MotoGP
17 juil.
Événement terminé
24 juil.
Événement terminé
07 août
Warm-up dans
03 Heures
:
56 Minutes
:
34 Secondes
C
GP d'Autriche
13 août
Prochain événement dans
3 jours
C
GP de Styrie
21 août
Prochain événement dans
11 jours
10 sept.
Prochain événement dans
31 jours
C
GP d'Émilie-Romagne
18 sept.
Prochain événement dans
39 jours
25 sept.
Prochain événement dans
46 jours
09 oct.
Prochain événement dans
60 jours
16 oct.
Prochain événement dans
67 jours
C
GP du Teruel
23 oct.
Prochain événement dans
74 jours
C
GP d'Europe
06 nov.
Prochain événement dans
88 jours
13 nov.
Prochain événement dans
95 jours

GP des États-Unis 1989 : le manque de sécurité à l'extrême

partages
commentaires
Par :
Co-auteur: Léna Buffa
7 mai 2020 à 17:15

Motorsport.tv vous offre un nouvel épisode exceptionnel des archives Duke Classic, que vous pouvez vivre ici gratuitement et en intégralité. Cette fois, replongeons-nous dans le Grand Prix des États-Unis 500cc de 1989, l'un des meilleurs exemples possibles pour saisir à quel point la sécurité a fait des pas de géant en MotoGP.

On peine parfois à se souvenir de ce que pouvaient être les standards de sécurité il y a quelques années, et si l'on remonte le temps de plusieurs décennies, revoir certaines courses a de quoi nous donner des frissons. C'est le cas de ce Grand Prix des États-Unis, qui en 1989 se tenait à Laguna Seca, piste impressionnante s'il en est et arrivée au calendrier mondial l'année précédente. Malgré quelques travaux de resurfaçage, le circuit californien n'avait pas vraiment pris en compte les critiques exprimées après la première édition et beaucoup restait à faire pour améliorer ses infrastructures et son niveau de sécurité. En l'absence d'un bâtiment de stands, les équipes devaient même opérer sous des tentes, dans une atmosphère qui rappelait plus celle de courses locales que d'une manche du Championnat du monde.

Lire aussi :

D'un point de vue sportif, cela n'a sans doute pas été la course la plus mémorable de l'Histoire, mais elle est toutefois marquante d'une époque, et même quelque peu grotesque. Il faut dire que le ton avait été donné avant le week-end, puisque les motos n'étaient arrivées sur place que trois jours avant les essais, bloquées par une grève des contrôleurs aériens australiens après la manche de Phillip Island. Puis, au fil du week-end, les plaintes se sont amplifiées au sujet de la mauvaise organisation du paddock ou encore du manque de sécurité. Car il faut dire que si Laguna Seca est encore considéré comme un circuit plutôt dangereux aujourd'hui, les bottes de pailles qui bordaient les murs de béton à l'époque n'inspiraient guère confiance.

La course fut marquée par plusieurs graves accidents. Le plus impressionnant, sans nul doute, est survenu peu après l'arrivée, lorsque Kevin Magee s'est lancé dans un burn out et que Bubba Shobert, Champion AMA Superbike qui ne disputait ce jour-là que sa troisième course en 500cc, a percuté l'arrière de la YZ500 de l'Australien en félicitant Eddie Lawson. Shobert inconscient en bord de piste, Lawson tentant de l'aider, impuissant : l'image était glaçante. Shobert allait rester un mois dans le coma et il ne reprendrait jamais la course malgré sa guérison. Magee, quant à lui, dut manquer les courses suivantes pour se soigner.

Pendant les essais, c'est Wayne Gardner qui a percuté Mick Doohan, puis en course il a été victime d'une violente chute à la sortie du virage 5, dans laquelle il s'est cassé la jambe. Aussi incroyable que cela puisse paraître aujourd'hui, l'ambulance l'a alors pris en charge sans que la course ne soit interrompue et sans qu'aucun drapeau jaune ne soit agité. Quant au personnel médical, il était tellement en manque d'équipement que, faute d'attelle, il a dû stabiliser la jambe de Gardner avec du… carton !

Ce Grand Prix est donc avant tout resté dans les annales pour les limites qui y ont été atteintes en termes de sécurité et d'organisation. S'il est difficile d'occulter ce contexte, cet épisode précieux des archives Duke permet néanmoins de voir les légendes des années 1980 en action, repoussant les limites au guidon de machines emblématiques. Et l'on retrouve ici Eddie Lawson, en quête d'un quatrième titre alors qu'il a quitté Yamaha pour Honda, Kevin Schwantz et sa Suzuki, vainqueur de l'un des deux Grands Prix précédents, ou encore Wayne Rainey, leader du championnat à ce moment-là. Revoir des courses d'antan est une expérience merveilleuse, mais regarder un Grand Prix comme celui-ci est aussi un rappel brutal, et souvent nécessaire, de la chance que nous avons de savoir que cette époque est révolue.

Cet épisode fait habituellement partie du contenu premium de Motorsport.tv, mais certaines des archives de Duke sont exceptionnellement mises à disposition gratuitement afin de vous aider à passer le temps de façon bien agréable pendant le confinement que nous vivons tous. Si cela vous plaît, n'hésitez pas à visiter Motorsport.tv, où vous trouverez plus de 750 épisodes de la sorte, soit des milliers d'heures d'images exclusives ! Visitez la chaîne Duke Classic ici.

Voir aussi :

Pour Mir, il n'y a plus de numéro 1 chez Suzuki cette année

Article précédent

Pour Mir, il n'y a plus de numéro 1 chez Suzuki cette année

Article suivant

Álex Márquez un peu inquiet de ne pas pouvoir faire ses preuves

Álex Márquez un peu inquiet de ne pas pouvoir faire ses preuves
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP des États-Unis 500cc
Lieu WeatherTech Raceway Laguna Seca
Auteur Lewis Duncan