bon time attack", se félicitait-il jeudi soir, huitième du jour (et 11e au classement combiné) après avoir battu son record personnel à Losail. "J'ai pu tourner en 1'53"9, et c'est bien à voir. [...] Ça n'est pas tellement évident : ça fait longtemps que je cours et faire 1'53 pour la première fois ça a été une grande satisfaction. Même si, naturellement, les motos et les pneus s'améliorent, ça veut quand même dire que je pilote bien et que je suis bel et bien là."

Et les progrès n'étaient pas visibles uniquement sur le tour lancé. "Tout le monde est très rapide, c'est sûr, mais on a amélioré notre position et surtout j'ai beaucoup amélioré mon rythme de course et j'ai fait de bons tours en 1'54", soulignait-il en effet. "Par rapport au premier test [le week-end dernier, ndlr], on a amélioré les réglages de la moto, on a trouvé de nouvelles solutions qui me donnent plus de sensation sur l'avant pour pouvoir entrer plus vite dans les virages, et j'ai aussi plus de grip à l'accélération."

"Et puis on a aussi reçu de bonnes pièces de la part de Yamaha, à commencer par le nouveau châssis. Avec plus de kilomètres, j'arrive à plus en utiliser le potentiel et c'est très important. L'année dernière, on a beaucoup souffert de cela parce que la moto était difficile à faire tourner et maintenant elle semble meilleure. Je me sens mieux sur la moto et je pilote mieux. Pour ces deux raisons, j'ai réussi à améliorer mon chrono et surtout mon rythme de course."

Valentino Rossi, Petronas Yamaha SRT

Ces progrès notables en termes de grip, de maniabilité et de sensations générales permettent à Rossi de se dire "content du travail réalisé pendant les tests". De retour en Italie pour brièvement recharger les batteries, le pilote au #46 a désormais l'esprit tourné vers les deux Grands Prix qui l'attendront lorsqu'il retrouvera le Qatar dans quelques jours.

"On a maintenant dix jours à la maison pour s'entraîner, se détendre et essayer d'être prêts pour la première course", souligne-t-il. "Je me sens bien, mieux. Je me sens bien avec l'équipe. La moto semble surtout avoir un peu progressé et j'arrive à mieux la piloter. J'ai été beaucoup plus rapide que l'année dernière dans le time attack et surtout sur le rythme de course. Le problème c'est que beaucoup d'autres pilotes sont eux aussi rapides, plus rapides que l'année dernière, alors pour comprendre le niveau il faut attendre la première course."

Des surprises en vue ? "Absolument !"

Tout en jugeant comme "un bon signe" le fait que trois Yamaha aient dominé le classement jeudi, Valentino Rossi reste prudent, car l'expérience lui a appris que la vérité des tests n'est pas nécessairement celle de la compétition. "Je pense que [la hiérarchie] peut changer, parce qu'en MotoGP chaque jour est différent. Certains trouveront des modifications, et puis il y a le feeling avec les pneus, etc. Et puis, au Qatar, la situation sera très particulière, parce qu'on n'a jamais fait comme ça cinq jours de suite [en tests] et deux courses d'affilée [sur la même piste]. Tout le monde ira à la limite, ce sera donc intéressant de voir ce qui va se passer et ce qui va changer."

Lorsqu'il lui est demandé s'il est convaincu que les progrès qu'il a pu réaliser ces derniers jours lui éviteront de souffrir autant cette saison que cela a été le cas l'année dernière, il tranche avec véhémence : "Je ne suis absolument convaincu de rien ! Ici, il n'y a jamais beaucoup de grip mais il n'est pas mal malgré tout, et c'est une piste sur laquelle la Yamaha est habituellement compétitive. Il faudra donc voir ce qu'il en sera à partir du Portugal, qui est une piste totalement différente, mais aussi Jerez, Le Mans, toutes. En tout cas, je ne sais pas dire si on a vraiment progressé à tous les niveaux, mais je pense que personne ne le sait de toute façon. Il faudra voir ce qu'il en sera quand on sera dans le vrai."

Lire aussi :

Avec la hiérarchie qui s'est dessinée ces derniers jours, Rossi juge le plateau très serré derrière deux pilotes qui figurent au-dessus du lot. "J'ai regardé un peu les rythmes et Maverick [Viñales] semble très fort, Quartararo aussi est plus rapide que moi. Après, Franco [Morbidelli] est rapide lui aussi, mais aussi les Ducati officielles, les Suzuki, mais en termes de rythme on est très similaires, alors ça n'est pas si mal."

S'attend-il à des surprises pour la course du 28 mars ? "Absolument. Ici, on s'attend toujours à des surprises. Dans le MotoGP d'aujourd'hui, avec les Michelin, tout peut changer du warm-up à la course. Alors, même quand on a fait une simulation et quatre jours de tests… Ça peut changer d'ici à dix jours, et ça peut même changer du samedi au dimanche !"

"C'est peut-être ce qu'il y a de bien, on n'est jamais sûr de rien tant qu'on n'est pas en piste pour la course. Je dois dire que la dernière fois qu'on a couru ici, en 2019, la course avait été fantastique. Je l'ai revue l'autre soir, elle avait été très belle, dans le style du Moto3, avec 12, 13, 14 motos les unes collées aux autres ! J'espère donc qu'on aura encore une course comme celle-là, et que je serai dans le groupe de tête."

partages
commentaires

Voir aussi :

Marc Márquez se rend au Qatar pour se faire vacciner contre le COVID-19
Article précédent

Marc Márquez se rend au Qatar pour se faire vacciner contre le COVID-19

Article suivant

Miller parmi les favoris ? "Il faut garder les pieds sur terre"

Miller parmi les favoris ? "Il faut garder les pieds sur terre"
Charger les commentaires
Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ? Prime

Suzuki déjà en retard dans la quête de son nouveau patron MotoGP ?

Après avoir pris la décision de ne pas remplacer Davide Brivio début 2021 et n'avoir par la suite pas réussi à aider Joan Mir à défendre son titre, Suzuki est aujourd'hui à la recherche d'un nouveau team manager. Mais quelle que soit la personne que Shinichi Sahara nommera pour la suite, il est peut-être déjà trop tard pour convaincre le Champion du monde 2020 de rester.

MotoGP
23 nov. 2021
Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes Prime

Quand les enjeux financiers engendrent l'agressivité des jeunes pilotes

La pression à laquelle sont soumis les espoirs de la moto est à la source d'une agressivité qui inquiète de plus en plus. Restreindre la participation au Championnat du monde aux pilotes âgés de 18 ans suffira-t-il à endiguer les manœuvres souvent désespérés des jeunes qui rêvent du MotoGP ?

MotoGP
3 nov. 2021
Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha" Prime

Quartararo : "Ce titre permet d'oublier les moments difficiles de Yamaha"

De ses débuts inattendus en MotoGP à son premier titre de Champion du monde, trois ans plus tard, Fabio Quartararo a déjà connu un parcours intense dans la catégorie reine. Avec, au passage, une saison 2020 qui lui a rapporté ses premières victoires et une lourde déception, formatrice pour la suite.

MotoGP
26 oct. 2021
Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre Prime

Plus que la Yamaha, c'est Quartararo qui a su évoluer vers le titre

Trop inconstant en 2020, Fabio Quartararo apparaît cette année infaillible au guidon de la Yamaha. Mais plus que les progrès opérés par la machine, c'est sûrement la transformation du pilote français qui l'a ainsi placé au sommet, en capacité de remporter son premier titre de Champion du monde MotoGP dès cette semaine.

MotoGP
20 oct. 2021
Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda Prime

Comment KTM a pris le contrôle des jeunes talents au détriment de Honda

Il fut un temps où Honda était la destination toute tracée des jeunes talents de la moto mais deux de ses rivaux, KTM et, dans une moindre mesure, Ducati, ont pris le contrôle de ce marché. Cette évolution aura-t-elle des conséquences sur l'avenir du MotoGP ?

MotoGP
16 oct. 2021
Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage Prime

Marc Márquez a dû et doit encore réinventer son pilotage

Marc Márquez a profondément fait évoluer son pilotage pour retrouver la victoire après sa blessure. Celui qui a dominé la dernière décennie du MotoGP devra peut-être le faire à nouveau s'il veut redevenir un prétendant au titre, la marge de progrès dans sa condition physique se réduisant.

MotoGP
7 oct. 2021
Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ? Prime

Qu'est-ce qui a rendu le Circuit des Amériques si bosselé ?

Le retour du MotoGP en Amérique pour la première fois depuis 2019 ne se passe pas aussi bien que prévu, les pilotes s'inquiétant de la sécurité à l'issue des essais du vendredi.

MotoGP
2 oct. 2021
Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ? Prime

Comment la Ducati est-elle devenue la moto la plus polyvalente ?

L'attention portée par Ducati à ses équipes satellites, couplée aux efforts fournis par Andrea Dovizioso pour améliorer la capacité des dernières versions de la Desmosedici à prendre les virages, permettent à la marque italienne de disposer aujourd'hui de la moto la plus polyvalente du championnat, une moto que l'on a vue sur le podium avec cinq pilotes différents cette année.

MotoGP
27 sept. 2021