Revenir en LMP1 était une priorité pour Hartley après la F1

Brendon Hartley n'a pas ménagé ses efforts pour trouver de nouveaux défis à relever après la fin de son aventure en Formule 1. Rejoindre SMP Racing pour deux courses de WEC marque le début d'une nouvelle phase dans sa carrière.

Revenir en LMP1 était une priorité pour Hartley après la F1

Recruté par SMP Racing pour remplacer Jenson Button lors des deux prochaines manches de la Super Saison, Brendon Hartley a précisé qu'un retour en LMP1 était sa priorité après avoir perdu son baquet en Formule 1 chez Toro Rosso. Le mois prochain, le Néo-Zélandais retrouvera l'Endurance pour la première fois depuis sa dernière course disputée avec Porsche en 2017, à Bahreïn.

"J'étudiais un spectre d'options assez large en dehors de la F1, avec également l'intention de garder un pied là-bas, et c'est ce qui s'est produit", confie Hartley à Motorsport.com. Le double Champion du monde de WEC et vainqueur des 24 Heures du Mans 2017 a en effet trouvé aussi trouvé un accord avec Ferrari pour être l'un des quatre pilotes de simulateur de la Scuderia cette année.

Lire aussi :

"En fin d'année dernière, j'ai commencé à contacter quelques équipes connues qui pouvaient être à la recherche de pilotes, notamment en WEC. SMP était l'une des équipes que j'ai contactées. Il y a une semaine, ou peut-être un peu plus, SMP m'a recontacté et m'a dit qu'il y avait une possibilité pour les deux prochaines courses en WEC si j'étais intéressé."

"J'ai d'excellents souvenirs et une histoire en WEC. Revenir en Endurance figurait en haut de ma liste de priorités, et c'était vraiment un moyen parfait pour se réengager en WEC. C'est une bonne équipe, un bon projet, avec des coéquipiers fantastiques [Vitaly Petrov et Mikhail Aleshin]. Je vois donc ça comme une grosse opportunité et aussi une jolie porte d'entrée pour revenir en Endurance."

#17 SMP Racing BR Engineering BR1: Stéphane Sarrazin, Egor Orudzhev, Matevos Isaakyan

Avec SMP à Sebring puis Spa-Francorchamps, Brendon Hartley va découvrir une situation très différente de celle qui connaissait lorsqu'il était pilote d'usine Porsche en LMP1. La domination des Toyota est évidente dans la catégorie, la marque nippone détenant le seul engagement d'usine cette saison, et le premier objectif doit donc rester la troisième marche du podium, notamment face à Rebellion.

"C'est un projet relativement nouveau avec la voiture LMP1", rappelle Hartley. "Le podium est évidemment un objectif réaliste. Ils l'ont déjà fait, et Sebring est une course vraiment difficile, rude avec le matériel, beaucoup de choses peuvent arriver. Il faut saisir l'opportunité lorsqu'elle se présente, mais le podium est l'objectif." 

Et après ?

Après ces deux manches de WEC avec SMP Racing, Hartley devra se mettre en quête d'une alternative s'il veut être au départ des 24 Heures du Mans. Jenson Button fera en effet son retour dans le line-up de la BR1 #11 à l'occasion du double tour d'horloge sarthois. Par ailleurs, les liens avec Porsche existent toujours et pourraient ouvrir certaines portes.

"Je travaille sur les projets futurs", précise Hartley. "La saison de WEC approche de son terme, donc il est certainement temps de commencer à chercher pour la saison prochaine. Je suis toujours impliqué avec Porsche également, et je participerai au développement de leur projet Formule E. Je garde un œil sur tout, mais pour le moment, c'est formidable d'avoir ces deux courses qui sont confirmées. Alors que la fin d'année a été compliquée, en perdant mon baquet en Formule 1, je suis resté positif et je savais que d'autres opportunités se présenteraient."

Propos recueillis par Oleg Karpov

 

partages
commentaires
Une Ford GT privée pour la première fois au Mans
Article précédent

Une Ford GT privée pour la première fois au Mans

Article suivant

Hartley devrait faire son retour au Mans en 2019

Hartley devrait faire son retour au Mans en 2019
Charger les commentaires
Porsche vs Ferrari, histoire d'une controverse Prime

Porsche vs Ferrari, histoire d'une controverse

Le duel entre Ferrari et Porsche pour le titre mondial en GTE Pro a pris une tournure délicate à Bahreïn, où un accrochage entre Alessandro Pier Guidi et Michael Christensen a marqué les derniers instants de course. Ferrari n'est que provisoirement titré, car Porsche a fait appel.

WEC
9 nov. 2021
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Stefan Bellof, star fauchée en plein envol Prime

Stefan Bellof, star fauchée en plein envol

Stefan Bellof fait partie des espoirs déchus de la Formule 1, l'un de ceux qui auraient pu accomplir des exploits si la vie n'en avait pas décidé autrement. Un accident mortel a tout brisé il y a 36 ans, le 1er septembre 1985.

Formule 1
1 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021
La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021