Zarco : "Je ne risque pas de regretter ma moto"

partages
commentaires
Zarco :
Par : Willy Zinck
19 nov. 2018 à 19:00

À l'heure de troquer la M1 contre la RC16, le Français envisage les deux journées d'essais à Valence avec optimisme compte tenu des résultats des KTM ce week-end sur le tracé espagnol.

Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Alvaro Bautista, Angel Nieto Team, Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3, Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing, Alvaro Bautista, Angel Nieto Team
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3, Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing, Alvaro Bautista, Angel Nieto Team
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3, Bradley Smith, Red Bull KTM Factory Racing
Johann Zarco, Monster Yamaha Tech 3

W.Z., Valence - Encore quelques petites heures à attendre et Johann Zarco enfourchera pour la première fois la KTM sur le circuit de Valence, dans le cadre des premiers essais officiels en vue de la saison 2019.

Même circuit que ce week-end donc, et probablement même conditions, de la pluie étant en effet encore prévue sur cette partie du littoral espagnol en ce début de semaine. Pas l'idéal quand il s'agit de découvrir une toute nouvelle machine, mais au moins le français peut-il se rassurer avec les bonnes performances affichées par les RC16 durant le week-end.

"On risque de rouler dans des conditions tellement aléatoires, que l'objectif avec l'équipe sera simplement d'apprendre à se connaître", avance-t-il. "Il faut voir, vu ce qu'a pu faire Pol sous la pluie, il a été dans le coup tout le week-end."

Lire aussi :

Mauvaises sensations durant tout le week-end

Le numéro 5 a beau être satisfait d'avoir eu le dernier mot dans la course au titre de meilleur pilote indépendant 2018, il ne l'est en revanche pas du tout de ses dernières sensations au guidon de la M1.

Qualifié en 11e position sur la grille et dans l'incapacité de viser plus haut qu'une septième place en course, le Cannois n'a pas été à l'aise sur le mouillé, et attend donc avec d'autant plus d'impatience de voir ce qu'il est capable de faire avec la RC16 demain.

Lire aussi :

"Je peux me dire qu'au moins les sensations que je n'ai pas réussi à avoir sur le week-end, eh bien je vais les avoir avec cette moto", reprend-il, avec toujours en tête les résultats d'Espargaró et Smith dimanche. "Ça peut mener à un début de tests avec du plaisir tout de même, car je ne sors quand même pas vainqueur de la course de ce week-end. J'ai été en difficulté, et je ne risque pas de regretter ma moto."

Les mots sont durs, mais à la hauteur de la déception de ne pas avoir réussi cette année à exploiter au maximum la Yamaha, qui a plafonné sitôt passée sa pole position du Mans.

Et si une éclaircie a pu être constatée lors de la tournée outremer, la typologie des circuits visités a sans doute beaucoup joué, en gommant une partie des carences de la machine japonaise. Car sitôt qu'il a été de retour sur un tracé plus étriqué tel que celui de Ricardo Tormo, les lacunes sont revenues à la charge.

"En retrouvant un circuit européen, un petit circuit, où à un moment il faut que ta moto fonctionne bien sinon tu n'arrives pas à lutter, et j'ai constaté qu'on était limités", n'a-t-il pu que constater. "Sous la pluie, j'ai bien vu qu'on ne pouvait pas utiliser la moto. Il faudrait faire trois jours de tests non stop, de 11h à 18h pour trouver la solution. Mais les Grands Prix ce n'est pas ça, c'est 3 X 45 mn, et encore dans ces 45 minutes il faut tout de même être performant pour être qualifié."

L'essentiel assuré

Mais tout est bien qui finit bien pour le Français, qui referme donc le chapitre Tech3 sur une bonne note et l'obtention du titre de meilleur pilote indépendant pour la seconde année de suite, chose qui était loin d'être gagnée au vu de la hiérarchie des qualifications.

"J'en ai chié en course, c'est pour ça que je suis soulagé. Je ne partais pas gagnant, car c'était les conditions de Danilo", insiste-t-il, trop conscient d'avoir bénéficié de l'abandon de ce dernier, avec qui il ne pouvait lutter à armes égales.

Si rien ne garantit encore qu'il saura s'y retrouver dès le premier jour avec KTM, au moins ses mauvaises sensations ce week-end lui permettent d'atténuer le spleen lié au départ de chez Tech3. "Peut-être que je me trompe et que je vais en chier mardi, mais je n'ai pas envie de regretter ma moto, parce que ce week-end j'ai eu du mal et je suis tombé deux fois avec, et je n'aime pas tomber."

Article suivant
Lorenzo et Zarco prennent possession de leurs nouveaux garages

Article précédent

Lorenzo et Zarco prennent possession de leurs nouveaux garages

Article suivant

GP de Valence : le bilan des duels entre coéquipiers

GP de Valence : le bilan des duels entre coéquipiers
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement Test Valence
Lieu Valencia
Pilotes Johann Zarco
Équipes Tech 3 , Red Bull KTM Factory Racing
Auteur Willy Zinck