Latvala : "Ces voitures commencent à être très sûres"

partages
commentaires
Latvala :
Par : Jean-Philippe Vennin
10 avr. 2018 à 12:36

Le pilote finlandais s'est réjoui de l'efficacité de la structure de protection latérale de sa Toyota, et donc des autres World Rally Cars, après avoir heurté violemment un arbre samedi après-midi en Corse.

La voiture endommagée de Jari-Matti Latvala, Miikka Anttila, Toyota Gazoo Racing WRT Toyota Yaris WRC
Jari-Matti Latvala, Miikka Anttila, Toyota Gazoo Racing WRT Toyota Yaris WRC
Jari-Matti Latvala, Toyota Gazoo Racing
Jari-Matti Latvala, Miikka Anttila, Toyota Gazoo Racing WRT Toyota Yaris WRC
Jari-Matti Latvala, Miikka Anttila, Toyota Gazoo Racing WRT Toyota Yaris WRC
Jari-Matti Latvala, Toyota Gazoo Racing
Jari-Matti Latvala, Miikka Anttila, Toyota Gazoo Racing WRT Toyota Yaris WRC
Jari-Matti Latvala, Miikka Anttila, Toyota Gazoo Racing WRT Toyota Yaris WRC
Jari-Matti Latvala, Toyota Gazoo Racing

Après une première moitié de rallye difficile, l'équipe de Tommi Mäkinen avait mis le doigt sur de bons réglages, samedi à l'assistance de la mi-journée, et Jari-Matti Latvala, comme ses deux équipiers Ott Tänak et Esapekka Lappi, était désormais bien plus performant. Hélas, il est parti à la faute dès la première spéciale de l'après-midi, celle de Cagnano-Pino-Canari (ES8).

"Avant les changements, la voiture n'avait pas de grip latéral. Puis on a ouvert la compression [des amortisseurs] et renforcé la barre anti-roulis. Pour la première fois, les pneus mordaient bien la route – le feeling était fabuleux et je commençais vraiment à apprécier", a expliqué Latvala à Motorsport.com.

"J'ai attaqué, attaqué, et les temps étaient très bons – on avait les intermédiaires les plus rapides dans la spéciale. Mais il y avait une petite bosse en descente dans un virage à gauche. Cela a bloqué la roue arrière, puis l'arrière m'a échappé et je suis parti en travers dans l'arbre."

S'il a dû abandonner, Latvala s'est donc réjoui du niveau de performance que sa voiture avait retrouvé, mais aussi de l'efficacité de la réglementation concernant la structure de protection latérale des WRC de la nouvelle génération. Le fait que les dégâts aient été plus importants encore que ne le pensait l'équipe Toyota, ce qui a privé Latvala de ses espoirs de repartir en Rally2 dimanche matin malgré des dégâts sur l'arceau de sécurité, témoigne en effet de la violence du choc.

"L'impact a été gros, franchement", a-t-il assuré. "Mais on peut voir à quel point la mousse de sécurité fonctionne. Elle a été repoussée à l'intérieur de la voiture. Parfois, on peut sortir de ce genre d'accident en ressentant une douleur à la nuque, mais cette fois je ne sens rien."

"On peut vraiment commencer à dire que ces voitures sont sûres, c'est la première fois qu'on la teste vraiment [la mousse de choc latéral] et ça fonctionne très bien."

Une autre bonne décision a été de mettre l'équipage en position plus avancée dans ces WRC 2017. Encore faut-il que la chance soit aussi de la partie car dans le cas de cet accident précis, la voiture a été très enfoncée du côté droit – mais derrière Miikka Anttila, le copilote de Latvala.

Propos recueillis par David Evans 

Prochain article WRC
La disparition de l'endurance en WRC pas à l'ordre du jour, selon Todt

Article précédent

La disparition de l'endurance en WRC pas à l'ordre du jour, selon Todt

Article suivant

Ogier : "Nous sommes plus rapides que l'année dernière"

Ogier : "Nous sommes plus rapides que l'année dernière"

À propos de cet article

Séries WRC
Événement Rallye de France
Pilotes Jari-Matti Latvala
Équipes Toyota Racing
Auteur Jean-Philippe Vennin
Type d'article Actualités