Citroën joue presque à domicile en Argentine

partages
commentaires
Citroën joue presque à domicile en Argentine
Par : Jean-Philippe Vennin
26 avr. 2017 à 12:33

La cinquième manche de la saison du Championnat du monde des Rallyes, qui a lieu cette semaine, se déroule sur un des terrains de prédilection du constructeur français, qui y a remporté dix victoires.

Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Les vainqueurs Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Le vainqueur Kris Meeke et le directeur Yves Matton, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Kris Meeke, Paul Nagle, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Craig Breen, Citroën World Rally Team
Craig Breen, Scott Martin, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team
Craig Breen, Scott Martin, Citroën C3 WRC, Citroën World Rally Team

C'est avec une ambition clairement affichée que Citroën Racing est arrivé en Argentine, celle de remporter un autre succès après celui de Kris Meeke au Mexique et la nouvelle démonstration du Britannique en Corse, où il n'a cédé le leadership du rallye qu'en raison d'un souci mécanique. Souci dont l'origine a d'ailleurs été élucidée dès le retour au QG de l'équipe, en région parisienne.

"Nous avons analysé la voiture de Kris Meeke pour identifier la cause de son abandon. Il s’agissait d’un raccord du circuit de lubrification qui a cassé, ce n’est donc pas un problème interne au moteur", explique en effet Laurent Fregosi, le directeur technique. "Nous avons évidemment étudié une solution alternative qui a été validée lors de notre récente séance d’essais."

Comme deux des trois autres équipes d'usine, celle de Citroën a en effet mené au cours des dernières semaines des tests importants au Portugal visant à préparer l'Argentine, première d'une série de cinq épreuves sur terre avant le Portugal justement, puis la Sardaigne, la Pologne et la Finlande.

"Lors de ces cinq journées de tests, nous nous sommes concentrés sur les suspensions, qui conditionnent une grande partie de la performance et de la confiance des pilotes sur terre", poursuit Laurent Fregosi. "L’Argentine est un terrain difficile, avec un sol meuble qui se dégrade entre les deux passages pour faire ressortir de grosses pierres. Conjugués aux vitesses atteintes, les chocs encaissés appliquent de fortes contraintes au châssis et aux trains roulants."

"Nous visons la première place avec Kris Meeke"

Forte de dix victoires obtenues depuis 2004 en Argentine avec Carlos Sainz, Sébastien Loeb et Meeke, au volant de Xsara, C4 ou DS3 WRC, la marque aux chevrons ne cache pas ses ambitions. Il est vrai qu'avec une victoire chacun depuis le début de la saison, les quatre constructeurs du WRC peuvent désormais se targuer de jouer la gagner sans passer pour être présomptueux. Mais le rendez-vous sud-américain a une saveur particulière pour Citroën, en raison de ce palmarès.

"L’Argentine est une destination à part pour Citroën", confirme le directeur de l'équipe, Yves Matton. "Nous comptons dix victoires sur ce rallye et notre histoire commune a été renforcée par les trois titres mondiaux de José María López en WTCC."

"En cohérence avec nos objectifs pour cette saison, nous nous alignons au départ avec une philosophie inchangée. Nous visons la première place avec Kris Meeke, qui compte un podium et une victoire en deux participations ! Craig Breen aura une tâche plus ardue. Pour sa découverte de l’épreuve, il est possible qu’il lui soit difficile de jouer dans le peloton de tête. Dans le même temps, sa courbe de progression rapide pourrait se traduire par une bonne surprise."

Breen en apprentissage

Aucun des deux pilotes des C3 WRC ne dispose donc d'une énorme expérience en Argentine, même si Meeke s'y est imposé en 2015 – la seule défaite de Volkswagen cette année-là. L'Irlandais du Nord n'est présent que pour la troisième fois, alors que l'Irlandais tout court y prendra son départ inaugural.

"Je préfère l'asphalte", déclare ce dernier, davantage spécialiste de l'asphalte, à Motorsport.com. "En Irlande, nous n'avons que des rallyes asphalte, donc ça me semble plus naturel. Mais je suis impatient, je n'ai pas beaucoup d'expérience sur la terre donc je veux apprendre encore et encore."

Deux voitures seulement étant engagées, Stéphane Lefebvre, quant à lui, ne court pas ce week-end – comme cela avait été le cas de Breen au Mexique. Un cas de figure observé pour la dernière fois cette année puisque l'engagement d'un trio de C3 WRC est prévu pour les huit manches qui resteront à disputer après l'Argentine.

Propos recueillis par Federico Faduros

Article suivant
Ogier : "Un mélange de vitesse et d'endurance"

Article précédent

Ogier : "Un mélange de vitesse et d'endurance"

Article suivant

Deuxième défi sur terre pour la Toyota Yaris WRC

Deuxième défi sur terre pour la Toyota Yaris WRC
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WRC
Événement Rallye d'Argentine
Pilotes Kris Meeke , Craig Breen
Équipes Citroën Total Abu Dhabi WRT
Auteur Jean-Philippe Vennin
Type d'article Preview