Lotterer prêt à rouler pour un team privé en LMP1

Le triple vainqueur des 24 Heures du Mans se dit ouvert à l'idée de courir pour une équipe privée en LMP1 l'année prochaine, alors que Porsche quittera la catégorie.

Lotterer prêt à rouler pour un team privé en LMP1
Andre Lotterer, Porsche Team
#2 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Timo Bernhard, Earl Bamber, Brendon Hartley, #1 Porsche Team Porsche 919 Hybrid: Neel Jani, Andre Lotterer, Nick Tandy
Andre Lotterer, Porsche Team
Spyshot de la BR1 LMP1
La Ginetta P1 dans la soufflerie Williams
La Ginetta P1 dans la soufflerie Williams
#4 ByKolles Racing CLM P1/01: Oliver Webb, Dominik Kraihamer, Marco Bonanomi

Suite au retrait annoncé de Porsche, qu'il a rejoint cette année après l'arrêt du programme Audi fin 2016, André Lotterer devrait se retrouver sans volant d'usine en LMP1. Une première pour l'Allemand, qui a par ailleurs scellé son engagement en Formule E chez Techeetah pour la saison 2017-2018.

Cette alternative ne l'empêche pas de continuer à chercher une option lui permettant de rouler encore en FIA WEC et au Mans durant la "super saison" annoncée pour 2018-2019. Ainsi, André Lotterer n'écarte pas la possibilité de rejoindre une équipe privée, à condition d'avoir certaines garanties concernant les équivalences de technologie avec les prototypes hybrides, notamment si Toyota prolonge son programme. En revanche, rejoindre le LMP2 n'est pas à l'ordre du jour. 

"J'aimerais continuer à courir en LMP1", confie André Lotterer à Motorsport.com. "On entend que beaucoup d'équipes privées vont arriver. Nous ne savons pas comment ils vont équilibrer ça. De ce que j'entends, ils veulent équilibrer ça de manière juste, mais si Toyota reste, ce que j'imagine, ils seront bien sûr favoris."

"Si c'est un projet [privé] sérieux et bon, c'est certain que j'aimerais courir. Mais voyons voir quelles équipes seront là l'an prochain. Il ne s'agit pas juste de participer, ça doit avoir du sens, il faut être avec les bons coéquipiers. Ca pourrait aussi être une année de transition, afin de construire quelque chose de plus fort pour l'avenir."

À partir de l'année prochaine, on devrait retrouver en LMP1 – qui sera intitulé comme tel, sans distinction usine/privé – des prototypes Ginetta et BR Engineering exploités par des équipes indépendantes, ainsi que la CLM P1/01 de la structure ByKolles. Cette dernière, bien que faisant l'impasse sur la deuxième partie de saison 2017 du WEC, se prépare et a notamment bouclé une séance d'essais intensive au début du mois à Budapest.

Par ailleurs, du côté des motorisations non hybrides disponibles en LMP1, Judd a récemment annoncé la possible fourniture d'un nouveau V10 client

Propos recueillis par Rachit Thukral

partages
commentaires
Thomas Laurent va tester la Toyota LMP1

Article précédent

Thomas Laurent va tester la Toyota LMP1

Article suivant

DragonSpeed annonce son arrivée en LMP1

DragonSpeed annonce son arrivée en LMP1
Charger les commentaires
Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange" Prime

Gagner et perdre Le Mans le même jour, ce "sentiment étrange"

WRT se bat aux avant-postes du GT depuis des années et a réussi avec brio son passage en prototype, avec à la clé une victoire aux 24 Heures du Mans en LMP2. L'issue aurait même pu être plus heureuse si la course avait été un tour plus courte...

24 Heures du Mans
17 oct. 2021
Stefan Bellof, star fauchée en plein envol Prime

Stefan Bellof, star fauchée en plein envol

Stefan Bellof fait partie des espoirs déchus de la Formule 1, l'un de ceux qui auraient pu accomplir des exploits si la vie n'en avait pas décidé autrement. Un accident mortel a tout brisé il y a 36 ans, le 1er septembre 1985.

Formule 1
1 sept. 2021
Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ? Prime

Simulateur, équipe, pilotes : où en est Peugeot ?

L'ère de l'Hypercar s'est ouverte aux 24 Heures du Mans par la victoire de Toyota. Désormais, la concurrence est attendue et beaucoup de regards sont tournés vers Peugeot, dont l'arrivée est programmée pour 2022. Nous avons rencontré Jean-Marc Finot, directeur de Stellantis Motorsport, pour faire un point complet.

WEC
29 août 2021
WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités ! Prime

WEC et IMSA : vraie convergence, vraies possibilités !

La convergence permettant aux machines Le Mans Hypercar de courir en IMSA face aux LMDh à partir de 2023 pourrait offrir des options attrayantes non seulement aux constructeurs, mais aussi pour le calendrier et le format des courses.

WEC
20 juil. 2021
Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre ! Prime

Ferrari et AF Corse, faits pour s'entendre !

Se pencher sur quinze années d'histoire commune, avec autant de réussite que celle rencontrée par Ferrari et AF Corse en GT, n'est pas une mince affaire. Aussi fallait-il s'attarder sur un juge de paix : les 24 Heures du Mans.

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive Prime

Les sommets atteints par Aston Martin sous l'ère Prodrive

Le Championnat du monde d'endurance 2021 démarre à Spa ce week-end, mais pour la première fois depuis sa création en 2012, il n'y aura pas d'Aston Martin d'usine dans la catégorie GTE Pro. Un constat d'autant plus remarquable qu'Aston Martin Racing Prodrive a été un succès dès ses débuts, en 2005.

WEC
28 avr. 2021
La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans Prime

La grande question de la parité entre LMH et LMDh au Mans

L'excitation autour de l'afflux de constructeurs aux 24 Heures du Mans pour 2023 est compréhensible. Mais lorsqu'ils seront confrontés l'un à l'autre, le LMH et le LMDh vivront-ils une cohabitation éphémère ?

24 Heures du Mans
22 avr. 2021
Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960" Prime

Glickenhaus : "On nous regarde comme on regardait Ferrari en 1960"

Son approche passionnée de la course, son projet Hypercar avec le rêve de gagner un jour les 24 Heures du Mans, son modèle visant à vendre des voitures pour pouvoir courir : l'étonnant Jim Glickenhaus a répondu à nos questions.

24 Heures du Mans
22 mars 2021