Sarrazin lance sa propre équipe au Tour de Corse

Stéphane Sarrazin disputera la manche française du Championnat du monde des Rallyes, à la fin de cette semaine, au sein de sa propre équipe nouvellement créée, Sarrazin Motorsport.

Sarrazin lance sa propre équipe au Tour de Corse
Charger le lecteur audio

Plus connu pour être un pilote de circuit mais doté d'un beau palmarès en rallye, c'est dans cette dernière discipline que le pilote Toyota en Endurance et Venturi en Formule E a choisi de lancer l'équipe Sarrazin Motorsport, qui sera basée dans les Cévennes – terre de rallyes s'il en est. Elle dispose pour l'instant d'une Hyundai i20 R5, voiture sur laquelle Sarrazin avait pris part au Tour de Corse en octobre dernier, et de deux Skoda Fabia R5. Initialement engagé une nouvelle fois sur la Hyundai, c'est au volant de l'une d'elles, et pour la première fois en compétition, qu'il sera au départ dans quelques jours sur l'île de Beauté avec Jacques-Julien Renucci à ses côtés.

"Cela fait un petit moment que je réfléchis à la création de mon team. L'envie était forte de lancer Sarrazin Motorsport et je suis heureux que cela se concrétise aujourd'hui. Plusieurs paramètres devaient être réunis, c'est désormais le cas et j'ai le sentiment que c'est le bon moment", explique Stéphane Sarrazin.

"Mon parcours, en tant que pilote, m'a permis de beaucoup apprendre à tous les niveaux, tant à travers mes engagements en course que dans le développement effectué pour des constructeurs et des teams. Les récentes participations en rallye n'ont fait que confirmer mon souhait. Elles m'ont aussi permis de voir de nouvelles choses puisque j'étais davantage impliqué dans la genèse de ces projets, au-delà de mon rôle de pilote."

"C'est un moment important dans ma carrière. Le programme avec Toyota Gazoo Racing est ma priorité, ainsi qu'avec Venturi GP en Formula E, mais je suis en mesure de faire les deux en parallèle et c'est fantastique. 2017 s'annonce comme une belle et grande année."

Débuter en Corse, un "clin d'œil sympa"

Champion de France des Rallyes avec Subaru et Prodrive en 2004, à l'époque où il disputait les manches sur asphalte du WRC pour le constructeur japonais, Sarrazin semblait tenter alors une reconversion totale en rallye mais a ensuite retrouvé le circuit en Endurance avec Aston Martin puis Peugeot notamment. Il n'a cependant jamais laissé tomber la compétition routière, devenant un habitué de quelques rallyes dont le Tour de Corse, qu'il a remporté en 2014 quand celui-ci comptait pour le Championnat d'Europe (ERC).

"Commencer au Tour de Corse, c'est à la fois un clin d'œil sympa et une manière parfaite de montrer l'ambition de l'équipe", dit-il. "J'ai gagné en Corse et ça reste un souvenir particulier. Il s'agit aussi d'une épreuve mythique, au plus haut niveau, et dans une catégorie très relevée [le WRC2 mais hors championnat, ndlr]. C'est ce vers quoi le team doit tendre."

Une fois passé chez Toyota en Endurance, Sarrazin a également pris une part active dans le développement de la première version de la Yaris WRC conçue par TMG à Cologne avant que le programme ne passe entre les mains de Tommi Mäkinen et de son équipe en Finlande. Pilote polyvalent, il n'exclut pas aujourd'hui d'emmener son équipe courir en circuit dans l'avenir.

"La question du rallye ou du circuit s'est logiquement posée. Cela avait plus de sens en rallye, qui est le parfait complément de mes implications sur circuit, et j'ai plus d'éléments en main à ce jour. Sarrazin Motorsport aura l'expertise nécessaire, je me suis entouré de personnes de grande qualité et de partenaires solides. Cela nous permettra d'accompagner des jeunes pilotes dans leur progression et dans leur quête de victoires. La porte du circuit n'est pas fermée pour autant. Tout est ouvert et le but est clairement de se développer au fil des mois et des années. Nous allons grandir palier après palier, avec une certaine sagesse mais des ambitions."

Dumas au départ également

En Corse, Sarrazin ne sera pas le seul pilote français à débuter sur une nouvelle monture en WRC2 puisque le local Pierre-Louis Loubet a quant à lui délaissé sa DS3 R5 pour une Ford Fiesta R5 de chez M-Sport alors que Yohan Rossel et Laurent Pellier, eux, piloteront une DS3. Il retrouvera également un de ses collègues de l'Endurance, Romain Dumas, dont la Porsche est une des deux voitures engagées dans la catégorie RGT avec la Fiat 124 Abarth de François Delecour.

partages
commentaires
Citroën veut retrouver ses galons sur asphalte
Article précédent

Citroën veut retrouver ses galons sur asphalte

Article suivant

Ogier : "Ce ne sera pas facile, mais la Corse ne l'est jamais"

Ogier : "Ce ne sera pas facile, mais la Corse ne l'est jamais"
Charger les commentaires
La légende Sébastien Ogier vue par ses pairs Prime

La légende Sébastien Ogier vue par ses pairs

Après avoir remporté un huitième titre mondial, Sébastien Ogier va cesser son engagement à plein temps en WRC. Pour comprendre l'héritage qu'il laisse, plusieurs de ses anciens adversaires, coéquipiers ou collègues témoignent de cette carrière riche en succès.

WRC
30 nov. 2021
Ogier est sorti de l'ombre de Loeb pour écrire sa propre légende Prime

Ogier est sorti de l'ombre de Loeb pour écrire sa propre légende

Sébastien Ogier quitte son rôle de pilote WRC à plein temps de la plus belle des manières, avec un huitième titre mondial en poche. Comparé tout au long de sa carrière au nonuple Champion du monde Sébastien Loeb, il a démontré de manière convaincante qu'il pouvait lui-même être considéré comme l'un des plus grands pilotes de rallye de l'Histoire.

WRC
23 nov. 2021
La fin de l'ère Ogier : "J'ai douté de moi à de nombreuses reprises " Prime

La fin de l'ère Ogier : "J'ai douté de moi à de nombreuses reprises "

Ce week-end, le Rallye de Monza marque la fin d'une ère en WRC : Sébastien Ogier s'apprête à mettre un terme à sa présence à temps plein dans le championnat et vise avant cela un huitième titre mondial. Malgré sa longévité, le pilote Toyota révèle dans une interview exclusive que l'incertitude persistante l'a poussé dans une quête incessante de perfection.

WRC
19 nov. 2021
McRae, la troisième génération Prime

McRae, la troisième génération

Le patronyme McRae est ancré dans l'histoire du rallye, partageant huit titres britanniques entre Jimmy, Colin et Alister, auxquels il faut ajouter le sacre de 1995 en WRC. Le prochain sur la liste est le fils d'Alister, Max McRae, qui à 17 ans va tenter de se faire un prénom.

WRC
13 nov. 2021
Neuville a-t-il raison de critiquer le futur réglement ? Prime

Neuville a-t-il raison de critiquer le futur réglement ?

Les critiques de Thierry Neuville contre les futures Rally1 (ces voitures qui inaugureront la nouvelle ère hybride du WRC) sortent de l'ordinaire, à une époque où les pilotes sont généralement réticents à exprimer leurs opinions en public. Mais les inquiétudes du Belge concernant la vitesse, la sécurité et le coût sont-elles tout à fait justifiées ?

WRC
17 sept. 2021
Qui est celui qui veut perpétuer l'héritage de Loeb et Ogier ? Prime

Qui est celui qui veut perpétuer l'héritage de Loeb et Ogier ?

Les pilotes français ont dominé le WRC ces deux dernières années : Sébastien Loeb et Sébastien Ogier ont accumulé les titres de manière impressionnante. Alors que le second mettra fin à sa présence à plein temps dans le championnat à l'issue de la saison, la France fera reposer ses espoirs sur le rookie Adrien Fourmaux, à qui semble promis un avenir brillant.

WRC
11 août 2021
Comment la carrière de Loeb a été façonnée par des débuts difficiles Prime

Comment la carrière de Loeb a été façonnée par des débuts difficiles

Avant de conquérir neuf titres en WRC, Sébastien Loeb a dû faire face à plusieurs coups durs qui ont failli le priver d'une carrière au plus haut niveau. Dans une interview exclusive, l'Alsacien se remémore les étapes qui ont mené à sa domination sur les routes.

WRC
22 févr. 2021
Pourquoi la fin de saison atypique du WRC était nécessaire Prime

Pourquoi la fin de saison atypique du WRC était nécessaire

La saison 2020 du WRC a connu un dénouement inhabituel dans le cadre du Rallye de Monza. Même si elle était loin d'être idéale, cette épreuve a peut-être épargné au Championnat du monde de sérieux problèmes en offrant une vitrine lui permettant d'assurer la présence de plusieurs acteurs à long terme.

WRC
9 déc. 2020