Alpine se concentre sur 2022 depuis "plus de deux ans"

Le retour de l'écurie Alpine aux avant-postes n'est pas encore une réalité, mais qu'en sera-t-il avec la nouvelle réglementation technique ?

Alpine se concentre sur 2022 depuis "plus de deux ans"

Le 1er août dernier, Esteban Ocon créait la surprise en remportant au Hungaroring, grâce à un double carambolage au départ notamment, la première victoire d'Alpine F1 Team depuis 2013 et l'ère Lotus. Une victoire qui n'était que l'arbre qui cache la forêt pour une écurie qui peine à s'extirper du milieu de peloton, ayant pris la cinquième place du championnat des constructeurs, comme Renault les deux années précédentes.

Cependant, Alpine n'a jamais caché n'avoir pas consacré des ressources démesurées à sa monoplace 2021 (en particulier en ce qui concerne le moteur), accordant une importance majeure à la nouvelle réglementation technique de 2022 (initialement prévue en 2021). Comme toutes les écuries, certes. Mais en ce sens, les performances de l'an passé, avec notamment l'impressionnant podium de Fernando Alonso au Qatar, sont jugées encourageantes.

"Je pense que nous l'avons montré cette saison : quand des opportunités se présentent, nous sommes capables de les saisir, et il y a eu quelques courses où nous n'étions pas compétitifs sans vraiment savoir pourquoi, alors je savais qu'il nous fallait résoudre ça", analyse Marcin Budkowski, directeur exécutif de l'écurie. "Beaucoup de travail a lieu en coulisse pour ce faire, tout comme il y a beaucoup de travail pour la voiture et tout le package. Ça se présente bien."

Marcin Budkowski, Directeur Exécutif, Alpine F1

Marcin Budkowski, directeur exécutif, Alpine F1

En effet, d'autres courses ont été plus inquiétantes, comme le Grand Prix de Mexico, où les Alpine ne se sont qualifiées que 15e et 16e avant de finir la course aux neuvième et 13e rangs. Quoi qu'il en soit, il semble que le contexte rende la saison positive dans son ensemble.

"Vu que nous avons eu plus ou moins le même moteur lors des trois dernières années, ainsi que le châssis et la boîte de vitesses gelés pour des raisons stratégiques afin d'investir nos ressources ailleurs, nous nous sommes en réalité très bien débrouillés avec la plateforme que nous avions, que ce soit en piste ou dans le développement des domaines que nous pouvions traiter", estime Budkowski. "C'est très encourageant pour la saison prochaine. Cependant, si nous connaissons nos chiffres, nous ne connaissons pas ceux des autres."

Le dirigeant franco-polonais déclare par ailleurs sa satisfaction quant aux effets de la réorganisation de l'écurie, qui avait notamment une étonnante structure à deux têtes l'an passé avec Davide Brivio aux côtés de Budkowski.

"Je suis certainement fier de la manière dont fonctionne l'équipe. Elle a énormément changé ces dernières années, et ce changement commence à porter ses fruits. C'est certainement le cas au circuit et c'est certainement le cas à l'usine, même si ce n'est pas encore visible car cela fait plus de deux ans que nous nous concentrons sur la voiture de l'an prochain. Mais quand je vois l'usine et tout le travail, les interactions et les recrues de ces dernières années, ça se présente bien pour l'an prochain", conclut-il.

Lire aussi :

partages
commentaires

Voir aussi :

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin
Article précédent

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Article suivant

Williams veut que Latifi fasse confiance à son instinct

Williams veut que Latifi fasse confiance à son instinct
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021