Édito - Niveau d'alerte atteint...

Avouons-le : nous avons préféré attendre un petit peu avant de vous proposer cet édito. Nous voulions d'abord savoir si Toyota allait faire appel de sa double disqualification de Silverstone (ce ne sera pas le cas) et prendre un peu de recul par rapport à la situation du WEC, qui manifestement se "complique" quelque peu…

Édito - Niveau d'alerte atteint...

Soyons honnêtes : une certaine forme de crise commence à poindre le bout de son nez. Notre confrère anglais Gary Watkins, spécialiste de l'Endurance sur le site Autosport.com n'y va pas par quatre chemins dans sa dernière chronique : "Le WEC ne peut pas continuer ainsi". Et de pointer du doigt l'écart à l'arrivée qui a tout de même séparé les Toyota du reste du peloton, en P1 du moins : "La marge pour la victoire était considérable et sans doute dommageable pour l'état fragile actuel du WEC". Citons également toutes ces interviews de personnalités importantes (André Lotterer, Olivier Panis, Alexandre Pesci entre autres) où l'on sent bien qu'il y a tout de même une gêne, voire un malaise.

Lire aussi :

Une disqualification qui prolonge la saison ?

Le dernier élément en date est donc la fameuse disqualification de Toyota après la course de Silverstone. Nous ne doutons pas qu'il y ait en effet un règlement, qu'il se doit d'être appliqué et que les commissaires sportifs du WEC sont effectivement là pour se prononcer en cas d'infraction. Le fait est que la sanction est sévère et importante (a-t-on vu récemment des disqualifications aussi fracassantes en F1 ?) et qu'elle relance totalement un classement général où nous constatons maintenant que l'équipage Laurent-Menezes-Beche ne possède que deux points de retard après trois courses dans le classement des pilotes derrière le trio Alonso-Buemi-Nakajima. Deux points ! Oui, par la force des choses, la compétition est relancée ! Et c'est aussi une façon de dire que Toyota n'est pas "protégé".

Nouveau contexte

Le mal est plus profond. Nous avons été les premiers à dire que la première course de la Super Saison, à Spa début mai, s'annonçait passionnante à cause du défi que Toyota s'imposait, à savoir gagner Le Mans. Que même s'il y avait une procession des deux bolides japonais (ce qui était annoncé et évident), ce serait une situation palpitante car la marque avait tout à perdre et qu'elle était connue pour avoir un passé presque "maudit"… N'oublions pas non plus qu'il y avait aussi les débuts de Fernando Alonso et que tout le monde voulait voir comment ils allaient se dérouler. Bref, il y avait des attentes et un enjeu – ce qui est la clef de tout événement sportif si l'on veut qu'il soit réussi. Voilà pourquoi nous avons "vibré" pendant 24 heures de suite dans la Sarthe au mois de juin dernier, car jusqu'au bout, nous nous demandions si la belle histoire allait enfin s'écrire.

Lire aussi :

Qu'est-ce qui a changé en cette fin d'été ? Le simple fait que Toyota a bien gagné Le Mans et qu'Alonso aussi. C'est aussi bête que ça : à partir du moment où l'objectif (la quête) a été rempli, à partir du moment où le champion (le chevalier) a brandi la coupe tant désirée (le graal), le climax a bien eu lieu. L'apogée a bien été atteinte, la légende écrite – et forcément, tel un soufflé, l'excitation retombe. L'attente et les enjeux apparaissent amoindris, presque inexistants.

Le drame de la course qui suit Le Mans

Il y a toujours eu une sorte de "malédiction" pour les courses d'après-Le Mans en WEC. Les 24 Heures ont un tel retentissement, une telle aura, et offrent généralement un tel déroulement que toute course qui suit apparaît fade. Cela fut parfois une histoire de calendrier : la course était placée trop tardivement après Le Mans (trois mois, c'est arrivé !) ; ce fut aussi la faute à un contexte extra-sportif (l'an dernier, quand, au Nürburgring, un mois seulement après Le Mans, on ne parlait que du futur départ de Porsche). En 2018, on pensait sans doute que la situation serait normale : on avait pris un juste milieu pour le calendrier (deux mois après Le Mans) et l'on savait que Toyota et Alonso seraient là (et on sait déjà qu'ils seront encore là en juin 2019). Sauf que, comme on le disait, la triomphale victoire du mois de juin a complètement changé la donne. Maintenant que l'on sait que Toyota et Alonso ont atteint leur objectif suprême, on veut autre chose. C'est aussi bête que ça (bis).

Évidemment, il y aurait un grand artifice à ralentir les Toyota ou permettre aux Rebellion, SMP et consorts de se rapprocher soudainement du rythme de leur adversaire. Pourtant, y a-t-il une autre solution ? Y a-t-il même intérêt pour Toyota de continuer à dominer (écraser) la concurrence et à offrir l'image d'une procession morne et déjà écrite ? Mise à part le cas d'une disqualification surprise (ce qui ne se reproduira pas !), on ne voit pas d'autre mesure à envisager pour l'avenir d'une discipline dont le niveau d'alerte est incontestablement atteint.

L'étoile Laurent

Il y a tout de même une bonne nouvelle qui est survenue à Silverstone : la victoire de Thomas Laurent ! Il fait certes partie d'un trio de pilotes excellents et homogène et il serait injuste de ne pas les associer à ce succès. Mais accordons tout de même une mention plus que très bien au jeune Français qui continue de gravir les échelons de l'Endurance à vitesse grand V et qui est donc devenu le plus jeune vainqueur de l'histoire du WEC, même si c'est sur tapis vert et même s'il doit être le premier à le regretter. Un talent incontestable, une maturité impressionnante, un self-control de tous les instants et une pointe de vitesse évidente, Thomas Laurent possède toutes les qualités pour devenir un pilote star dans sa discipline. Il symbolise même le fait qu'il peut y avoir des prodiges en dehors de la F1 et du WRC qui méritent qu'on veuille s'arracher ses services. Leclerc, Rovanpera, Laurent, même combat !

partages
commentaires
Les F1 de nouveau plus rapides que la Porsche 919 LMP1 à Spa !

Article précédent

Les F1 de nouveau plus rapides que la Porsche 919 LMP1 à Spa !

Article suivant

La F1 crée un problème de calendrier majeur entre Suzuka et Fuji

La F1 crée un problème de calendrier majeur entre Suzuka et Fuji
Charger les commentaires
Stefan Bellof, star fauchée en plein envol Prime

Stefan Bellof, star fauchée en plein envol

Stefan Bellof fait partie des espoirs déchus de la Formule 1, l'un de ceux qui auraient pu accomplir des exploits si la vie n'en avait pas décidé autrement. Un accident mortel a tout brisé il y a 36 ans, le 1er septembre 1985.

Formule 1
1 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021
La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021
Comment Alpine compte jouer la victoire au Mans Prime

Comment Alpine compte jouer la victoire au Mans

C'est avec ambition que l'Alpine Endurance Team aborde la saison 2021 du FIA WEC, et notamment les 24 Heures du Mans.

WEC
19 mars 2021