Cluzel : Le titre Supersport, "je le veux !"

partages
commentaires
Cluzel : Le titre Supersport,
Par : Léna Buffa
16 oct. 2018 à 10:10

Le pilote français joue une nouvelle fois le titre de Champion du monde Supersport, opposé à Sandro Cortese avant la finale du championnat, la semaine prochaine au Qatar. Pour réussir, il compte sur sa bonne étoile... et un peu d'aide.

Jules Cluzel a réussi à repousser l'attribution du titre World Supersport, en s'imposant dimanche en Argentine face à son rival, Sandro Cortese. Les cinq points repris par le Français lui permettent de sauver la première balle de match dont disposait l'Allemand, leader depuis l'épreuve de Donington au mois de mai. Et si Cortese conserve l'avantage, tous deux se présenteront sur la dernière manche de la saison, la semaine prochaine, séparés de six points.

Lire aussi :

Un écart faible et important à la fois, car Cluzel sait qu'une nouvelle victoire au Qatar ne lui suffirait pas pour avoir gain de cause au championnat si jamais son rival terminait, comme en Argentine, dans sa roue. Aussi, s'il se félicite de son succès à San Juan, l'Auvergnat ne peut s'empêcher d'avoir un sentiment d'insuffisance.

"J'ai fait mon job, j'étais très concentré, j'ai dicté le rythme de la course et elle a été très longue. Je suis très fier du travail qu'on a accompli ce week-end, très fier parce que je n'ai jamais commis la moindre erreur", souligne Jules Cluzel.

"Je suis super content, j'ai tout donné", poursuit-il. "Cette année – comme l'année dernière, même si ça s'est peut-être moins vu –, ça a vraiment été une grosse saison, sans erreur, et je suis plutôt fier de ça. Mener de bout en bout les courses, c'est long et c'est dur. Je pense être un pilote d'expérience maintenant, donc c'est normal mais je ne peux être que fier du travail qu'on a accompli ce week-end. L'objectif c'était de gagner et c'est fait."

"Pas du genre à baisser les bras"

"Maintenant on va au Qatar avec six points de retard. Si je gagne la course et que Sandro finit deuxième, ça ne sera pas suffisant, mais peut-être que je vais avoir la bonne étoile pour la prochaine course", suggère Jules Cluzel, qui outre sa bonne étoile, espère pouvoir compter sur de l'aide dans le peloton pour contrer l'Allemand. Car réussir une nouvelle course parfaite à Losail ne sera pas suffisant : son retard signifie qu'il doit aussi espérer une relative contre-performance de la part de son rival pour prendre l'avantage au moment décisif.

Vainqueur de cinq courses à ce stade du championnat, contre deux pour Cortese, Cluzel serait déclaré vainqueur en cas d'égalité mathématique (par exemple s'il termine troisième et Cortese sixième). Mais, alors qu'approche le dénouement, le pilote NRT ne peut s'empêcher de constater que son compteur est lourdement impacté par ses deux chutes : une à Buriram alors qu'il menait la course, et une autre à Portimão, cette fois causée par Cortese qui, lui, avait réussi à repartir et à sauver 11 points qui aujourd'hui pèsent lourd.

Le compte-rendu de Portimão :

"Je vais faire de mon mieux sur la dernière course, mais j'ai besoin d'aide parce que ça ne suffit pas. Je pense que tout le monde sait combien de points j'ai perdu pendant toute l'année, notamment à cause de l'erreur de Sandro [au Portugal]. On aura peut-être la revanche au Qatar, en tout cas je vais tout essayer, c'est certain."

"J'ai hâte d'être au Qatar. Je ne baisserai jamais les bras, je l'ai déjà dit à Magny-Cours. Je pense que tout le monde me connaît désormais et je ne suis pas du genre à baisser les bras. La pression ne me rend que meilleur. J'ai hâte d'y être, mais quelqu'un ici doit m'aider", supplie-t-il dans une interview sur le site officiel du WorldSBK.

"Une fois dans ma carrière, je le mérite et j'ai besoin d'un peu d'aide", insiste Cluzel, déjà trois fois vice-Champion du monde Supersport en cinq ans. "J'ai juste besoin d'un peu d'aide de la part des autres. Sandro et moi, on se bat devant mais on a besoin de Caricasulo, Gradinger, Krummenacher... On a besoin de tous ces gars. Au Qatar, je vais aider tout le monde à prendre mon aspiration ! Parce que je le veux !" conclut le Français en souriant.

Article suivant
Les plus belles photos du World Superbike en Argentine

Article précédent

Les plus belles photos du World Superbike en Argentine

Article suivant

Première mouvementée en Argentine pour Baz

Première mouvementée en Argentine pour Baz
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WSBK
Événement Losail
Pilotes Jules Cluzel
Auteur Léna Buffa
Type d'article Actualités