Danilo Petrucci entame la préparation du Dakar

Danilo Petrucci va passer plusieurs jours dans une école de navigation afin d'apprendre les subtilités du rallye-raid et de préparer sa participation au Dakar 2022.

Danilo Petrucci entame la préparation du Dakar

Malgré une fin de championnat difficile, Danilo Petrucci apparait serein, lui qui s'est déjà fait une raison depuis plusieurs semaines sur son départ prochain des Grands Prix, désormais tourné vers le Dakar. Depuis qu'il a trouvé un terrain d'entente avec KTM à la fin de l'été pour disputer l'édition 2022 de la reine des courses de rallye-raids, sa préparation prend forme et elle va même s'accélérer dans les prochains jours.

"Il est clair que d'ici mi-janvier je n'aurai aucun repos", a expliqué le pilote italien en marge du dernier Grand Prix. "Avant Misano, je vais suivre un cours à Barcelone, où se trouve l'école de Jordi Villadoms, qui est le team manager de l'équipe KTM. Il a une école où l'on apprend tous les règlements et tout ce qui est nécessaire pour naviguer. Il y a deux jours de théorie et deux jours de pratique, et ils enseignent la majeure partie des choses à savoir. J'arriverai à Misano directement depuis Barcelone."

Après avoir disputé son dernier Grand Prix à domicile, il enchaînera avec de véritables essais au guidon de la KTM 450 Rally. "Je vais monter pour la première fois sur la moto après Portimão. Cette fois, ce sera dans le désert. J'irai deux ou trois jours à Dubaï avant Portimão, mais il restera encore deux courses MotoGP qui seront exigeantes, donc le véritablement entraînement viendra après le championnat."

Objectif, voir l'arrivée

Malgré cet apprentissage, Danilo Petrucci affirmait à la fin de l'été qu'il aborderait son premier Dakar comme un autre cours grandeur nature. "Pour ma première participation, il s'agira juste de finir la course. En ce qui me concerne, je dois faire très, très attention, être très patient et accepter ce nouveau challenge en sachant que ce sera très dur", avait-il indiqué.

S'il possède déjà une solide expérience en off-road, il est en effet conscient d'avoir encore beaucoup à apprendre quant aux subtilités des roadbook, du GPS ainsi que toutes les règles spécifiques qui régissent cette discipline, si éloignée de la course de vitesse.

"Le plus dur c'est qu'on peut se retrouver face à des endroits et des notes, des directions, qu'on ne trouve que dans le désert", a-t-il expliqué, rappelant notamment sa participation au Rallye de Sardaigne fin 2020. "J'ai déjà essayé la navigation avec le roadbook en Sardaigne, et j'avais gagné le premier jour, mais tout le monde m'a dit 'tu es trop rapide' et en effet, dans certaines parties du rallye, j'ai fait une erreur parce que j'ai manqué une note, une direction. J'ai alors perdu l'avance que je m'étais créée parce que j'ai dû revenir en arrière et retrouver mon chemin."

"J'ai été impressionné de gagner la première étape, mais quand j'ai dû ouvrir la route ensuite, j'ai terminé dans un enclos, avec des moutons dedans, alors bon ! [rires]" a-t-il rappelé. "Le plus difficile c'est de piloter avec des cartes : elles donnent un chiffre de 0 à 360, soit un cercle, et il faut suivre ce chiffre au beau milieu du désert. Le problème c'est qu'en suivant ce chiffre on peut trouver des arbres, des cailloux, des pierres, des dunes et des choses comme ça, alors il faut éviter toutes ces choses-là et trouver son chemin."

Lire aussi :

partages
commentaires
Sainz et le projet Audi : "Sommes-nous un peu fous ? Peut-être"

Article précédent

Sainz et le projet Audi : "Sommes-nous un peu fous ? Peut-être"

Article suivant

Peterhansel vise "un résultat dans le top 5" avec Audi

Peterhansel vise "un résultat dans le top 5" avec Audi
Charger les commentaires