Abiteboul : Il faut donner du temps et de la stabilité à Pirelli

Pour le directeur général de Renault F1, Cyril Abiteboul, essayer d'aider Pirelli en vue de 2021 en réduisant l'appui des monoplaces est une bonne initiative, alors que le manufacturier italien s'apprête à utiliser les mêmes pneus trois saisons consécutives.

Abiteboul : Il faut donner du temps et de la stabilité à Pirelli

Avec le rejet des pneus conçus spécialement pour la saison 2020 en fin d'année passée, Pirelli s'est retrouvé dans la position de devoir maintenir les constructions 2019 un an de plus. Mais avec la pandémie de COVID-19 et le report de la révolution réglementaire de 2021 à 2022 – qui prévoyait, entre autres, le passage à des pneus 18 pouces à la place des 13 pouces actuels –, il faudra compter sur les enveloppes développées courant 2018 une campagne supplémentaire.

Or, avec l'évolution naturelle des performances des monoplaces dans une période de stabilité réglementaire, et en dépit du gel d'un certain nombre de pièces entre 2020 et 2021, les contraintes infligées à des pneus qui sont le fruit d'un travail de conception mené courant 2018 risquent d'être proches de la limite acceptable. Pour empêcher les écuries d'aller trop loin dans la recherche de performance, il a notamment été décidé de limiter la hausse d'appui potentielle des F1, avec comme mesure phare le découpage du fond plat devant le pneu.

Lire aussi :

Interrogé sur le sujet, Cyril Abiteboul admet avoir une certaine compassion pour Pirelli qui doit souvent réagir à la direction prise par les écuries. "J'ai été fournisseur de moteurs, et je connais la difficulté d'être fournisseur en F1", a déclaré le dirigeant français à Motorsport.com. "C'est une grande exigence, [il y a] beaucoup d'attentes. Je pense que nous devons faire un peu mieux en donnant suffisamment de préavis et de stabilité à nos décisions afin que Pirelli ait la possibilité de développer le bon produit pour ce que nous voulons faire."

"Si vous prenez l'exemple de cette année, n'oublions pas les circonstances. Nous étions censés passer à 18 pouces l'année prochaine, mais nous avons décidé, juste au moment où nous revenions d'Australie, de repousser la réglementation d'un an, et nous devons toujours examiner les conséquences de nos décisions. Ayant pris cette décision, je pense qu'il est également logique que nous essayions d'adapter légèrement nos voitures à leur produit, au moins à court terme."

Lire aussi :

Selon Abiteboul, il est également crucial que les écuries aident Pirelli à anticiper les niveaux d'appui qui connaîtront les pneus 18 pouces quand la nouvelle réglementation entrera en vigueur en 2022. "Je pense qu'à moyen terme, pour 2022 en particulier, nous devons nous assurer que les bons produits sont développés pour nos voitures, avec les bonnes hypothèses [concernant les performances]."

"Ce qui est parfois remarquable avec la F1, c'est que la grille en général est capable de dépasser les prévisions. Je pense que tout le monde a été surpris par le niveau de développement aérodynamique que nous avons atteint au cours des 12 derniers mois, malgré un changement de réglementation avec la simplification de l’aileron avant, etc. C'est aussi un peu un honneur pour le sport d'être une cible en mouvement constant pour un fournisseur comme Pirelli, mais cela dit, pour 2022, nous devons tous être parfaitement alignés sur ce dont nous aurons besoin."

partages
commentaires
Pas d'évolution de l'état de santé d'Alex Zanardi
Article précédent

Pas d'évolution de l'état de santé d'Alex Zanardi

Article suivant

La F1 serait "stupide" de ne pas affiner le règlement 2022

La F1 serait "stupide" de ne pas affiner le règlement 2022
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021