WTCC - C-Elysée, histoire d'un projet mûrement réfléchi

Lorsque Citroën et Sébastien Loeb ont décidé de poursuivre leur collaboration en se lançant un nouveau défi, le choix du WTCC n'a pas été anodin,comme le rappelait il y a quelques jours Yves Matton

Lorsque Citroën et Sébastien Loeb ont décidé de poursuivre leur collaboration en se lançant un nouveau défi, le choix du WTCC n'a pas été anodin,

comme le rappelait il y a quelques jours Yves Matton

.

Sur les rails depuis plus d'un an maintenant, l'engagement du constructeur français dans cette nouvelle discipline a été méticuleusement préparé. Et la conception de la C-Elysée, qui sera alignée cette année, devait répondre à un cahier des charges très précis en vue de la nouvelle réglementation technique du WTCC en 2014.

Directeur général-adjoint et directeur technique de Citroën Racing, Xavier Mestelan-Pinon revient sur la genèse du projet.

"Au cours de l’hiver 2012, nous avions transformé une DS3 WRC en véhicule laboratoire, afin de répondre aux questions que nous nous posions sur le fonctionnement d’une voiture de tourisme", explique-t-il. "Ce travail préalable nous a permis d’être plus efficaces lors de la conception de la C-Elysée WTCC, qui a fait ses premiers tours de roues mi-juillet 2013."

"Jusqu’à la fin de l’année dernière, nous avons amélioré les performances et la fiabilité de la C-Elysée WTCC en la faisant évoluer avec de nouvelles pièces. Depuis le début de l’année, la définition technique est quasiment figée et nous nous concentrons sur l’exploitation pure. Les gains s’effectuent en travaillant sur les réglages, les pneumatiques et sur l’utilisation de la voiture par le pilote."

Durant tout ce travail de développement, Citroën s'est donné les moyens de son ambition en ne se contentant pas de rouler sur des circuits qui sont au calendrier du championnat. Ne laissant rien au hasard, l'équipe a par exemple testé sa monture sur des circuits diamétralement opposés comme le Hungaroring et Monza. Des tests ont également eu lieu à Abu Dhabi, où la pluie a d'ailleurs fait une apparition inattendue. Toutes ces séances d'essais ont été précieuses, notamment avec l'expérience d'un pilote comme Yvan Muller, Champion du Monde en titre de la catégorie. Mais même ce dernier a dû découvrir les subtilités techniques du nouveau règlement. Et c'est sur l'aérodynamisme que bon nombre d'efforts ont été concentrés.

"Avec la nouvelle réglementation technique du FIA WTCC, tous les paramètres changent", insiste Xavier Mestelan-Pinon. "Les voitures 2014 sont plus larges, plus légères, plus puissantes… Même un pilote aussi expérimenté qu’Yvan Muller manque de références ! Nous avions évidemment perçu l’importance de l’aérodynamique, mais nous n’avions pas imaginé à quel point ce serait prépondérant. Nous avons beaucoup travaillé ce domaine, avec du calcul en CFD, puis quelques séances de soufflerie. Le package final n’a pas encore été vu en piste, nous ne le monterons que lors de nos derniers essais avant le début de la saison."

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WTCC
Pilotes Sébastien Loeb , Yvan Muller , Yves Matton
Type d'article Actualités