ES1 - Tänak devance les étonnants Rovanperä et Veiby

partages
commentaires
ES1 - Tänak devance les étonnants Rovanperä et Veiby
Par : Jean-Philippe Vennin
16 août 2018 à 18:56

Le pilote Toyota a remporté la super spéciale inédite, mais aussi étroite, sinueuse et pas du tout représentative, de St. Wendel où le rallye a pris ses quartiers cette année et qui a vu cinq R5 se classer dans le top 10.

Séparés de quatre dixièmes de seconde, Ott Tänak et Dani Sordo étaient partis pour signer les deux meilleurs chronos sur les deux kilomètres de la spéciale d'ouverture du Rallye d'Allemagne, devant Jan Kopecky arrivé deux dixièmes derrière le pilote Hyundai. Le Tchèque, parmi les premiers à s'élancer, avait été longtemps un surprenant leader au volant de sa Škoda Fabia R5 engagée en WRC2.

C'était sans compter sur son jeune équipier Kalle Rovanperä, parti bien plus tard au cœur d'une seconde vague de concurrents WRC2. Le jeune Finlandais est en effet venu échouer à un dixième seulement de Tänak pour le scratch... Ni sur Ole Christian Veiby, autre pilote de l'équipe tchèque mais engagé à titre privé (et hors championnat) en Allemagne, qui a ris la troisième place à un autre dixième de Rovanperä !

C'était terrible, [je n'ai] jamais vu ça dans une super spéciale”, a réagi Tänak au point stop. “La spéciale était tellement sinueuse, elle ne convenait pas à ces voitures [les WRC] avec tellement de sous-virage. Je suppose que ça doit être pareil pour tout le monde, mais je me tourne clairement vers demain.”

Lire aussi :

Sébastien Ogier a signé le sixième temps à 0''9 de Tänak, non sans avoir arraché un rétroviseur de sa Fiesta en touchant un ballot de paille. Andreas Mikkelsen suit à un dixième du Français, sur la deuxième Hyundai, après une incompréhension avec les commissaires au moment du départ puis avoir lui aussi touché un ballot de paille.

''Il y en a partout, donc on heurte facilement quelque chose'', a réagi Ogier au point stop. ''Ce n'est pas une spéciale très agréable, c'est tellement lent. Mais le vrai rallye commence demain.''

Derrière Craig Breen, huitième avec sa Citroën, deux autres pilotes du WRC2 complètent le top 10 : Umberto Scandola sur une Fabia privée, et le triple Champion d'Europe Kajetan Kajetanowicz, au volant d'une Ford Fiesta R5. Et ils en devancent un troisième : Éric Camilli, vainqueur de la catégorie l'an dernier en Allemagne et absent depuis le Rallye Monte-Carlo, qui fait son retour ce week-end avec M-Sport.

Lire aussi :

Manquent donc à l'appel, dans ce top 10, la Hyundai d'un Thierry Neuville prudent, les Toyota d'Esapekka Lappi et Jari-Matti Latvala, qui a lui aussi heurté un ballot de paille et calé, les Ford de Teemu Suninen et Elfyn Evans, et la C3 WRC de Mads Østberg, qui s'est plaint d'un moteur n'ayant pas de puissance. Plusieurs autres voitures du WRC2, dont la C3 R5 de Stéphane Lefebvre et la Hyundai i20 de Nicolas Ciamin, se sont intercalées entre elles.

Quatrième pilote M-Sport sur ce rallye (hors championnat constructeurs) et tout premier concurrent à prendre le départ, Jourdan Serderidis a heurté un trottoir et déjanté à l'arrière droit, perdant beaucoup de temps.

La journée de vendredi comprendra sera constituée de deux passages dans une boucle de trois spéciales tracées entre les vignobles de Moselle, à partir de 10h11. Le rallye sera à suivre en direct sur Motorsport.com.

Prochain article WRC
La FIA veut discuter de comment améliorer la sécurité en WRC

Article précédent

La FIA veut discuter de comment améliorer la sécurité en WRC

Article suivant

ES2 à 4 - Tänak, Ogier et Neuville déjà devant

ES2 à 4 - Tänak, Ogier et Neuville déjà devant
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WRC
Événement Rallye d'Allemagne
Catégorie Étape 1
Pilotes Ott Tänak
Équipes Toyota Racing
Auteur Jean-Philippe Vennin
Type d'article Résumé de spéciale