WEC
30 août
-
01 sept.
Événement terminé
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
08 nov.
-
10 nov.
EL1 dans
18 jours
12 déc.
-
14 déc.
EL1 dans
52 jours

Une Toyota impuissante, mais un retour à l'équité à Shanghai

partages
commentaires
Une Toyota impuissante, mais un retour à l'équité à Shanghai
Par :
7 oct. 2019 à 16:15

Les pilotes de la Toyota #7 ont vécu un week-end particulièrement frustrant à Fuji, faisant les frais du nouveau système mis en place en WEC, visant à pénaliser les autos les plus rapides en fonction du classement du championnat.

Leader du championnat avant Fuji, la Toyota #7 a fait les frais du nouveau système de "success handicap" et n'a jamais pu rivaliser avec la voiture sœur tout au long du week-end. En plus de priver le LMP1 d'une véritable lutte pour la victoire, la situation a fortement frustré Mike Conway, Kamui Kobayashi et José María López, relégués à 50 secondes de la Toyota #8 avant que l'écart ne se réduise de moitié suite à une pénalité infligée aux futurs vainqueurs. 

Lire aussi :

Dès vendredi, à l'issue des premiers essais libres, Kobayashi avait admis une certaine démotivation à l'idée de ne pas pouvoir se battre à armes égales avec ses voisins de garage. Le trio a toutefois fait le meilleur travail possible pour prendre les points de la deuxième place, ce qui permettra de retrouver deux TS050 Hybrid sur un pied d'égalité à Shanghai le mois prochain, compte tenu de leur classement désormais ex-aequo au championnat. 

"Je n'ai pas eu le sentiment du tout [d'avoir eu la moindre chance]", confie Kobayashi à Motorsport.com"Mais j'ai l'impression que nous avions bien géré. Les calculs disaient que nous serions en théorie 90 secondes plus lents que la voiture #8 [sur l'ensemble des six heures]. Nous avons terminé à 33 secondes, donc nous avons fait du bon boulot. Malheureusement, c'est un handicap à la fin. Je pense qu'à l'avenir, nous saurons que dès qu'il y a un écart de points [entre les deux Toyota], si nous faisons une erreur en course ou que nous ne marquons pas de points, les courses suivantes nous serons plus rapides. Nous connaîtrons le résultat [en avance]."

En plus d'une pointe d'amertume, le pilote japonais estime que le "success handicap" complique trop les choses pour que les spectateurs puissent comprendre la course. "C'est dur pour eux de savoir à quel point il y a un handicap", souligne-t-il. "Je dirais que c'est dur de calculer quel est vraiment le handicap. L'équipe le calcule autant que possible, mais au final ce n'était pas précis. Nous pouvons parfois dire que ce sera quatre dixièmes, six dixièmes, au final nous ne savons pas."

Le sentiment de Kobayashi est partagé par López, qui ne cache pas qu'il a fallu adopter une approche différente pour l'équipage #7 à Fuji, ainsi que pour la manière de gérer le championnat sur sa globalité. "Dans l'ensemble, la performance était bonne, nous étions parfois plus rapides que la #8", fait remarquer l'Argentin. "Compte tenu du handicap, terminer à 30 secondes est un bon résultat pour nous. Quand on met le casque, on essaie de s'adapter et de tirer le maximum de la voiture. C'est notre boulot, peu importe la pénalité ou le règlement. Il faut essayer."

"Maintenant, à Shanghai ce sera de nouveau pareil. S'ils sont meilleurs à Shanghai, nous serons meilleurs la course d'après. Le système est conçu pour ça, on ne pourra jamais s'échapper au championnat car une autre voiture sera toujours plus rapide. L'important, c'est de ne pas connaître d'abandon, de continuer à marquer des points, et d'arriver jusqu'au Mans, qui est la course qui fera la différence."

Propos recueillis par Jamie Klein  

Article suivant
Pas de match à Fuji, la Toyota #8 gagne sans opposition

Article précédent

Pas de match à Fuji, la Toyota #8 gagne sans opposition

Article suivant

Pour Toyota, Rebellion pourra gagner dès Shanghai

Pour Toyota, Rebellion pourra gagner dès Shanghai
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WEC
Événement Fuji
Catégorie Course
Lieu Fuji International Speedway
Équipes Toyota Gazoo Racing WEC
Tags lmp1
Auteur Basile Davoine